Publié le 26 Mars 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 44

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 23 Mars 2017

GATEAU CHOCOLAT/COURGETTE

En principe, les gâteaux, c'est chocolat/noix, chocolat/framboise ou chocolat/mascarpone.

Mais, mais, mais, Jules ne fait jamais rien comme personne, surtout en cuisine, alors je vous livre tout de go la recette du gâteau qu'il nous a fait récemment.

Le truc, c'est que l'effet est bluffant : la courgette remplace parfaitement le beurre (et vous pouvez donc vous resservir sans scrupules) et donne au gâteau un moelleux et un fondant totalement surprenants.

Allez, allez ! Mettez de côté vos préjugés, vos a priori et les calories inutiles ! Lancez- vous et n'hésitez plus à inviter vos amis, même ceux en plein régime !

(pas trop au régime quand même car il faut compter avec le chocolat et le miel...)

Ingrédients (pour 6/8 personnes) :

- 200 g de chocolat
- 180 g de courgettes
- 3 œufs
- 60 g de miel
- 100 g de farine
- 1 sachet de levure

Faire cuire les courgettes coupées en morceaux dans de l'eau bouillante durant 12 minutes puis les égoutter et les mixer.
Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).
Faire fondre le chocolat puis y ajouter les courgettes.
Pendant le temps de fonte du chocolat, mélanger les œufs et le miel.
Y incorporer le mélange chocolat/courgettes, puis la farine et la levure.
Faire cuire 30 minutes au four.

Et voilà ! Le tour est joué !

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 20 Mars 2017

CIEL DU LUNDI 20 MARS

La météo nous a gratifiés aujourd'hui d'un temps tristounet, grisounet et humide avec des températures à peine agréables. Franchement, elle aurait pu faire mieux pour le Petit coin de ciel et la récap' hebdomadaire d'Arlette et Chat Bleu et surtout pour un premier jour de printemps. Par exemple, nous gâter d'une Chaleur Idéale Entièrement Légitime vu la rigueur de l'hiver passé... [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là]

De quoi plomber le moral ? Non point !

Car ce matin, courageuse, j'ai répondu présente au cours de gym et, bien que je n'y sois pas allée depuis des lustres, je n'ai pas eu l'air trop ridicule au step (alors que mes copines révisaient leur choré pour la troisième semaine d'affilée) et j'ai assuré grave au renfo. Bref, ça m'a fait du bien de bouger un peu (et de prendre un thé ensuite avec ma BFF).

Car je suis allée chez le stomato et il m'a ENFIN retiré les affreuses mais néanmoins indispensables sutures suite à l'intervention de la dernière fois dont je vous causais ici. Libérée, délivrée... voilà comment je me sens là maintenant tout de suite.

Car Fiston 1 est sur une piste pour un job... Yess, à suivre.

Car Fiston 2 a passé une super semaine à Berlin après avoir laissé la moitié de son cerveau, de sa santé mentale et physique et de lui-même la semaine du concours écrit de l'agrég. Et l'autre bonne nouvelle c'est que normalement il doit revenir à la maison jeudi ou vendredi. Hiiiii, je n'ai plus qu'à faire le plein de gros steaks, de kilos de patates, de café et de love (mais ça, y'en a toujours une tonne en stock).

Car Fiston 3 est plutôt content de sa prestation au concours qu'il a passé samedi à Paris dans le cadre de ses études de journaliste, ce qui est déjà très bien. Même si dans ce genre d'épreuve c'est le classement final qui est important. Let's wait and see.

Car Fifille a terminé ses cours de la journée à 10 heures ce matin et que du coup je l'ai eue avec moi et pour moi toute seule. Petit repas entre fille et mère, cocooning, goûter câlin brioche-Nutella, oui, oui, tout ça..

Pff, et voilà, je n'ai plus qu'à retourner à la gym pour éliminer le superflu. Mais maintenant on verra ça lundi prochain, car y'a pas l'feu au lac comme diraient nos neutres voisins.

En attendant, me direz-vous le temps qu'il a fait chez vous en ce jour équinoxe de printemps 2017 ?

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 19 Mars 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 43

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 16 Mars 2017

Il y a quelques mois encore, c'était pour moi inimaginable, inconcevable, impossible, complètement irréaliste et irréalisable. J'aurais eu bien trop peur de paraître négligée, pas impeccable ou pire, vieille ! Quand je lisais sur des blogs que certaines femmes avaient décidé de se mettre à la bicolorité, d'adopter 50 nuances de gris ou la givritude attitude, ça ne me faisait pas envie du tout et je regardais leurs photos et leurs parcours avec une indifférence totale, de la perplexité, voire un certain doute quant à l'intérêt de leur démarche et peut-être même un peu de pitié. Comment pouvait-on en arriver là ? Elles, peut-être... Mais moi, no way !

Alors qu'est-ce qui m'a poussée tout d'un coup à abandonner les mèches que je faisais faire depuis des années pour cacher la misère (comme j'aimais dire) et laisser pousser mon gris ?

Le déclic je crois a eu lieu quand j'ai vu des photos de moi au mariage de mon fils en juillet dernier. J'avais voulu une coiffure avec les cheveux relevés, genre chignon, (le style que je ne porte jamais) et je me suis rendue compte que, malgré les mèches toutes fraîches et toutes belles que je venais de faire faire à grands frais à peine 2 petites semaines auparavant, ma tignasse de derrière était toute grisonnante en-dessous. Ben ça alors ? Et si les mèches ne cachent pas toute cette désolation, dessus ET dessous, est-ce vraiment la peine de se donner tout ce mal ? me suis-je demandé.

COMPLETEMENT GIVREE (OU PRESQUE)

Et puis, un vent de curiosité a soufflé sur moi... Au fait, de quelle couleur étaient vraiment mes cheveux ? Certainement pas miel doré, blond cuivré ou caramel artificiel. D'ailleurs, parfois les patients de l'hôpital me disent au téléphone : Ah oui, je vois qui vous êtes... La secrétaire blonde avec une queue de cheval ? Mais, mais, mais ?? Je ne suis pas blonde. Je n'ai jamais été blonde et en tout cas je ne me vois absolument pas comme ça. Peut-être châtain clair (voir par exemple ici mes cheveux de bébé, ici mes cheveux à 5 ans -la petite rose et bleue avec des couettes assise en tailleur au premier rang, ici mes cheveux à 10 ans et ici la photo de mon permis de conduire quand j'avais 17 ans) ? Avec comme conséquence donc, l'impression récurrente ces derniers temps que cette couleur de cheveux, ben ce n'est pas moi.

Enfin, j'ai laissé faire les choses. Quand ça a été le moment de refaire mes mèches, juste avant Noël, j'ai pris un rendez-vous. Et je l'ai repoussé. Puis je l'ai annulé.... Je me trouvais très bien comme ça, alors à quoi bon aller passer 4 heures chez le coiffeur et payer 60 € pour quelque chose dont je n'avais pas vraiment envie ?

Sur le dessus, les fils argentés ont peu à peu remplacé les mèches dorées, tout en douceur, sans démarcation vraiment prononcée (cela aurait été bigrement plus compliqué si j'avais été adepte des "couleurs")... Pour arranger un peu plus les choses, mes cheveux ne sont pas encore TOUS gris et ceux que j'ai sont beaucoup "en-dessous". Du coup, l'effet "coup de vieux" est modique ! Avec le temps qui passe, je découvre peu à peu ma VRAIE chevelure... Certes pas tout à fait identique à celle dont j'avais le souvenir (car une bonne trentaine d'années est passée par là, entre les hennés, les couleurs et les mèches) mais sur laquelle le temps a mis sa patte, son pinceau d'artiste, sa touche givrée.

COMPLETEMENT GIVREE (OU PRESQUE)
COMPLETEMENT GIVREE (OU PRESQUE)

Je ne sais pas si cela va de pair avec la démarche du Zéro Déchet, mais du coup j'ai aussi moins de chimie sur la tête, et je suis plus naturelle, plus bio en quelque sorte (un peu comme les pommes que j'ai achetées aujourd'hui !)

Mais attention, pas à n'importe quel prix ! Car si au final ce gris m'insupporte, je n'hésiterai pas à faire machine arrière et reprendre rendez-vous chez ma coiffeuse pour faire... pour faire je ne sais pas quoi d'ailleurs, mais changer ! Avouez que c'est plutôt indulgent des cheveux : quelque soit le traitement qu'on décide de leur faire subir, ils repoussent toujours à l'identique, de façon immuable.

Pratique et confortable d'avoir droit à un joker...

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #actualité..., #santé, #objectif zéro déchet

Repost 0

Publié le 6 Mars 2017

CIEL DU LUNDI 6 MARS

Jour de tempête aujourd'hui en Gironde.

Vigilance orange.

Vent à décorner les boeufs.

Ou les escargots.

Ou à détromper les éléphants.

Bref, un zef d'enfer. Certainement Idéal En Laponie [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là]. ... Mais ici, chez nous, bah on s'en serait bien passé, même si on est plutôt habitués dans la région à ce qu'il y ait du remue-ménage dans la stratosphère.

Quand je suis allée à la gare ramener Fiston 3 à son train, j'ai cru m'envoler avec ma petite voiture électrique, l'impression de rouler sans résistance aux fluides de l'environnement, en apesanteur, un peu plus et je me prenais pour Thomas Pesquet au volant de ma navette spatiale. Mais au retour, revers de la médaille : j'ai consommé deux fois plus de batterie qu'à l'aller, bien que j'aie essayé de me caler derrière un camion pour profiter du phénomène aérodynamique de son aspiration, comme les coureurs cyclistes, ou les oies qui volent en formation en V, ou les pilotes de Formule 1.

Enfin, j'dis ça... Mais j'ai pas vérifié tout ça... J'suis pas une scientifique moi, je suis plutôt une littéraire même si je trouve ce terme un peu prétentieux en ce qui me concerne, disons plutôt une blablateuse (mais ça, ça fait un peu blatte, non ? Berk !).

Tout ça pour dire que j'ai ramené mon Fiston 3 à la gare. C'est comme ça tous les lundis après-midis. Il rentre de Toulouse où il est en stage le samedi soir et il repart le lundi... Cette fois, ce sera pour plusieurs semaines car il commence à passer des concours d'entrée en école de journalisme en vue de la prochaine rentrée : Paris, Aix-Marseille, Strasbourg... Même si son premier choix reste Bordeaux.

Pour Fifille, c'était la reprise au lycée après 2 semaines de vacances. Les choix sont faits sur Post Bac, enfin presque... Elle a jusqu'au 20 mars pour finaliser tout ça... Puis jusqu'au 20 mai pour les ordonner. Elle aussi fait des demandes dans d'autres villes : Toulouse, Nantes, Lyon... Même si son premier choix reste Bordeaux.

Fiston 1 est toujours en recherche d'emploi. Il s'était donné un peu de temps (3 mois) pour trouver quelque chose à proximité de son chez-lui (et du travail de sa jeune épouse) mais il lui faut à présent reconsidérer ses plans et chercher plus loin. Grâce à lui, nous avons déjà découvert Angers, puis Limoges... Moi je suis pour lui rendre visite dans une nouvelle jolie petite ville de province (même s'il ne l'entend pas de cette oreille) ! Mais laissons faire les choses et le temps. Il trouvera une solution... Je lui fais confiance... Il trouve toujours une solution. Même si son premier choix reste Bordeaux.

Et pour Fiston 2, semaine terriblement décisive puisque commencent demain les écrits en vue de l'obtention de son agrégation en anglais. C'est parti pour 4 jours et 4 épreuves de 7 heures (épreuve est le mot...). Puis, quand il aura son concours (car il l'aura), s'en suivront encore quelques années d'études à Lyon. Et peut-être un jour un retour à Bordeaux, qui sait ?

Jules va bien. Même s'il continue à nous faire des trucs bizarres en cuisine... Car vous vous souvenez bien sûr que je vous avais raconté ici qu'il était en charge des repas du vendredi soir et qu'il nous concoctait parfois des mets improbables. Et bien ça ne s'arrange pas. Il y a deux semaines, il nous a fait une mousse au chocolat vegan (sans oeufs) à base de jus de pois chiche (bluffant !) et vendredi dernier un gâteau au chocolat sans beurre... mais avec courgette (bluffant aussi !).

Quant à moi, j'ai de nouveau été obligée d'aller me faire charcuter la gencive chez le stomato et c'est mon pack de glace collé sur la joue que je vous écris ce soir. Il l'a bien dit le doc : vu ce que j'ai vu, ça va gonfler Madame Vivi sûr sûr sûr. Et quand le doc dit ça, ben... vous pouvez lui faire confiance, vu qu'il sait un peu de quoi il parle, vu que c'est un peu son taf, hein !

Heureusement, prévoyante comme la fourmi de la fable, j'ai pris ma journée demain... Préparez-vous donc à me voir traîner sur vos blogs... A moins que je ne fasse la sieste, ou que j'aille au ciné, ou que je lise un bon bouquin, ou...

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 4 Mars 2017

OBJECTIF ZERO DECHET : DES NOUVELLES DE LA YAOURTIERE

Il y a 4 mois, notre famille adoptait une yaourtière. L'achat, les prémices et les balbutiements de la cohabitation, c'était ici.

Et voilà qu'il est grand temps de faire le point.

Ça va aller vite... Parce qu'il n'y a que du positif. Le seul hic ce sont les pots eux-mêmes qui ne sont vraiment pas pratiques. Trop ronds et trop lourds, ils glissent des mains quand on veut les rincer ou se retournent dans le panier du lave-vaisselle comme des culbutos, et puis les couvercles qui sont censés se "clipser" ferment mal, comme s'ils avaient été déformés par la chaleur. Ceux de la yaourtière de ma maman d'il y a 40 ans étaient beaucoup plus pratiques (pots droits, couvercles à vis), pourquoi les avoir changés ?

Au niveau des recettes, je n'en ai pas testé 150, parce que tout le monde à la maison apprécie les produits le moins transformés possible. J'ai donc essentiellement fait des yaourts nature.

Au début, j'ai appliqué la recette de base : 1 litre de lait demi-écrémé + 1 yaourt du commerce pour le ferment. Mais ils étaient trop liquides et un peu "gluants". J'ai testé plusieurs temps de "cuisson", mais même après 12 heures la texture ne nous convenait pas. Alors j'ai essayé avec du lait entier et un peu de lait en poudre (30 g environ) + 12 heures de "cuisson" et à présent ils sont parfaits, à la fois compacts, onctueux et moelleux à souhait.

Pour faire plaisir à Fifille, je rajoute parfois de l'extrait de vanille ou du sucre glace et pour faire plaisir à Fiston 2, quand il est revenu quelques jours en vacances au mois de février, j'ai essayé des recettes avec des fruits mixées. C'est très bon dans tous les cas, et ça change... Cela fait un dessert un peu plus riche... Et pour peu que Fifille nous gratifie avec de ses cookies dont elle seule a le secret, c'est la fête !

Au niveau du coût, je me suis lancée dans de savants calculs ! Au final, le yaourt-maison revient à environ 11 cts, électricité comprise (2 cts par fournée), soit un peu moins cher qu'un yaourt bio du commerce au lait entier ou un yaourt de marque et un peu plus cher qu'un yaourt classique sans marque.

Mais, dans tous les cas, le goût est incomparable. Le yaourt-maison est savoureux, crémeux, beaucoup moins acide qu'un yaourt industriel, et je sais de quoi je parle puisque je les mange toujours sans sucre (sauf parfois avec un peu de confiture de fraise... c'est mon péché mignon la confiture de fraise...).

Au niveau de l'organisation, je "lance" en général une fournée le soir vers 19 ou 20 heures et le lendemain vers 8 heures ils sont prêts. La yaourtière tourne ainsi sur le courant de nuit (mais c'est juste un détail parce qu'à 2 cts la tournée...) et je peux mettre les pots au frigo avant de partir au travail. Ils se gardent plusieurs jours... Je ne sais pas combien mais en tout cas ils sont largement mangés avant d'être périmés...

Ah oui, et au niveau de la poubelle, ben y'a pas photo. Ce n'est peut-être pas que à cause des pots de yaourt vides mais toujours est-il que je ne change plus le sac de notre poubelle de cuisine (20 litres) qu'une fois tous les 10 jours.

En matière de "zéro déchet", cette action peut vous paraître un grain de sable sur la plage (et ça l'est). Mais ce n'est pas si souvent qu'on peut joindre l'utile à l'agréable et en même temps contribuer à sauver la planète alors pourquoi s'en priver ?

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #objectif zéro déchet

Repost 0

Publié le 26 Février 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 42

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 25 Février 2017

OBJECTIF ZERO DECHET : PLACE AUX ETIQUETTES QUI SE MANGENT

A la maison, il y a un sujet récurrent qui fâche : c'est tout petit, ça passe presque inaperçu, ça fait néanmoins partie du paysage quotidien et ça éneeerve ! Je veux parler des petites étiquettes rondes ou ovales que l'on trouve sur les fruits et les légumes pour les identifier. Ça résiste au grattage, ça colle aux doigts et on ne sait jamais comment s'en débarrasser. Alors, j'ai tendance à un peu les oublier et à les balancer avec les épluchures quand je vais donner à manger aux poules. Mais cela met Jules en grosse colère, non pas parce que les poules risquent de s'étouffer avec (elles n'ont pas un QI très élevé mais elles savent quand même reconnaître le comestible du pas bon) mais parce qu'il les retrouve par terre des mois plus tard quand il ratisse l'enclos. On dirait pas mais ces autocollants sont imputrescibles, faits d'une matière plastique qui dure, dure, dure... bien loin du biodégradable.

Et Jules n'est pas légufrulabélophile, malheureusement.... alors...

Alors, la société néerlandaise Nature & More a eu une idée de génie : et si on remplaçait ces étiquettes (mais aussi les blisters ou les papiers de soie qui entourent parfois les oranges ou les citrons) par une marque au laser, une espèce de tatouage écolo sur la peau des fruits et des légumes ? Ne serait-ce pas plus pratique ? Ne ferait-on pas une considérable économie de matière et d'énergie. Et Jules et Vivi ne se disputeraient-ils pas moins sur le sujet ?

Puis Laser Food l'a fait. Grâce à un effet de dépigmentation, le laser laisse sur le produit l’empreinte que l'on souhaite : un dessin, un chiffre, un mot… Les étiquettes font ainsi désormais partie intégrante du fruit (ou du légume) dont la chair, le goût, le parfum ou la durée de conservation ne sont en aucun cas impactés par l'opération qui reste tout à fait superficielle. A priori, cela ne présenterait pas le moindre danger pour le consommateur, pas plus en tout cas qu'un résidu de colle.

Au total, la technologie du laser ne demanderait que 1 % des émissions de carbone habituellement générées et pourrait supposer une très grande économie de papier, d'encre et d'autocollant. Et si le prix d'une machine reste "considérable", la dépense serait en revanche rapidement amortie et n'excèderait pas la somme que mettrait déjà un distributeur de fruits et légumes dans l'impression d'une fournée d'étiquettes.

En matière de "zéro déchet", cette action peut vous paraître un grain de sable sur la plage (et ça l'est). Mais c'est en s'accumulant que les petits gestes peuvent vont créer un impact formidable et faire économiser, à terme, des tonnes d'emballages inutiles.

Simple, mais bigrement efficace, vous ne trouvez pas ?

(Toutes les images proviennent de ce site)

OBJECTIF ZERO DECHET : PLACE AUX ETIQUETTES QUI SE MANGENT
OBJECTIF ZERO DECHET : PLACE AUX ETIQUETTES QUI SE MANGENT
OBJECTIF ZERO DECHET : PLACE AUX ETIQUETTES QUI SE MANGENT
OBJECTIF ZERO DECHET : PLACE AUX ETIQUETTES QUI SE MANGENT

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #objectif zéro déchet

Repost 0

Publié le 20 Février 2017

CIEL DU LUNDI 20 FEVRIER

C'est Incroyablement Édifiant La façon dont le temps file [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là].

J'ai cru faire une petite pause de quelques jours... mais ils se sont transformés en beaucoup de jours... presque un mois en fait depuis le dernier Petit coin de ciel pour la récap' hebdomadaire d'Arlette et Chat Bleu.

J'ai bouquiné, marché, profité de mes garçons et de ma fille (et de mon Jules aussi), été à Lyon, puis à Toulouse, emmenant à chaque fois des covoitureurs sympathiques et agréables, et les trajets ont ainsi passé plus vite. J'ai regardé des séries, bien collée au radiateur quand il faisait très froid, été au ciné, vu des films presque toutes les semaines. J'ai fait des tonnes de repas, de courses et repassé des montagnes de linge. J'ai bossé aussi, géré les changements imminents qui se profilent dans mon travail. J'ai organisé des week-ends à venir et l'agenda commence à être sérieusement bien rempli d'ici le mois de juin, avec quelques dates incontournables qui sortent du lot : les 80 ans de belle-maman, les 18 ans de Fifille, puis les 25 ans de Fiston 1 cet été, et les 85 ans de ma maman un peu plus tard... J'ai aussi planifié mes congés pour toute l'année car ça devient un vrai casse-tête pour moi et mes collègues : ça ne laisse plus beaucoup de place à l'imprévu mais au moins, c'est fait ! Ah ouiiii, j'ai continué à faire du ZD* aussi, faut que je vous raconte ça (dès que j'aurai le courage).

Bref, j'ai fait plein de trucs sauf bloguer. Bizarrement, ça ne m'a pas manqué plus que ça et je n'ai jamais été aussi peu sur mon ordi depuis 6 ans presque et demi qu'OB est entré dans ma vie. D'un côté ça m'étonne (c'est grave Docteur ?), d'un autre ça me réjouit, au gré de mon humeur qui comme le yo-yo monte et descend ou comme la météo change et rechange.

Est-ce que la pause est finie ? Je ne sais pas... Ce dont je suis sûre c'est qu'écrire est sans conteste une habitude, comme la gym ou la piscine, car je trouve qu'après un mois d'arrêt c'est dur de s'y remettre. Je suis toute rouillée, je dois apprivoiser à nouveau cet espace et retrouver mes petites habitudes. D'un autre côté, aucun doute que c'est aussi comme le vélo (et les blablas), quand on est adepte, c'est pour toute la vie !

* Zéro Déchet

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0