Publié le 12 Juillet 2017

BELLE MOISSON DE BONNES NOUVELLES

Ça faisait un petit moment que je n'avais pas écrit par ici. D'abord, parce que je n'ai pas pris le temps. Ensuite parce que je crois bien que je n'avais rien à dire. Enfin parce que j'avais un peu l'impression de répéter toujours les mêmes choses : la météo, les silent sundays, les enfants, leurs études, leurs parcours, mes tricots, mes bouquins, Jules, moi...

Et puis, juin a été rythmé par l'attente...

L'attente de Fiston 1 qui après de multiples sélections, entretiens, tests, déplacements, évaluations, attendait une réponse de l'armée pour un poste en CDI.

L'attente de Fiston 2 qui, ayant terminé ses oraux de l'agrég le 6 juin, savait qu'un admissible sur deux serait encore éliminé et remercié à l'issue des résultats (et touchait du bois chaque fois qu'il en avait l'occasion).

L'attente et la tristesse de Fiston 3 qui, souvenez-vous, en plus de son stage de 6 mois à Toulouse, s'était démené pour passer les écrits de quatre écoles de journalisme en mars, avril et mai, avait été convoqué aux oraux de trois d'entre elles, avait été éliminé suite à ces oraux à deux d'entre elles, et était sur liste d'attente pour la dernière... mais à la 40ème place... pour une promotion de 40, autant dire beaucoup trop loin pour avoir mathématiquement une chance d'être appelé.

L'attente de Fifille, impatience d'en découdre avec le bac (et surtout d'en avoir terminé avec ces épreuves dont on lui rebattait les oreilles depuis le début du lycée).

C'est long quand on attend, l'impression que les jours sont sans fin, que comme dans le jeu de l'oie on est bloqué sur une case, avec l'interdiction d'avancer pendant trois tours et l'envie folle de faire un pas de géant dans le futur, de savoir, et vite ! Et puis en attendant on a le temps de penser... de penser à tout et à toutes les issues possibles et même les impossibles, les farfelues, les dramatiques, les cruelles, les qui vous figent rien que d'y penser, les qui font s'arrêter votre coeur de battre et aussi celles qui vous nouent le ventre et vous réveillent la nuit.

Et puis, en l'espace d'une semaine, tous les fils se sont dénoués :

Fiston 1 nous a annoncé qu'il avait été sélectionné pour le poste qu'il convoitait et signait son CDI courant août, Fiston 2 nous a annoncé que l'on devrait désormais compter avec un agrégé en anglais dans la famille, Fifille nous a annoncé qu'elle avait son bac avec de Très Bonnes notes... Du pur bonheur !

Quant à Fiston 3, il s'accrochait désespérément à sa 40ème place (80ème en fait), croyant dur comme fer que l'école allait l'appeler... J'avais beau lui dire qu'il ne pouvait pas rester comme ça à attendre, qu'il fallait maintenant passer à autre chose, envisager un plan B pour l'année prochaine et se faire à l'idée de retenter ces concours en 2018... il ressassait la misère et n'arrivait pas à faire de projets... Franchement, il faisait peine à voir.

Et puis, jeudi soir, vers 22h00... la veille de son dernier jour de stage à Toulouse, alors que j'étais toute seule à la maison et que je pestais devant l'ordi sur le film que je n'arrivais pas à télécharger, il m'a téléphoné pour me dire... qu'il était pris !!! et qu'il serait donc Strasbourgeois en septembre ! J'y croyais pas ! Je lui ai fait répéter au moins trois fois... et puis j'ai sauté de joie tellement j'étais contente pour lui en criant des yes yes yes à l'envi. Je ne comprends toujours pas comment cette admission a été possible, mais en fait je m'en tamponne l'oreille avec une babouche puisque le résultat est ce qu'il est !

Et voilà ! Je suis vraiment heureuse. Chacun dans son domaine a obtenu ce pour quoi il se battait et c'est tellement génial de voir TOUS ses enfants radieux, sans exception. C'est une très très belle moisson, et ça me rappelle cet article que j'avais écrit il y a quelques années , avec cette impression de plénitude, de satisfaction, de soulagement aussi, et de travail fait et bien fait, le sentiment que plus rien ne peut arriver et que tout sera toujours bien.

En fait, je crois qu'on a touché le jackpot, que les planètes sont alignées, qu'une bonne fée a décidé de s'attarder sur notre famille, ou alors ce sont nos anges gardiens ou notre bonne étoile. Et si je filais jouer au Loto dès demain ?

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #enfants

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2017

VIVI JURY

Celles et ceux qui me suivent depuis longtemps savent que je n'ai pas toujours été secrétaire médicale. Avant ça, j'ai eu une autre vie. Celle d'une maman au foyer 24h/24 pendant 16 ans. Et puis, un jour, j'ai décidé de reprendre une activité. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain. J'ai hésité, réfléchi, pesé le pour et le contre, douté... Et mes 9 mois de formation ont été intenses, éprouvants, souvent difficiles mais si riches, si épanouissants. On peut dire que j'ai puisé jusqu'au fond de moi même pour aller jusqu'au bout, décrocher mon diplôme et, deux jours après l'examen final, signer un CDI pour un emploi que j'occupe encore à ce jour.

(voir ci-dessous des liens vers une sélection d'anciens articles tout droits sortis du passé)

. ma décision initiale,

. le bilan de deux semaines de découverte du métier de secrétaire médicale,

. les résultats de la sélection à la formation,

. les débuts de la formation,

. retour à l'école : pas si facile d'écrire sans fautes,

. mon coup de foudre pour la terminologie médicale,

. le bilan du 1er trimestre,

. la joie d'être en vacances à Noël,

. début mars : la fatigue s'accumule,

. la fin du 2ème semestre,

. mes notes,

. le début de la fin,

. mes états d'âme la veille de l'examen final,

. les jours qui ont suivi la fin de la formation,

. diplômée !

Si je me replonge dans ces souvenirs et si je vous raconte tout ça, c'est que cette année je me suis retrouvée de l'autre côté de la barrière (ou plutôt du bureau), en tant que jury à la présentation du projet d'action des futures diplômées.

C'était vraiment bizarre : d'un côté, j'avais mon rôle de professionnelle à tenir et j'ai été parfois sévère. Impossible par exemple de laisser passer une tenue un peu trop cool (des tongs, franchement !), une faute de frappe ou de grammaire sur le diaporama ou sur le travail écrit (l'orthographe valait 1/4 de la note soit 5/20 et toutes les personnes dont j'ai corrigé le travail ont eu 0/5, oups ! D'un autre côté, l'orthographe, pour une secrétaire médicale, c'est quand même un peu le b.a.-ba, non ?), un parler un peu trop familier (y'en a une qui a "balancé une info" à sa collègue !) ou pas assez approprié (une autre a tapé un courrier ! Nooon, pitié, pas taper).

Et d'un autre côté, je me suis tout à fait mise à la place des candidates, je pouvais ressentir leur stress et leur émotion comme si j'étais elles, je pouvais imaginer les heures et les heures de travail derrière un power point de 5 minutes et une présentation orale de 10 minutes, je savais exactement le soin qu'elles avaient apporté à leurs tenues (bon, pas celle avec les tongs qui avait aussi un jean troué) et presque entendre leur coeur battre à 100 à l'heure. J'ai pensé à mes enfants, qui eux aussi passent en ce moment des oraux et des entretiens. J'avais envie d'être indulgente et généreuse, de leur mettre une bonne note, de minimiser leurs erreurs et leurs manquements, d'écouter mon coeur et de me convaincre que ça pouvait arriver à tout le monde de faire une mauvaise interprétation, un oubli ou une maladresse.

Je me suis carrément sentie comme Dr Jekyll et Mr Hyde, ou comme Hulk, alias le Dr Robert Bruce Banner, coupée en deux : moitié gentille moitié méchante.

Assez curieux au final d'être de la partie adverse... Mais très intéressant ! Et si je suis sollicitée à nouveau l'année prochaine, je recommencerai (en apprenant moi aussi de mes erreurs, y'a pas de raison...).

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #formation-boulot

Repost 0

Publié le 25 Juin 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 54

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 18 Juin 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 53

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 12 Juin 2017

CIEL (ET BLABLAS) DU LUNDI 12 JUIN

Quand les enfants étaient petits, les mois de juin, c'était terrible. Il y avait les kermesses, la fête du judo, le loto du foot, le pique-nique de la gym, le tournoi du tennis, le barbecue du boulot, le jour jusqu'à 22h30 et les enfants qui ne voulaient pas aller se coucher, la chaleur qui empêchait de dormir, les dossiers à remplir pour l'année suivante, les pré-inscriptions à faire, les sacs de colo à préparer, les vacances à planifier, les conseils de classe à suivre, les bourses aux livres à organiser, etc.

Épuisant ! Pour tout le monde, petits comme grands !

Plus tard, il y a eu des années où tous les enfants changeaient d'établissement. Et d'autres où ils avaient tous un examen...

Et aussi des mois de juin plus cool, où les choses suivaient leur cours, sans grande surprise ou gros challenge, tranquillement.

Mais alors cette année, c'est à nouveau du lourd. Ici déjà, je vous racontais combien chacun était dans l'attente, qui d'une orientation, qui d'un concours, qui d'un job. Et voilà que l'on est maintenant complètement dans le vif du sujet.

Fiston 1 était la semaine dernière à Strasbourg, encore pour des tests, des entretiens et  des évaluations avec on l'espère pour lui un CDI à la clé. Depuis le temps qu'il l'attend ! Il est confiant, les choses devraient maintenant se décanter rapidement...

Fiston 2 a passé les oraux de l'agrég à Paris la semaine dernière aussi... Avec même des épreuves le dimanche et le lundi de Pentecôte ! 400 admissibles, 1 agrégé sur 2 au final... Terriblement cruel. "Une ambiance bizarre" a dit Fiston 2... Réponse début juillet.

Après avoir passé les épreuves écrites de 4 écoles de journalisme, Fiston 3 a été admissible aux oraux de 3 d'entre elles : Marseille, Strasbourg et Paris... mais pas Bordeaux ! L'ascenseur émotionnel, je crois qu'il y monte un peu tous les jours depuis un mois : un coup il saute de joie au plafond, se trouve incroyable, le lendemain, il est tout désappointé. Sans compter la fatigue du stage dont il commence à voir le bout et les allers-retours Toulouse/Bordeaux, Toulouse/Strasbourg, Toulouse/Marseille, Toulouse/Paris.

Quant à Fifille, elle sera Lyonnaise l'année prochaine. Elle n'a pas eu son 1er choix à l'issue du 1er round de Postbac (snif), mais quand même la prépa qu'elle souhaitait à tout prix (ouééé). Et quand on lui demande si elle est déçue de ne pas être Bordelaise l'année prochaine, elle répond avec philosophie : "Si je ne suis pas sélectionnée, c'est que je n'ai pas le profil (elle ne dit pas "niveau"), et si je n'ai pas le profil, c'est que cette prépa n'est pas pour moi, donc il vaut mieux que je ne sois pas sélectionnée." Fifille est très mature et très rationnelle en général (beaucoup plus que sa mère ahaha).

Alors tout ça c'est pour vous dire que chez Vivi C'est Intense Émotionnellement Là, c'est moi qui vous le dis [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là]. Moi qui ne voulais pas me projeter avant d'avoir les résultats définitifs de chacun, j'ai quand même l'impression de passer tous les jours dans la machine des sentiments contradictoires : joie, fierté, angoisse, émoi, soulagement, étonnement, stress, inquiétude, bien-être. A chaque jour son lot de nouvelles : bonnes, moins bonnes, celles auxquelles on ne s'attendait pas, celles que l'on n'espérait pas. C'est la roulette russe du matin au soir avec sensations garanties, montées et descentes façon roller coaster, et grand huit avec chute libre sans bouger de la maison.

Une chose en tout cas est sûre et bien sûre : mon Petit coin de ciel pour la récap' hebdomadaire d'Arlette et Sylvie est paisible et serein. Si seulement je pouvais être comme lui...

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 5 Juin 2017

CIEL DU LUNDI 5 JUIN

Quand j'ai regardé le ciel ce soir, j'avais un peu l'impression de voir ces dessins à l'éponge que mes enfants faisaient quand ils étaient petits.

Des petites touches de blanc de-ci de-là. Pas très régulières et pourtant si. Des copié-collé naturels et célestes.

Et je me suis dit : "Ça, c'est pour la communauté Petit coin de ciel et la récap' hebdomadaire d'Arlette et Chat Bleu, et pour mes copines météo-dépendantes, toujours Créatives, Innovantes, Efficaces, Loquaces dans leurs articles du lundi [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là].

Ça fait du bien de voir cet azur hein ? Parce que hier et avant-hier, dans le Pays Basque, c'était pas ça... C'était plutôt gris et vert. Très gris. Et très vert.

Il a plu plu plu, et pas qu'un peu. De la pluie drue, dense, continue et régulière, pour le plus grand bonheur de la végétation (mais pas des touristes qui avaient fait des razzias sur les parapluies aux couleurs d'Euskadi).

Les visiteurs boudaient à la Fête des Cerises d'Itxassou et à celle de l'axoa d'Espelette. Les cyclistes dégoulinaient en montant les côtes en danseuse. Les pèlerins disparaissaient sous leurs grandes capes de pluie. Les randonneurs ne randonnaient pas. Les terrasses étaient désertes...

12° en haut du col d'Iraty... C'était pas lerche.

Et le bleu, on l'a pas beaucoup vu.

Alors ce soir, j'en profite...

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 4 Juin 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 52

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 28 Mai 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 51

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 22 Mai 2017

CIEL DU LUNDI 22 MAI

Ce matin, le temps était tout gris et brumeux. Il a même plu quand je suis partie à la gym en me donnant un grand coup de pied au derrière mais finalement ça m'a fait un bien fou. Et puis, les nuages se sont petit à petit dissipés et le Ciel Incertain, Eminemment Lunatique du début de journée [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là] a laissé la place a un bel azur tout bleu, digne d'un ciel d'été.

D'ailleurs, de l'été, on n'en est pas si loin en fait. Alors je rêve, je fais des projets... Déjà 5 mois et demi que je n'ai pas pris de vacances. Cette année, j'ai posé 3 semaines fin juillet/mi-août. Avec Jules, on a prévu d'aller se balader à vélo le long du canal du midi, de Bordeaux à Toulouse. Et d'aller vadrouiller ensuite du côté d'Orange, ou peut-être de randonner en Auvergne. Les enfants n'arrêtent pas de nous demander d'un air innocent avec leurs gros sabots : "C'est quand déjà que vous partez de la maison cet été ?"... Je crois qu'on ne va pas beaucoup leur manquer et qu'il se trame des choses dans notre dos...

Pas de mariage cette année !! Ni chez nous, ni chez les autres. Mais on va quand même faire une "petite" réunion de famille le week-end du 15 août, pour les 25 ans de Fiston 1 et tous les succès à venir (j'espère !). Les nôtres et aussi ceux des cousins/cousines.

En effet, que je vous explique : le mois à venir sera décisif. Fiston 1 est toujours en attente d'un job, mais doucement et sûrement, à son rythme, ça prend tournure : va-t-il rester dans la région ? sinon dans laquelle va-t-il partir ? Fiston 2 est admissible aux oraux de l'agrég : dernière ligne droite donc à partir du 5 juin et verdict en suivant. Ce sera a priori encore Lyon pour lui l'année prochaine... Fiston 3 a terminé les écrits des 4 écoles de journalisme dans lesquelles il a postulé (Paris, Strasbourg, Marseille et Bordeaux) et est déjà admissible à un oral (Paris). Wait and see, l'avenir nous dira où il va atterrir en septembre. Fifille bûche son bac et attend avec patience les résultats du premier round de Postbac (le service mis en place pour réguler la demande de places en première année dans l'enseignement supérieur). Où celui-ci va-t-il décider d'envoyer ma fille en prépa : Bordeaux ? Lyon ? Nantes ? Toulouse ? Quoiqu'il arrive, elle sera contente dit-elle, c'est une belle façon de voir les choses.

Bref, beaucoup d'incertitude pour l'instant sur qui sera où et pour faire quoi. Mais mais mais j'ai beaucoup appris ces dernières années et je ne suis pas inquiète : j'attends... et je refuse de me projeter, de faire des plans (et de m'angoisser) par anticipation. Et si et si et si ??? Je fais totale confiance à mes enfants et avec Jules on gérera le moment venu, on leur apportera notre aide pour chercher un logement, déménager, emménager, grandir encore et encore.

Les choses évoluent... Mais pour nous aussi !! Hiii, mais si ça se trouve, à la rentrée prochaine on ne sera plus que deux... Ça en prend en tout cas nettement le chemin, et c'est bien (mais ça fait aussi un peu peur). Et tout doucement je me dis qu'il va falloir que je songe sérieusement à changer l'intitulé de mon blog qui me semble de plus en plus caduc : Vous êtes à la recherche de blablas en tous genres ? Maman de 4 enfants [devenus adultes], j'en ai plein dans mon escarcelle [de moins en moins en fait]. Alors, venez donc par ici me rendre une petite visite...

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 21 Mai 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 50

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0