Publié le 12 Mars 2014

piscine-volet.jpg

Mélanie était une jolie petite poupée de 2 ans aux yeux incroyablement bleus et au sourire de rêve. Fiston 3 et Mélanie n'avaient que quelques semaines d'écart et partageaient leurs jeux à la halte-galerie où leurs mamans les déposaient parfois, le temps de faire quelques courses ou de boire un café entre copines. Le jour des 2 ans et 4 jours de Fiston 3, par un beau dimanche très ensoleillé et chaud du mois de mai, Mélanie s'est noyée dans la piscine hors sol des voisins de ses parents. Leurs enfants étaient grands, ils étaient partis à la plage, ils n'avaient pas pris la peine d'enlever l'échelle qui empêchait l'accès au bassin. Mélanie a été maintenue quelques jours en vie dans un coma artificiel jusqu'à ce que ses parents décident de tout débrancher et de la laisser partir tout là-haut dans le ciel et les étoiles. Depuis, les mois de mai et les baignades n'ont plus tout à fait le même goût.

Une quinzaine d'années auparavant, l'été, quelque part dans un petit village d'Alsace, Serge, 17 ans (né la même année que moi), était parti se baigner avec ses amis dans une gravière. C'était un beau jeune homme. Pour épater les filles, il a plongé mais à un endroit où l'eau n'avait que quelques dizaines de centimètres de profondeur. Le diagnostic a été sans appel : fracture des cervicales et lésion de la moëlle épinière. Serge, tétraplégique, a passé le reste de sa trop courte vie chez ses parents, dans un fauteuil roulant. Ma mère m'a annoncé son décès il y a quelques mois.

Ces deux événements ont bouleversé ma vie. Après l'accident de Serge, j'ai commencé à me méfier de l'eau plaisir qui peut devenir eau mortelle, moi qui m'y suis toujours sentie épanouie et à l'aise comme un poisson. Après la disparition de Mélanie, je n'ai plus pu quitter mes garçons des yeux pendant plusieurs semaines. Dès qu'ils tournaient le coin de la maison, une peur panique m'envahissait. Heureusement, à cette époque-là, nous les emmenions déjà depuis longtemps aux bébés-nageurs et les voir évoluer dans l'eau, pouvoir regagner le bord sans difficulté m'avait plus ou moins tranquillisée.

Quand Fifille a rejoint ses frères, que les enfants ont grandi et que nous avons décidé il y 10 ans, pour eux, de creuser une piscine dans notre jardin, j'ai été impitoyable. Pas de bassin sans dispositif de sécurité (à l'époque, ils n'étaient pas encore obligatoires). Un grillage de 1,50m avec une porte fermée à clef dont les parents étaient les seuls détenteurs me paraissait être un minimum. 

Quand ils ont encore grandi, je les ai abreuvés d'interdictions en tout genre : interdit de se baigner sans un adulte, interdit de plonger n'importe où, interdit de laisser la porte ouverte après la baignade, interdit de négliger le fait que nous avons des petits voisins qui ne savent pas nager et qui peuvent être attirés par l'eau de la piscine, interdit d'oublier que cette dernière est un lieu de plaisir et de détente mais aussi de danger, qu'elle peut vite devenir le théâtre d'un drame, interdit de courir sur les margelles et risquer de se blesser, interdit de laisser les copains faire les idiots... etc. etc. etc. et à la plage, bien sûr, interdit de se baigner en dehors des zones surveillées. Bref, une emmerdeuse dans toute sa splendeur. 

Et puis, le grillage n'a plus suffi. Il avait beau être efficace et dissuasif, il n'était pas aux normes AFNOR recommandées par la loi de janvier 2003 relative à la sécurité des piscines privées. Pour se mettre en conformité, (en plus du grillage d'1,50m bien sûr !), nous avons donc acheté une alarme immergée prévue pour sonner dès qu'elle détecte un mouvement anormal dans l'eau, comme la chute d'une personne. Le hic, c'est qu'elle se déclenchait à toute heure de la journée et de la nuit pour le plus grand bonheur des voisins (et accessoirement le nôtre), sans aucune raison : ni vent, ni vague et bien sûr ni chute. Et comme dans l'histoire du berger Guillot, je me alors suis demandée des dizaines de fois : "Qui va s'inquiéter, en cas de potentielle chute, en entendant sonner l'alarme (pour la énième fois) en notre absence du domicile ?".

Devant l'inutilité de ce dispositif, finalement plus souvent débranché que branché, mon angoisse est montée d'un cran. Passe encore l'hiver : qui a envie (à part Jules bien sûr) de s'approcher d'un bassin d'eau gelée, recouvert d'une épaisse bâche fixée avec des tendeurs tous les cinquante centimètres ? Mais, dès les beaux jours revenus, la piscine si bleue et si tentante devenait pour moi une obsession et une véritable source d'angoisse.

Cette année, nous avons donc enfin pris le taureau par les cornes et fait installer un volet roulant rigide qui nous a semblé être la solution idéale pour sécuriser la piscine sans en négliger l'esthétique (ce qui, tout à fait entre nous, était le cadet de mes soucis).

En plus du grillage d'1,50m bien sûr qu'il n'est pas prévu pour l'instant de démonter !

Je crois que cette fois je vais enfin pouvoir dormir sur mes deux oreilles et quitter mon domicile en toute sécurité, sans que mes pensées ne reviennent trop souvent vers Mélanie et Serge... 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #maison-jardin

Repost 0

Publié le 10 Mars 2014

Amis petitcoindecielophiles, bonjour !

 

Il fait beau, il fait chaud, le ciel est bleu, le soleil brille, les températures sont au top.

 

Tout cela, il va falloir le croire sur parole parce que je suis au regret de vous dire que j'ai égaré mon appareil photo. Pas plus tard que ce matin, je l'ai posé sur la machine à laver et, ce faisant, j'ai pensé : "Il n'est certes pas à sa place, mais y'a pas de lézard, du moment que je sais qu'il est là..."

 

Et quand un peu plus tard j'ai voulu le récupérer... il avait tout bonnement dis-pa-ru.

 

Je suis carrément dépitée, j'ai fouillé partout : dans mes poches, dans la salle de bain, sur les étagères, au bureau, dans mon sac à main (et pourtant j'avais toutes mes chances), dans la voiture, sur la terrasse, dans ma chambre, bref, par-tout j'vous dis.

 

Impossible de remettre la main dessus.

En désespoir de cause, j'ai même fini par demander à St-Antoine de Padoue d'intercéder pour que mes recherches aboutissent. J'ai fermé les yeux, je me suis concentrée un max, j'ai pris ma voix suppliante et j'ai dit texto tout haut : "Bonjour ô glorieux St-Antoine de Padoue, flambeau lumineux, vous qui trouvez tout dans les coins et dans les trous, je vous prie d'éclairer mon esprit pour que je retrouve vite vite mon appareil photo. J'en ai un besoin pressant pour publier ma photo du jour dans la communauté Petit coin de ciel de Mary. Please, ça urge".

 

Ma prière va-t-elle être entendue (en tout cas, pour l'instant, c'est niet) ? Je voudrais bien y croire mais j'ai quand même comme un doute car, il faut vous que je vous dise, je l'ai un peu mauvaise contre St-Antoine ces derniers temps... En effet, il y a quelques semaines, sur les conseils de ma collègue qui ne voyait plus que ça pour me sortir d'affaire, je l'ai déjà supplié de m'aider à retrouver le collier que Fiston 2 m'avait ramené du Burkina Faso, auquel je tiens tant et que j'ai égaré... Mais, jusqu'à aujourd'hui, je n'ai rien retrouvé du tout... Tonio ne m'a pas écoutée et m'a laissée toute seule avec ma détresse et ma peine. Ou alors, il m'a entendue et je vais retrouver mon collier mais quand ?

 

Rhooo, ce qui serait vraiment cool, c'est que je retrouve mon appareil photo à côté de mon collier... Ou vice versa.

 

En attendant, ben, circulez ! C'est bien dommage mais ici y'a pas de ciel à voir. Là, par contre, d'un clic, vous trouverez les ciels du lundi superbement bleus de Carole en Nord-Picardie, Françoise Andersen et Andrée/Erato en Rhône-Alpes, Mamylou dans les Pays-de-la-Loire, Claudine/Canelle en Bretagne, Marylou en Alsace, Marianne68 et Sylvie en PACA, Val1603 en région parisienne, Cigalette et Arlette en Belgique...

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 9 Mars 2014

rouleau

Lundi 3 mars

 

Avoir eu le courage de prendre (enfin) une décision que je repoussais de semaine en semaine et de mois en mois. Je suis vraiment, vraiment, vraiment, mais vraiment contente de moi sur ce coup-là ! C'est-y pas chouette d'être si fière de soi ?

 

Mardi 4 mars

 

Organiser une invitation pour l'anniversaire de Fiston 3 qui arrive tout bientôt. 18 ans ? C'est possible ça ? 

 

Mercredi 5 mars

 

A l'hôpital, c'est Beyrouth. Depuis cinq jours, les gaines contenant nos lignes téléphoniques (et celles d'autres abonnés du quartier) ont pris l'eau. Résultat : plus de téléphone, plus de fax, plus de liaison Internet, plus de messagerie, plus d'accès aux sites des établissements avec lesquels nous travaillons quotidiennement (laboratoires par exemple). Et cet après-midi, tout d'un coup sur les coups de 16 heures, plus d'informatique !

 

Ah bon, tout cela ne peut pas être considéré comme un kif ? Mais mieux vaut en rire, non ?

 

Jeudi 6 mars

 

Je blogue tout en mangeant des sucreries pleines de colorants. What else ?    

 

Vendredi 7 mars

 

Rentrer du travail en voiture sans avoir besoin de mettre le chauffage, ni les essuie-glaces, ni les phares et rouler la vitre ouverte ! Elle est pas belle la vie ? 

 

Samedi 8 mars

 

Voir ici. Qui l'aurait dit il y a seulement quelques jours ?   

 

Dimanche 10 mars

 

Manger dehors sur la terrasse midi ET soir !!! Ouiiii !!! Youpiiiie !!! On remet ça demain ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #mes kifs de l'année

Repost 0

Publié le 8 Mars 2014

Rédigé par vivi

Publié dans #enfants

Repost 0

Publié le 5 Mars 2014

trilogie.jpg 

Ma copine a adoré cette trilogie. Je ne me suis donc pas méfiée quand elle m'a prêté les trois tomes de cette saga et je me suis lancée à corps perdu dans la lecture de l'histoire de ces trois frères que tout sépare et qui se retrouvent à la mort de leur mère dans la ferme où ils sont nés, perdue quelque part aux confins de la campagne norvégienne.  

 

Tor, l’aîné, a repris l’exploitation familiale et élève tant bien que mal des porcs auxquels il est très attaché (si vous voulez tout savoir de l'élevage des cochons, vous allez vite être fan de ce bouquin)...   

 

Margido, le second, dirige une entreprise de pompes funèbres. Le premier chapitre le concernant est juste horrible. Il est appelé dans une famille dont l'un des enfants, âgé de 16 ans, vient de se suicider par pendaison à cause d'un dépit amoureux. Je vous laisse imaginer la suite, ou plutôt nooon, n'imaginez rien ! C'est plus que cru et insoutenable. J'ai sauté des paragraphes pour passer directement au chapitre suivant.

 

Jusque là, rien de franchement glamour. 

 

Erlend, le troisième frère a quitté la Norvège 20 ans plus tôt, rejeté à cause de son homosexualité. Il vit à présent avec son ami au Danemark. A Copenhague, c'est un décorateur qui fourmille d'idées géniales et dont on s'arrache les services. Il a beaucoup d'argent, sa vie semble facile et légère. Les chapitres où il apparaît sont plein d'humour, parfois grinçant mais (peut-être l'avez-vous déjà deviné) ce frère-là est mon préféré des trois. 

 

Font également partie de l'histoire le père des trois fils, Torunn (la fille cachée de Tor) et quelques autres personnages annexes qui gravitent autour de ces cinq-là. 

 

Tous ont des sentiments partagés, des secrets et des non-dits qui sont distillés de façon savante au lecteur. 

 

Puis vient la question de l’héritage et du devenir de la ferme des Neshov.

 

Ces trois livres sont loin d'être désagréables à lire. J'aime bien les sagas familiales. Mais il ne s'agit pas là non plus d'un chef d'œuvre. A mon avis, le troisième tome est vraiment trop long, J'ai passé mon temps à attendre un rebondissement ou quelque chose d'intéressant, mais rien n'est venu. Et la fin m'a carrément déçue.

 

Bref, on ne peut pas dire que cette lecture soit un coup de cœur. J'ai vu quelque part que, lorsqu’elle a terminé La terre des mensonges (le premier tome), Anne Ragde ignorait qu’il y aurait une suite. Ceci explique peut-être cela.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 3 Mars 2014

ciel-3-mars.jpg 

Amis petitcoindecielophiles, bonjour !

 

Pas de trêve dans l'hiver cette année (d'ailleurs pas d'hiver non plus). Pas vu ces belles semaines que l'on a parfois au mois de février et qui nous permettent de souffler en attendant le printemps. Cette année, c'est marche ou crève.

 

Aujourd'hui encore, c'est le chaos dans mon Petit coin de ciel. Il a vraiment une drôle de couleur parfois, entre gris et jaune... quand on le voit parce que de temps en temps on a l'impression que la nuit va tomber. Aaah oui, mais il n'est que 14 h. Les averses de grêle se succèdent. Une nouvelle fois, nous sommes dans l'orange. Orange pour les inondations, orange pour les grandes marées, orange pour les grosses vagues et le risque de submersion, orange pour le vent et les bourrasques.

 

Pour les enfants, c'est une journée de reprise. Les vacances de la zone C (dont fait partie Bordeaux) sont terminées. Et déjà j'entrevois la fin de l'année scolaire qui se profile... Si, si. Certains jours, on sent que la vie amorce un petit virage, il me semble que c'en est un aujourd'hui.

 

Dernière ligne droite pour Fiston 1 : il finalise petit à petit son mémoire à rendre courant avril. L'année prochaine, ce sera Angers ? Paris ? Bordeaux ?

 

Dernière ligne droite pour Fiston 2 : encore 4 semaines et demi de cours, une dizaine de jours de révision (et de repos) puis les concours mi-avril. L'année prochaine, ce sera Lyon ? Paris ? Bordeaux ?

 

Dernière ligne droite pour Fiston 3 : encore 6 semaines de cours puis 2 mois de stage (qu'il n'a toujours pas trouvé même si les choses suivent leur cours). A la rentrée, il va vraisemblablement se réorienter vers une autre école du groupe auquel appartient la sienne. Cela correspondra mieux à ses attentes, dit-il. En tout cas, en 2014/2015 ce sera encore Bordeaux pour lui sans doute...

 

Dernière ligne droite pour Fifille aussi, quoiqu'un peu plus longue que celle des garçons. Petit à petit, son projet d'orientation se dessine. L'année prochaine, pour elle, ce sera forcément un lycée quelque part dans la CUB*, quel que soit son choix. Elle avait commencé à évoquer l'internat, mais pour l'instant on n'en entend plus parler tant mieux...

 

Sur ce, je file changer notre box qui fatigue (surmenage peut-être ?)... Alors, si tout va bien, je vous retrouve un peu plus tard pour mettre à jour cet article avec les ciels des autres régions. La semaine dernière, ils étaient tous bleus. Je doute fort qu'il en soit de même aujourd'hui... A suivre...

 

* Communauté Urbaine de Bordeaux

 

Edit de 21h15 :  voilà comme promis les liens vers les ciels de Mamylou et de  Mary (exceptionnellement) dans les Pays de la Loire, de Françoise Andersen et Andrée/Erato en Rhône-Alpes, de Val1603 en région parisienne, de Carole en Nord-Picardie, de Minouche en Poitou-Charentes, de Claudine/Canelle en Bretagne, de Marylou en Alsace, de Marianne68 en PACA et de Cigalette et Arlette en Belgique,

 

J'avais vu juste (mais d'un autre côté pas besoin non plus d'être très finaude pour ça) : il n'y a pas que le mien qui soit gris. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 2 Mars 2014

barbapapa.jpg

 

Lundi 24 février

 

Un vol de grues cendrées passe au-dessus de chez moi, puis un autre, puis un autre. C'est vraiment beau. Je me tords le coup vers le ciel pour essayer de les suivre des yeux et je souris toute seule (c'est grave docteur ?)...

 

Mardi 25 février

 

Mon téléphone DECT du boulot sonne dans la poche de ma blouse qui est sagement accrochée à la patère de la porte des toilettes de l'hôpital. Nooon, pas question que je décroche. J'imagine la scène et je pouffe comme une bécasse, pourvu que personne ne me voie (mais là où je suis y'a aucun risque).

 

Mercredi 26 février

 

Un médecin avec qui je travaille s'installe sur la chaise en face de mon bureau pour discuter de tout et de rien (et même se dévoiler un peu) pendant au moins une demi-heure !! Incroyable, non ? Et moi qui me plaignais pas plus tard que la veille qu'il ne venait jamais me parler d'autre chose que de boulot.

 

Jeudi 27 février

 

Hiiii, Fiston 1 passe dans un reportage sur BFM TV. Heureusement que Cousine Rose était devant sa télé, sinon il ne m'aurait peut-être même rien dit le vilain cachotier !

 

Vendredi 28 février    

 

1 chou vert, 1,2kg de carottes, 500g de navets, 1,2kg de pommes de terre, 2 branches de céleri, 1kg de tomates, 500g d'oignons, 1 salade, 1kg de poireaux, 500g de betteraves cuites, 2 têtes d'ail ET 1kg de pommes gala, 1kg de poires williams, 1kg de clémentines, 1kg de bananes, 1 ananas, 1kg d'oranges, 1kg de pommes granny et 10 kiwis, le tout pour 20 euros, c'est l'offre que nous fait chaque semaine le CE de l'hôpital (avec quelques variantes bien sûr, à bas la monotonie). J'adore (mais les ados me détestent) !

 

Samedi 1er mars

 

Ca y est ! Les vacances sont réservées ! Pour nous, ce sera soleil et farniente au sud de l'Espagne, avec normalement tous les fistons et Fifille. Le petit plus, c'est que c'est Jules qui s'est occupé de tout. Est-il vraiment nécessaire d'ajouter que je me réjouis par avance de cette semaine à 6 SANS AUCUN (zéro, nada, kein, no) repas à préparer ?

 

Dimanche 2 mars

 

Ouhlala, couchée à 9h15 hier soir, réveillée à 7h45 ce matin... Vive les week-ends (fallait encore en profiter un peu, les congés sont finis pour cette fois dans la zone C dont fait partie Bordeaux). Demain, tout le monde reprend son train-train. Et c'est reparti pour un tour.    

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #mes kifs de l'année

Repost 0

Publié le 1 Mars 2014

mamma-mia.jpg

Il fait moche et froid ? Gris et humide ? Le vent tempête au dehors et le pluviomètre se remplit à vue d'œil ?

Voilà une solution anti-cafard qui vous transportera illico sans bouger de votre canapé sur une île grecque, soleil, couleurs, chaleur, bonne humeur et rythmes des années 80 compris.

Trois conditions néanmoins indispensables pour passer un bon moment : aimer ABBA, ne pas être allergique aux comédies musicales, s'abstenir si envie de voir un film sérieux.

En effet, on a commencé à 4 et j'ai bien failli me retrouver toute seule si Jules n'avait pas tenu gentiment à rester avec moi jusqu'au générique de fin.

Mais moi j'ai adoré.

C'est kitch, rafraichissant, joyeux et festif, parfois un peu gnangnan mais sûrement pas ennuyeux.  

Avec Meryl Streep, Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgard qui dansent et poussent la chansonnette (et plutôt bien) quand même !

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0

Publié le 24 Février 2014

fevrier 8170 

Amispetitcoindecielophiles, bonjour !

 

C'est qu'il y avait un sacré raffut dans mon Petit coin de ciel ce matin. Une joyeuse cacophonie, un tapage de tous les diables et des grous-grous à tour de bras. 

 

L'aviez-vous remarqué ? Depuis plusieurs jours, les grues remontent d'Afrique du Nord et du Sud de l'Espagne. Elles suivent invariablement paraît-il toujours la même route sur une bande d’une centaine de kilomètres de largeur seulement.

 

Leur vol migratoire est caractéristique, en forme de Y ou de V, mais ce matin, au-dessus de chez moi, elles n'étaient pas en formation ordonnée et sage. Elles tournoyaient anarchiquement dans tous les sens, on aurait dit qu'elles attendaient des retardataires, qu'elles se regroupaient, que c'était la récré ou alors qu'elles faisaient une halte. Est-ce comme chez les humains qui voyagent chez qui, toutes les deux heures, la pause s'impose ?

 

J'ai lu quelque part que, quand elles sont là-haut, les grues crient environ toutes les 10 à 15 secondes et que leur cri sonore s'entend jusqu'à 4 kilomètres. Ceci explique donc cela !

 

En tout cas, qu'elles se déplacent dans un sens ou dans l'autre, elles marquent dans le cœur de tous un tournant dans la saison... Il paraît que l'hiver revient rarement après leur passage. Il ne reste plus qu'à y croire... 

 

Et vous ? Les avez vous vues les grues annonciatrices du printemps ?

 

Et sont-elles passées au-dessus de chez Mary, Claudine/Canelle et Sherry en Bretagne, Marylou en Alsace, Andrée/Erato et Françoise Andersen en Rhône-Alpes, MéméYoyo et Mamylou dans les Pays-de-la-Loire, Marianne68 et Sylvie en PACA, Val1603 en région parisienne et Cigalette et Arlette en Belgique ? Un clic et vous saurez...  

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 23 Février 2014

rose colored glasses

 

Lundi 17 février

 

J'adore quand Fiston 2 revisite les dictons qu'affectionne tant ma mère et dit : "Là c'est vraiment l'hôpital qui se moque de la charrue avant les boeufs". Moi, ça me fait rire !

 

Mardi 18 février

 

J'adore quand Fifille m'appelle au milieu de l'après-midi au boulot pour me demander si elle peut faire une mousse au chocolat pour le dessert du soir. Hiiiii.

 

Mercredi 19 février

 

J'adore quand j'arrive à motiver les ados pour aller jusqu'au bord du Bassin d'Arcachon et manger avec eux une gaufre au bout de la jetée.  

 

Jeudi 20 février

 

J'adore parler des prochaines vacances et faire des projets à 6... ou 7 (avec la chérie de Fiston 1, qu'est-ce que vous vous imaginiez d'autre ?).

 

Vendredi 21 février

 

J'adore quand je rentre épuisée du boulot et que Fiston 2 me demande si je veux qu'il me fasse un petit thé pour me réconforter. Bah, moi ce serait plutôt un petit apéro dont j'aurais besoin pour me requinquer mais va pour le petit thé !

 

Samedi 22 février

 

J'adore, une fois n'est pas coutume, faire de la pub pour le blog (et le livre) Alors voilà que m'a fait découvrir Cousine Rose, journal de soignés/soignants réconciliés. À lire absolument sans modération.

 

Dimanche 23 février

 

J'adore tout le programme du jour : grasse mat', popotte, repas/tajine à 6, café au soleil avec le nouveau bouquin que je viens de commencer et que m'ont offert Fiston 1 et sa chérie pour Noël (voir ci-contre), ciné en famille (même si le film était un navet, private joke inside les cousines) !

 

Ça faisait longtemps que je n'avais pas passé un aussi bon dimanche.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #mes kifs de l'année

Repost 0