Publié le 30 Juin 2014

ciel-30-juin.jpg

 

Amis petitcoindecielophiles, bonsoir.

 

J'ai lu que, d'après une très sérieuse étude, les Britanniques passeraient six mois de leur existence à discuter de la pluie, du beau temps et de tout ce qui a trait à la météo en général. Pour 58 % d'entre eux, le principal sujet de conversation avec des étrangers, des collègues, des voisins ou des relations d'affaires serait lié aux spéculations pour savoir s'il va faire beau ou non, ou alors aux récriminations contre le froid ou la chaleur. Au total, les Britanniques parleraient donc de la météo pendant 49 heures au total chaque année, ce qui en fait le premier sujet de conversation devant le travail, la télévision, le sport ou les potins !

 

Et en France ? Et ben c'est pareil pardi ! "Tout le monde parle du temps, les grands hommes comme les petits, écrivait le fameux San-Antonio, c'est le sujet universel, le péché originel de la conversation."

 

Avec d'autres mots, Jean Viard, sociologue et chercheur au CNRS, ne dit pas autre chose : "La météo est le sujet de conversation le plus banal et le plus simple. Il n'engage à rien, mais tout le monde a quelque chose à en dire..."

 

L'étude dit aussi que s'inquiéter du niveau du thermomètre contribue au partage, à distance, de moments de la vie. Alors ça franchement, j'aurais pu l'écrire aussi car que fait-on d'autre dans cette rubrique tous les lundis ?

 

Et elle ajoute que, quand il y a du soleil, les gens sont globalement de meilleure humeur. A contrario, quand il fait mauvais, ils ont tendance à davantage remarquer qu'ils vont mal... Mais s'ils en sont à se plaindre du temps, c'est qu'ils n'ont pas vraiment de problèmes, non ? Je vous laisse méditer sur le sujet, vous avez 4 heures pour me rendre vos copies... 

 

En tout cas, je crois que ce petit rendez-vous du lundi a encore de beaux jours devant lui car, étude ou pas, on n'en a pas fini me semble-t-il de comparer et commenter nos petits coins de ciel...

 

Cette semaine, on a même UN participant, comme quoi parler du temps et lever les yeux n'est pas strictement l'apanage des blogueuses. Voilà donc les ciels d'Oth 67 (Bas-Rhin) et de Marylou (Haut-Rhin) en Alsace, de Carole en Picardie, de Françoise Andersen au Danemark, de Mamylou et Mémé Yoyo dans les Pays-de-la-Loire, de Mélissa et Arlette en Belgique. Qui d'autre veut participer ? 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 29 Juin 2014

coeur-rose.png 

Lundi 23 juin

 

Jules est parti en déplacement pour 2 jours et à chaque fois c'est pareil. Je m'endors normalement et quand je me réveille le lendemain matin je suis complètement en travers du lit... mais carrément dans l'autre sens ! Vous y voyez un signe ?

 

Mardi 24 juin

 

Ça paraît tout con à dire mais avez-vous remarqué comme une bonne douche chaude le soir en rentrant du travail fait du bien ? Un petit plaisir facile dont on aurait tort de se priver.

 

Mercredi 25 juin

 

D'habitude, les éclairs au chocolat de la boulangerie c'est le dimanche à midi. Aujourd'hui, j'ai décidé que les éclairs au chocolat de la boulangerie ce serait le mercredi soir. Une petite révolution à la maison (hé ! mais pourquoi ? mais comment ça s'fait ?) vite étouffée dans l'œuf : difficile de continuer à s'étonner et à poser des questions la bouche pleine ! D'ailleurs, puisqu'on en parle, vous savez pourquoi les éclairs s'appellent éclairs ?

 

Jeudi 26 juin

 

Avoir des nouvelles plutôt bonnes de Fiston 2. Oups, j'avais dit que je n'en parlais plus (mais juste 2 lignes ça ne compte pas). En tout cas, il va bien et pour ses oraux "ce n'est pas la catastrophe" dit-il... C'est déjà ça !

 

Vendredi 27 juin

 

Dernier jour des épreuves du Brevet des Collèges et également dernier jour de collège pour Fifille... Dernier jour de collège aussi pour la fratrie, après 12 années consécutives passées sur les bancs de cet établissement. Pour moi, même pas une once de nostalgie... A vrai dire, je n'y avais même pas pensé et c'est Jules qui me l'a fait remarquer. Pour une fois (ça change !), je suis fin prête à tourner la page et passer à autre chose !

 

Samedi 28 juin

 

Avec Fifille, on s'organise une petite virée soldes entre filles, hiiii je ne vous dis que ça !

 

Dimanche 29 juin

 

Commencer à organiser le prochain anniversaire de Jules : pouh la la, 50 ans c'est ben vieux !

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #mes kifs de l'année

Repost 0

Publié le 26 Juin 2014

pas-son-genre.jpg

L'histoire se passe dans le Nord. Clément, jeune professeur de philosophie et auteur parisien, est affecté à Arras pour un an. Loin de Paris et de ses lumières, Clément ne sait pas à quoi occuper son temps libre. C'est alors qu'il rencontre Jennifer (on dit Djennifer, c'est anglais), une jolie coiffeuse.  

"Pas son genre", le titre du film annonce tout de suite la couleur car on ne pouvait imaginer deux êtres plus différents l'un de l'autre, rappelant un peu ceux de Pretty Woman version ch'nord.

La vie de Clément est régie par Kant et Proust. Avec ses airs de premier de la classe et de fifils à papa (haut fonctionnaire) et maman (médecin), il est d'humeur toujours égale et imperturbable, ne montre jamais ses sentiments. Sa vie est lisse, comme ses cols roulés gris... ou ses chemises noires, parfois bleu marine.

Jennifer aime sa ville, Anna Gavalda, Musso et les romans populaires, les magazines people et les soirées karaoké avec ses copines. Elle est charnelle, pétillante, pleine de vie et de peps, elle dit toujours ce qu'elle pense, aime les cavalcades, les paillettes et charrie avec elle un torrent d'émotions.

Ils deviennent amants. Cœurs et corps sont libres pour vivre le plus beau des amours mais cela suffira-t-il à renverser les barrières culturelles et sociales ?

Les deux acteurs principaux (Emilie Dequenne et Loïc Corbery) jouent très bien. On voudrait tellement croire que cette histoire est possible, mais comment bâtir une relation qui dure quand elle l'appelle "chaton" à tout bout de champ, voudrait qu'il s'éclate en dansant sur "Life is life" et lui chante "Tiens voilà du boudin" pendant qu'il lui lit des poèmes de Proust (véridique). Et d'un autre côté, comment venir à bout de la violence entraînée par les différences culturelles quand lui n'a pas de télévision, va à l'opéra avec ses parents, à des vernissages dans des appartements magnifiques et n'a jamais entendu parler de Jennifer Aniston ?

Alors ? A votre avis ? Histoire possible ou pure utopie ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0

Publié le 23 Juin 2014

ciel-23-juin.jpg

 

Amis petitcoindecielophiles, bonsoir !

 

Si on y fait bien attention, le ciel, il est plutôt sympa avec nous. Il fait l'effort de changer chaque jour qui passe, il n'est jamais deux fois le même, il se renouvelle sans cesse, il prend à chaque fois un nouveau visage.

 

Il n'y a qu'à regarder les photos qui sont publiées chaque lundi dans cette rubrique pour s'en rendre compte (cette semaine, en cliquant sur les liens, vous pourrez voir les ciels de Mélissa et Arlette en Belgique, Val 1603 et Coco en région parisienne, Mamylou dans les Pays-de-la-Loire, Andrée/Erato en Rhône-Alpes, Carole en Nord-Picardie, Claudine/Canelle en Bretagne, Marylou en Alsace, Sylvie en PACA, Nadia-Vraie au Canada, Françoise Andersen au Danemark et, last but not least, Minouche en Poitou-Charentes.

 

Pour preuve aussi, hier, en Gironde, c'était du grand bleu. Puis vers 2h30 ce matin, les éclairs étaient partout et la pluie est tombée en grande quantité. Au lever du soleil, le ciel était encore un peu barbouillé et chiffonné après cette nuit agitée. Mais cet après-midi, il a retrouvé un aspect calme et serein.

 

C'est comme à la maison : tantôt les journées sont paisibles, comme dimanche, avec tous les enfants réunis autour de la piscine à jouer à la baballe comme quand ils avaient 8 ans, tantôt elles sont plus stressantes, comme aujourd'hui, parce que Fiston 2 a passé son premier oral : ce matin c'était à Bordeaux mais à partir de mercredi ce sera à Lyon. Alors, on vit au jour le jour, avec toutefois un sentiment de déjà vu, en le soutenant de notre mieux, en le véhiculant à droite et à gauche (ça, c'est Jules), en repassant ses chemises (ça, c'est moi) et en essayant de faire comme si on n'avait rien entendu quand môssieur a ses humeurs.

 

Cela dit, c'était mignon hier de voir ses frères et sœur lui dire : "T'es le meilleur, tu vas gagner !" et lui de répondre "Viser la lune, ça n'me fait pas peur, j'y crois encore et en cœur"...

 

Et moi et Jules, relativement impuissants et désarmés, on pense : "Yallah, que sera sera".

 

Nota bene : la prochaine fois, promis, je ne vous parle pas de Fiston 2 du moins plus jusqu'aux résultats.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 22 Juin 2014

marguerite.jpg

Lundi 16 juin

 

Encore une chouette soirée organisée par ma copine, celle qui m'avait permis il y a quelques temps de voir d'abord Amélie Nothomb puis Eric-Emmanuel Schmitt. Cette fois, nous sommes allées en bande de filles rencontrer Douglas Kennedy qui présentait son dernier livre, Murmurer à l'oreille des femmes (et pas des chevaux hein, faut pas confondre). 

 

Mardi 17 juin

 

Avoir mon bureau pour moi toute seule : les trois stagiaires que nous avons eues ces dernières semaines sont parties (et ma collègue était sur un autre poste)... Ça fait du bien de retrouver ses pénates et son chez-soi, avancer à son rythme et ne pas être dérangée toutes les 2 minutes par toutes sortes de questions surtout de celles auxquelles on a déjà répondu dix fois.

 

Mercredi 18 juin

 

À 18 ans, Fiston 3 va avoir des lunettes ! Ce n'est pas que je kiffe particulièrement cette nouvelle mais, en plus de soulager sa vue, ça n'a pas l'air de lui déplaire. En tout cas, il me tarde de voir sa nouvelle tête.

 

Jeudi 19 juin

 

En rentrant du boulot, j'ai trouvé Fifille dans la cuisine en train de faire des crêpes au chocolat... La veille, c'était de la mousse au chocolat. Et encore avant, des muffins au chocolat. Oui oui, elle a un petit faible pour le chocolat...

 

Vendredi 20 juin

 

Encore des résultats scolaires : le bulletin de Fifille (yes), le récapitulatif des notes de Fiston 3 sur l'année (yes yes), le relevé des partiels de Fiston 1 (yes yes yes), l'admissibilité de Fiston 2 à une autre école pour laquelle il avait postulé (yes yes yes yes), même si dans la foulée il s'est rendu compte que l'oral tombait le même jour qu'un autre oral et qu'a priori ni l'une ni l'autre des deux dates ne peuvent être modifiées. Archi naze.

 

Samedi 21 juin

 

Il faisait tellement chaud que j'ai télétransporté ma planche à repasser dehors. Bronzer en pliant 5 machines de linge, ce pourrait être un nouveau concept ! Ou comment joindre l'utile à l'agréable...

 

Dimanche 22 juin

 

Le soleil, le soleil, encore le soleil. Ils ont bien raison les Castors Juniors de dire dans leur manuel que mon animal-totem est le lézard, même si je ne suis pas fan de cette bestiole, surtout quand elle s'aventure dans mon salon et court à toute vitesse se planquer sous le canapé.

 

Heureusement que Chachat veille et montre qui est le chef.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #mes kifs de l'année

Repost 0

Publié le 21 Juin 2014

Pour la fête des mères, mes enfants m'ont choisi et offert une nouvelle poule très tendance.

poule chapeau moustache

Ici avec toutes ses sœurs jumelles, dont certaines vous ont déjà été présentées , et .

poule chap moustache

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #poules

Repost 0

Publié le 18 Juin 2014

carnet rouge

Voilà un livre offert par ma copine qui, en me le donnant, a précisé : "Dès que tu l'as fini, tu me le passes, OK ?"

C'est un recueil de 11 nouvelles qui narre de façon simple des histoires d'adultère, somme toute banales et en même temps terriblement tragiques, mais aussi de revanches de femmes trompées, racontées parfois sur un ton comique, parfois de manière beaucoup plus dramatique. 

Le détail frappant dans la plupart de ces récits de tromperie, c'est le rôle à double tranchant joué par les nouvelles technologies : téléphone portable, répondeur téléphonique, messagerie, SMS... sont autant d'outils qui permettent de rapprocher les amants et véhiculer leurs amours clandestines mais aussi de tout faire basculer en laissant des traces et des empreintes redoutables dans leur sillage... 

Il se lit vite, j'ai bien aimé... Et puis il donne des idées de vengeance... On ne sait jamais... Au cas où...

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 16 Juin 2014

ciel-16-juin.jpg

 

Amis petitcoindecielophiles, bonsoir.

 

Alors la semaine dernière, j'ai complètement zappé le ciel. J'avais pourtant pris une jolie photo mais ensuite, quand il a fallu écrire un article, pfff, je me suis dégonflée : pas envie, pas d'inspiration, fatiguée, voilà, une espèce de syndrome de la page blanche, version light quand même hein, faut pas exagérer.

 

Il faut dire qu'il y a tellement mieux à faire en ce moment que de rester devant son ordi. Il fait beau, alors on profite des longues soirées pour sortir, manger dehors, bouquiner à la fraîche ou prendre le temps, si l'agenda (toutefois bien chargé ces jours-ci) le permet.

 

Et puis, par les temps qui courent, ça devient de plus en plus en plus difficile et compliqué de s'approcher d'un ordi. La coupe du monde a commencé alors Fiston 3 squatte les écrans dès qu'il peut pour suivre TOUS les matchs sur des chaînes étrangères diffusées sur Internet. Quand il a fini, c'est Fifille qui prend le relais pour jouer en ligne et tchater avec ses copines. Et puis, quand Fiston 2 est là, ben... lui aussi il veut la place pour facebooker et travailler. Enfin, il ne faut pas oublier Jules qui veut également consulter sa messagerie, faire ses comptes, ses listes, regarder les infos, etc. Heureusement que Fiston 1 a quitté le cocon familial sinon ce serait carrément la foire d'empoigne. 

 

Et voilà comment et pourquoi je n'écris plus d'article, je ne réponds plus à mes coms, je ne lis plus les articles des autres, bref voilà comment je déserte purement et simplement le blog.

 

MAIS, toutefois, il y a des traditions qui se respectent et des choses avec lesquelles on ne plaisante absolument pas, comme le Petit coin de ciel du lundi. Alors, bien qu'ayant travaillé exceptionnellement toute la journée et étant sortie ce soir parce que j'avais rendez-vous avec Douglas Kennedy (oui, oui, LE Douglas Kennedy), je suis finalement là, fidèle au rendez-vous et au poste.

 

Comme vous le voyez, mon ciel est plutôt agréable en ce moment. Il est bleu, il fait chaud, mais pas trop. Et chez Mémé-Yoyo et Mamylou dans les Pays-de-la-Loire, Marianne en PACA, Carole en Nord-Picardie, Mélissa et Arlette en Belgique, Minouche en Poitou-Charentes, Claudine/Canelle en Bretagne, Marylou en Alsace, Andrée/Erato en Rhône-Alpes, Coco (qui nous fait le plaisir de participer cette semaine) et Val1603 en région parisienne, Nadia-Vraie au Canada (qui ne nous offre pas un mais dix ciels datant des dernières semaines) et Françoise Andersen au Danemark, c'était comment ?

 

Un clic et vous saurez.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 15 Juin 2014

preview

 

Lundi 9 juin 

 

Tous réunis autour de la piscine, à bouquiner, à se rafraîchir dans l'eau, à discuter, à profiter du soleil, du ciel bleu et de la chaleur, bref à prendre le temps de prendre du bon temps, c'était bien.

 

Mardi 10 juin 

 

Première de quatre journées de boulot qui promettent d'être intenses et bien remplies, une de nos collègues étant en vacances et non-remplacée. Mais travailler dans une équipe aussi chouette que celle dont je fais partie, c'est finalement beaucoup de plaisir.

 

Mercredi 11 juin 

 

Quand je rentre du travail, je trouve Fifille et sa meilleure amie les pieds dans l'herbe... en train de réviser pour le brevet des collèges. Je n'en crois pas mes yeux... comme quoi tout finit par arriver.

 

Jeudi 12 juin 

 

C'est l'ouverture de la 20ème coupe du monde de football au Brésil. Perso, ce n'est pas trop mon truc mais Fiston 3 est tellement content ! Depuis le temps qu'il attendait ça !

 

Vendredi 13 juin

 

Aller faire un tour de vélo pendant que Jules dépiaute le poisson et range la vaisselle. Hihi, c'est le monde à l'envers et j'aime ça.

 

Samedi 14 juin

 

C'était chouette d'aller faire les boutiques avec Fiston 2. Car pour passer des oraux (6 au programme), il faut être bien habillé : des chemises à la place des t-shirts de Bob Marley, des pantalons qui ne soient pas des jeans, des chaussures qui aient moins de six mois et ne soient pas complètement détripées. C'était pas gagné, mais on s'en est plutôt bien sorti !

 

Dimanche 15 juin

 

Ce n'est pas très original, mais le repas de fête des pères avec tous les enfants, c'était un très bon moment. Leur préparer des tas de bons petits plats qu'ils ont dévorés aussi. Et la sieste qui a suivi sur le transat aussi. J'ai besoin de prendre des forces, pas comme d'habitude demain sera exceptionnellement un lundi travaillé.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #mes kifs de l'année

Repost 0

Publié le 14 Juin 2014

grace-de-monaco.jpg

L'avant-dernière sortie ciné à deux avec Jules, juste avant The Homesman, c'était pour voir Grace de Monaco.  

Les critiques sur ce film n'étaient pas très bonnes, pour ne pas dire très mauvaises. Il a commencé à déchaîner les passions avant même d'être projeté puis présenté lors de l'ouverture du dernier Festival de Cannes, il a été sifflé par le public et vivement critiqué par les journalistes (et par la famille Grimaldi) : terne, rigide, invraisemblable, fantasque, affligeant, ennuyeux, raté sont autant de qualificatifs qui lui ont été attribués. Le Daily Telegraph le désigne comme "un mélodrame fantastiquement idiot", le journal The Guardian parle d'une "catastrophe époustouflante", Le Monde titre ironiquement "Grace de Monaco : fenêtre sur four", and so on.  

Synopsis : Lorsqu'elle épouse le Prince Rainier en 1956, Grace Kelly est alors une immense star de cinéma, promise à une carrière extraordinaire. Six ans plus tard, alors que son couple rencontre de sérieuses difficultés, Alfred Hitchcock lui propose de revenir à Hollywood pour incarner Marnie dans son prochain film. Mais c'est aussi le moment où la France menace d'annexer Monaco, ce petit pays dont elle est maintenant la Princesse. Grace est déchirée. Il lui faudra choisir entre la flamme artistique qui la consomme encore ou devenir définitivement Son Altesse Sérénissime, la princesse Grace de Monaco.

A notre habitude, nous sommes allés voir ce film un peu "au pif", parce que l'heure et le jour de la séance nous arrangeaient. Je pensais plutôt voir le biopic de Gracie au complet avec une récap' de sa jeunesse, son heure de gloire, sa rencontre avec Rainier, son mariage de contes de fées, ses désillusions, son renoncement à sa carrière d'actrice...

En fait, le film se concentre sur l'année 1962 et plus précisément sur 6 mois de la vie monégasque durant lesquels la princesse Grace Kelly a joué un rôle particulier dans le conflit fiscal qui opposa Monaco à la France du général de Gaulle. C'est au moment également où son couple bat de l'aile et que Hitchcok lui propose un nouveau rôle dans son prochain film.

Il comprend de nombreuses erreurs historiques paraît-il ? Ça se peut bien évidemment, mais je ne peux pas juger de cela. A vrai dire, je ne savais même pas que le Rocher avait été l'objet d'une menace majeure de De Gaulle au début des années 60. Et puis de toutes façons, l'avertissement en début de film était sans équivoque : "ceci est une fiction inspirée de faits réels" alors pourquoi s'offusquer de ce que la réalité a été distordue ?

En plus, c'est vraiment pas mon genre de chercher le vrai du faux, ou le possible de l'impossible dans un film. J'aime plutôt me laisser porter... Ici, j'ai donc admiré Grace, cette femme d'exception que joue une Nicole Kidman au somment de l'élégance, assisté à son combat intérieur, à ses dilemmes et à son renoncement à sa carrière artistique pour embrasser son destin et servir son Prince.

Alors bien sûr, s'il faut critiquer... quelques maladresses sont difficiles à pardonner : des dialogues un peu bancals, un discours final à la limite du too much (j'ose espérer que le destin de Monaco ne s'est pas VRAIMENT joué à un Bal de la Croix-Rouge), un Rainer anxieux, peu sûr de lui, parfois brutal dans ses paroles et dans ses actes et puis, franchement, en 1962, Grace avait à peine 30 ans alors que Nicole Kidman en a 46 (et ça, ça se voit).  

Pour résumer, cette histoire montre la métamorphose d'une actrice en princesse sur fond de tensions politiques. Ce n'est pas le film du siècle mais on a passé un bon moment quand même.


 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0