Publié le 30 Novembre 2010

 

Voilà la photo -qui circule actuellement sur le net- d'une crèche typiquement alsacienne (bon, perso, c'est la première fois que j'en vois une comme ça!!!).

 

Désolée, je ne connais pas le nom de l'artiste cuisinier..... C'est dommage....

 

Tous les amoureux de l'Alsace et de ses plats typiques apprécieront.....

 

crèche-copie-1

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #alsace-gironde

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2010

Je sais, je sais.....

 

Je vais faire des tas de jaloux, mais la journée a été magnifique en Gironde.

 

Froide ce matin, mais très ensoleillée le reste de la journée.

 

Et même pas une goutte de pluie, ni un nuage, alors que le déluge s'est abattu sur le 33 tout au long du mois de novembre.

 

Mon linge a séché dehors, je me suis chauffée derrière les baies vitrées, vautrée sur mon canapé puisque je suis condamnée à ça....

 

novembre-2010 1970  novembre-2010-1967.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2010

 

Voilà déjà un petit moment que je zyeutais sur le blog de Carole sa recette de pralinoises.

 

Une première fois, j'avais acheté les ingrédients nécessaires, mais j'ai mangé la tablette de pralinoise. Avec mon café. Pas en une seule fois, hein ! mais un petit morceau par ci, un petit morceau par là, et bientôt il n'est plus resté assez de matière première pour réaliser la recette.

 

Autant vous dire tout de suite que je n'ai éprouvé aucun scrupule. C'était trop bon.

 

La semaine suivante, j'ai donc remis l'élément manquant sur ma liste de courses.

 

Comme cet après-midi, Fifille tournait en rond comme une âme en peine (vous connaissez sûrement la chanson : j'm'ennuie ! j'sais pas quoi faire ! t'as pas une idée ?) et que la recette est simplissime, je lui ai donné les instructions depuis mon canapé, jouant à fond la carte de la maman handicapée de l'oeil qui n'avait pas le droit de lever le petit doigt (pour ceux qui n'auraient pas lu l'article précédent, voir toute l'histoire ).

 

C'est avec brio (et beaucoup de chocolat sur les doigts et sur le bec) que ma petite grande fille s'est sortie de cette épreuve et voilà le résultat :

 

novembre-2010-1949.JPG

 

 

Par contre, ce que je craignais est arrivé tout comme je l'avais imaginé. C'était tellement bon que tout a disparu en cinq minutes, peut-être six mais pas plus.

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2010

 
Dimanche : je me réveille le regard un peu flou. Comme la soirée de la veille avait été assez festive (voir ) et les heures de sommeil peu nombreuses, je ne me suis en rien inquiétée. Plus bizarre était un petit filament noir que j'avais dans mon champ de vision (en bas dans l'oeil gauche) et qui me suivait partout quand je lisais, un peu comme si j'avais eu un cil dans l'oeil. Assez énervant.
 
Lundi : reprise difficile de mes activités comme je vous le racontais . Et toujours la même zone floue au niveau de l'oeil gauche et ce petit brin noir qui commençait à sérieusement m'agacer. J'avais beau me dire : c'est rien, ça va passer.... eh bien non, ça ne passait absolument pas.
 
Mardi : j'appelle l'ophtalmo pour lui raconter ma gêne et lui demander conseil, mais elle me donne un rendez-vous en urgence. Gouttes pour dilater la pupille, examen rituel, fond d'oeil, diagnostic : "Eh bé, j'ai là sous les yeux une belle déchirure de la rétine". J'en reste coite. J'essaye de me remémorer ce qui a bien pu causer ça, persuadée qu'une déchirure rétinienne ne survenait que lors d'un choc, d'un traumatisme, d'un violent effort (genre quoi ? accoucher ?) ou lorsqu'on portait une charge trop lourde. Puis, je demande des explications :
 
Image%20dechirures%20retinienne
 
Le vitré est une sorte de gelée qui remplit la grande partie de l'oeil. A mesure qu'on vieillit, cette sorte de gelée devient de plus en plus liquide. Elle a, par ailleurs, de faibles attaches sur la rétine et des attaches plus fortes à la tête du nerf optique. Il arrive, dans le cours de la vie, que le corps vitré se déplace dans l'oeil, généralement de 50 à 70 ans (pas encore mon cas, je vous rassure !!). La surface du corps vitré se détache alors de la rétine, ce qui donne lieu à un décollement du vitré. Cela correspond au processus normal dû à l'âge.
 
Mais ce phénomène peut être observé prématurément dans les cas de forte myopie (moi) ou de traumatisme subi antérieurement (pas moi). Pendant le détachement, le corps vitré tire légèrement sur la rétine, ce qui peut être perçu comme des flashes de lumière dans les bords du champ visuel. Ceci apparaît spécialement la nuit. On observe aussi des débris pris dans la gelée et perçus comme des mouches volantes ou des filaments qui flottent devant les yeux. Je suis sûre que certains d'entre vous ont déjà constaté ce phénomène. Ces symptômes disparaissent après une période de plusieurs jours ou de plusieurs semaines. Dans certains cas, le détachement ne se passe pas aussi simplement (moi) : parfois, une partie du corps vitré adhère à la rétine et peut alors provoquer une déchirure rétinienne. Elle est plus fréquente chez les myopes car la rétine est plus fine. Les "mouches volantes" (non, je vous promets que je n'ai rien bu, rien fumé) persistent alors car elles sont des débris de la rétine arrachée ou du sang, si la déchirure traverse un vaisseau sanguin.
 
C'est un peu glauque mais on ne sent strictement rien, si ce n'est la gêne évoquée un peu plus haut !!
 
Vendredi : pour prévenir un éventuel décollement de la rétine, car là c'est l'intervention chirurgicale direct, on traite la zone endommagée au laser. J'avais donc rendez-vous hier. Chez un charmant rétinologue. Que malheureusement je voyais flou, encore plus flou au bout de 10 minutes quand il m'a eu mis des gouttes dans l'oeil et que ma pupille a été archi-dilatée. A faire peur. Le laser sur la rétine : ce n'est pas douloureux du tout, mais pas agréable non plus.
 
Le pompon, ça été à la fin de la séance. Le rétinologue m'annonce que, pour une cicatrisation optimale, je dois rester au repos :
 
- Je vais vous mettre en arrêt-maladie pour 10 jours.
- Ah... Euh...
- Vous travaillez ?
- Ben... non...
Et comme je veux ajouter, enfin pas à l'extérieur, il enchaîne :
- Ah, et bien parfait, donc repos total. 
- Mais... à la maison... j'ai le droit de faire quoi ?
- Eh bien, grosso modo : rien ! Pas d'aspirateur, pas de charges lourdes, pas de jardinage, pas de tâches ménagères.
Comme je le regarde d'un air dubitatif et perplexe, il ajoute :
- Je vous recommande la plus grande prudence, c'est très sérieux. Vous faites du canapé, vous vous reposez et vous prenez votre mal en patience pendant 10 jours.>
 
Je vous laisse imaginer la tête de mes enfants quand je leur ai dit que j'étais en arrêt-maladie pendant 10 jours...
 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #santé

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2010

seau    the 2    deux    veau

 

 

Il pleut, il fait froid, les enfants sont tous à la maison (et affamés, comme d'habitude), belle-maman est là pour le week-end et on a envie de partager un bon moment ensemble, autour d'un repas de saison... Il est  temps de ressortir une recette de grand-mère, un plat familial qui a fait ses preuves et qui sait remplir les estomacs, tout en restant équilibrée et économique.

 

Pour 7 personnes, il faut :

 

. 1,5 kg de sauté de veau

. 1 poireau

. 2 oignons

. 3-4 carottes

. 3 tomates

. une douzaine de belles pommes de terre

. 8 gros champignons de Paris

. sel, poivre, feuilles de laurier, clous de girofle

. 3 cuillers à café rases de fond de veau Maggi

. 3 dl d'eau

 

Dans une cocotte, faire revenir les oignons dans un peu de matière grasse. Ajouter le poireau émincé et les carottes en rondelles. Une fois le tout bien rissolé, retirer de la casserole et mettre à la place la viande que vous laisserez dorer. Remettre ensuite les légumes, ajouter les tomates pelées, les champignons et les pommes de terre, le tout coupé en morceaux. Puis le fond de veau et l'eau. Saler et poivrer. Mettre le laurier et les clous de girofle.

 

Laisser mijoter 1 h 1/2 environ en remuant de temps en temps. Ajouter un peu de Maïzena diluée à la fin si la sauce est trop liquide

 

On peut aussi rajouter un peu de crème au dernier moment, mais moi j'ai pas fait. Par contre, si vous voulez mettre d'autres légumes (navet, courgette, haricots,...) c'est possible of course.

 

Juste une dernière petite chose au niveau des quantités : j'avais pensé qu'il en resterait un peu, et que je pourrais congeler, mais je me suis trompée : y'a plus rien du tout.

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 26 Novembre 2010

L'hiver, le froid, le verglas et la neige partout ?...... Nooon, pas en Gironde.....

 

fleur.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 26 Novembre 2010

magasin-copie-1.jpgDe Jean Teulé, je n'avais lu qu'un livre jusqu'à présent : Le Montespan. Celui-ci est d'un genre bien différent.

 

Le Magasin des Suicides ? D'emblée le mot dérange et déstabilise car il n'est pas de bon ton de plaisanter sur ce sujet douloureux et souvent tabou dans nos sociétés. Et pourtant, rien de tel que ce bouquin à l'humour noir, grinçant et caustique pour vous faire sourire et chasser votre cafard. Un brin provocateur sans doute, mais en aucun cas choquant.

 

Un livre "glauque" et macabre ? Pas du tout, plutôt une fiction décalée, car tout y est pris en dérision et l'auteur parvient fort habilement à dédramatiser tous les non-dits qui tournent autour de la décision volontaire d'en finir une bonne fois pour toutes. 

 

Imaginez un magasin où l'on a une sacrée réputation à tenir car l'on y vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles et imaginables pour en finir avec la vie : des poisons du jour et des amanites phalloïdes au rayon frais, des sabres pour se faire hara-kiri avec en accessoire un kimono brodé d'une croix rouge pour indiquer l'endroit où frapper pour ne pas se rater, des parpaings en ciment avec le nom de la boutique moulé en relief sur une des faces, des lames de rasoir et des révolvers jetables en tête de gondole, des pommes de Turing et des bonbons au cyanure sur le comptoir....

 

C'est la famille Tuvache (qui pourrait être apparentée avec la famille Adams) qui tient cette boutique prospère dans le malheur. Mishima le père, Lucrèce la mère, Vincent et Marilyn, les enfants, ont tous des noms de suicidés célèbres. Ils vivent dans un monde apocalyptique et une atmosphère de fin du monde, dans une ville où la vie est devenue si triste que tout le monde a perdu le goût de vivre. Dans cette piteuse ambiance, les candidats au passage outre-tombe sont nombreux. Les Tuvache se délectent de cette mélancolie et la réputation du magasin est excellente car les clients qui ont raté leur vie sont soucieux de ne pas rater leur mort. "Mort ou remboursé", le slogan du magasin inspire la confiance et les affaires vont bon train.

 

Tout aurait ainsi pu continuer à mal aller dans le pire des mondes.

 

C'était compter sans l'arrivée accidentelle du petit dernier de la famille, Alan, qui respire la joie de vivre et naît la bonne humeur chevillée au corps. Il adore la vie et n'a qu'une envie, distribuer du bonheur autour de lui et redonner le goût de vivre aux clients. La honte de ses parents ! Dès lors, rien ne sera plus comme avant...

 

Dire quoi que ce soit sur le déroulement de l’histoire serait déjà trop en dire, mais sachez que ce livre se lit à toute vitesse. Un bon petit roman qui laisse une bonne impression, même s'il y a quelques longueurs en deuxième partie. Poussez la porte de ce magasin et vous ne serez pas déçus.

 

Et si par hasard, vous êtes plus films que livres, Le Magasin des Suicides est actuellement adapté au cinéma par Patrice Leconte et doit sortir prochainement dans les salles.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 25 Novembre 2010

  

Chers tous,

 

chat14

Ça y est !! Ma semaine à la Présidence de la communauté Musique à Coeur Ouvert est déjà terminée. Snif. Ça a passé trop vite mais c'était trop bien !

 

D'abord un petit bilan : comme toutes les semaines, vous avez été très nombreux(ses) à participer. Je vous avais proposé comme thème "les moyens de transport évoqués dans les chansons" et vous avez été particulièrement imaginatifs et inspirés.

 

Voilà ce que ça donne. Nous avons tout d'abord voyagé sur terre: en auto-stop, à pied (un kilomètre à pied, ça use, ça use, personne ne l'a citée celle-là !!), en voiture ou en auto, en monospace, en taxi, à bicyclette ou à vélo, en carrosse, à moto, en train, en tracteur (et en charmante compagnie d'ailleurs!!), en caravane, en putain d'camion, à cheval et en autobus à impériale.

 

On est ensuite parti dans les airs en caravelle d'or, en avion, en aéroplane, en hélico, en soulier qui vole, en tapis volant, en saut à ski, en parachute ou en volant de nos propres ailes tout simplement.chat5

 

Ensuite, on a vogué sur les mers et sur l'eau, en bateau, en paquebot de croisière, en cargo  (de nuit), en canoë et en gondole.

 

On a pris le métro.

 

Enfin, on est allé dans l'espace, en navette spatiale et même en fusée.

 

Bref ! On ne s'est carrément rien refusé !!!

 

Certains d'entre vous ont même pensé à ne pas oublier la valise, ni les tickets, et aussi à nous faire passer notre permis de conduire (pour ceux qui ne l'auraient pas déjà eu) !! Enfin, Pascal l'Epicurien (qui porte bien son nom) nous rappelle que, avec un peu d'imagination, on n'a pas forcément besoin, ni de sortir de chez soi, ni d'utiliser un quelconque moyen de transport pour voyager, car le transport amoureux peut nous emmener loin, loin, loin... peut-être même jusqu'au 7ème ciel !

 

Si j'ai fait des oublis, dites-le moi et je rectifierai !!

 

Bon ! Voilà ! Le moment est venu maintenant de désigner une autre présidente pour la semaine prochaine. J'ai pensé que

 

 NINI du blog Niniolive

 

voudrait bien assumer ce rôle et choisir un thème sympa sur lequel tout le monde pourra s'éclater. Alors, Nini, tu es d'accord ?

chat10

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 24 Novembre 2010

Hello chers amis fans de musique,
 
Cette semaine, c'est moi qui suis la Présidente, La Cheftaine du Mercredi, La Grande Prêtresse de la Musique à Coeur Ouvert, Le Génial Mamamouchi de la Communauté ET JE M'ECLATE !!!
 
Alors voilà ! Il y a quelques jours, je vous ai demandé de nous emmener faire un petit tour en chanson par le moyen de locomotion de votre choix. Je vous avais donné quelques pistes. On aurait pu par exemple faire une petite balade à bicyclette avec Yves Montand, une virée en sous-marin jaune avec Ringo, Paul, John et George ou une escapade en Harley avec Brigitte Bardot.
 
A propos de moto, il y a des tas de filles qui sont dingues de motards, comme Maryline dans l'Homme à la moto d'Edith Piaf.
 
Mais bon, là, on s'éloigne du sujet. Tout ça, c'était juste pour se mettre en appétit, se chauffer la voix. Moi, ce que je vous propose, c'est une promenade en mer. Pas avec Michel Sardou sur Le France, trop snob, ni sur l'embarcation d'Eric Morena, pas assez discret. On pourrait peut-être plutôt monter à bord du Fameux Trois-Mats d'Hugues Aufray ou alors juste sur un Ptit bateau qui va sur l'eau. Mais serait-ce bien adapté à la situation ?  Le mieux, je pense, c'est de vous emmener faire un tour avec Georges Brassens sur le bateau de l'amitié, car trois petites semaines m'ont suffi pour me rendre compte qu'il y en a beaucoup dans la communauté Musique à Coeur Ouvert...
 

 

Après l'eau, les airs. On pourrait prendre l'avion avec Mort Schuman, mais si on passe dans le Triangle des Bermudes, ça risque de mal finir, alors on va plutôt monter à bord avec Charlélie Couture, tant pis si son avion est sans ailes.

 

 

Bon ! Retour sur la terre ferme ! Moi, j'aime pas trop les avions et pas trop non plus les véhicules de luxe. Vous l'avez vu , je suis plutôt vieilles voitures et la tire à Dédé de Renaud, moi ça me convient à merveille :

 

 

Si vous ne la trouvez pas trop fiable, et craignez de tomber en panne, on peut aussi prendre un taxi avec Vanessa Paradis. Mais bon, ce taxi-là aussi commence à dater...

 

 

Pour aller plus loin, le train c'est bien. Celui de Richard Anthony est un peu triste mais réputé. Toutefois, pour faire plaisir à Fiston Number 2, fan de reggae, je vous emmène plutôt à bord du Zion Train de Bob Marley

 

 

Allez, un petit dernier pour la route, c'est le cas de le dire.... Une séquence nostalgie que je vous laisse découvrir. Qui a comme moi été fan de cette série ?

 

 

Voilà tout ce que j'avais à vous présenter cette semaine. Et maintenant, je file sur vos blogs voir si vous avez bien travaillé !!

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 23 Novembre 2010

 

100px-Apple_logo_black_svg.png    images.jpg    logo-apple-1-copie-1.jpg

 

Qui connaît la véritable histoire du logo d'Apple ?

En voilà plusieurs versions :

Celle que je préfère : ce serait un hommage à titre posthume à Alan Turing (1912-1954), célèbre mathématicien britannique qui est aussi l'un des pères fondateurs de l'informatique. Il est en outre celui qui a, durant la Seconde Guerre Mondiale, percé à jour la machine Enigma grâce à laquelle les nazis envoyaient des messages cryptés. Il fut persécuté pour son homosexualité, dans une Angleterre très conservatrice ; il endura un procès et, pour éviter la prison, fut condamné à la castration chimique. Il s'est finalement suicidé en croquant une pomme trempée dans du cyanure.

La plus gay : les couleurs originelles de la pomme seraient un second message en faveur de l'homosexualité de Turing. En effet, elles rappellent fortement le rainbow flag, symbole de paix, de diversité et d'harmonie et associé habituellement à la communauté homosexuelle.

cake-apple-logo1.jpg

La plus logique (mais nettement moins romantique) : la pomme serait celle qui est tombée sur la tête d'Isaac Newton et qui lui a permis d'émettre sa théorie sur la gravitation universelle. Pour corroborer cette thèse, il n'y a qu'à jeter simplement un oeil sur le graphisme du premier logo d'Apple représentant Newton sous un arbre.

La plus économique : avant leur heure de gloire, les créateurs d'Apple connurent une période de vaches maigres, voire de dèche totale. Pour des raisons financières, ils se nourrissaient exclusivement de pommes et leur variété préférée était la McIntosh...

La plus minimaliste : une autre légende veut que les créateurs, en attendant de faire enregistrer leur société, se rendirent compte qu'ils avaient pensé à tout sauf à un nom pour la désigner. Steve Jobs était en train de croquer une pomme pour tromper l'attente... Je vous laisse imaginer la suite...

La plus musicale : c'est un hommage aux Beatles, dont Steve Jobs était un grand fan. En effet, la maison de disque du groupe mythique était Apple Corps.

La plus anti-musicale : non ! Justement ! Il ne fallait surtout pas confondre le logo d'Apple Corps et celui d'Apple. Et c'est pourquoi la pomme est croquée.

La plus alimentaire : la pomme est croquée pour qu'on ne la confonde pas avec une tomate (ou une cerise).

La plus littéraire : il fallait être avant la concurrence sur l'annuaire, donc trouver un nom commençant par "A" mais permettant surtout de se positionner avant Atari...

La plus "à défaut d'autre chose" : une autre légende dit que les créateurs avaient deux mois de retard pour donner un nom à leur entreprise et que Steve Jobs a menacé d'appeler la société "Apple Computer" si ses collègues ne lui faisaient pas une meilleure proposition. Ne trouvant rien d'autre, la société devint "Apple".

La plus "design" : en fait, si le logo Apple est ainsi, c'est que tout a été imaginé pour l'opposer au logo d'IBM (formes rondes vs formes droites, couleurs en opposition,...).

La plus bucolique : le designer du logo a trouvé l'inspiration sur l'étal des fruits lors de son marché hebdomadaire....

La plus biblique : ce serait le fruit de l'arbre de la connaissance et la pomme serait tout simplement celle croquée par Eve...

Bref, on pourrait continuer longtemps comme ça mais j'ai bien peur qu'aucune de ces interprétations ne soit la bonne. Pour essayer d'éclairer un peu mieux votre lanterne, je vous propose plutôt de lire la VRAIE histoire du logo Apple multicolore, racontée par Rob Janoff, le designer qui l'a conçu. Cette interview est relativement récente et me semble de loin la plus sûre de toutes les versions énoncées ci-dessus. Sinon, vous trouverez également dans le film Jobs sorti en 2013 une explication tout à fait fiable qui satisfera sans aucun doute votre curiosité (édit du 2/11/2013).

Bon, et prochain article : pourquoi le symbole de Linux est un pingouin ?

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #le saviez-vous

Repost 0