Publié le 30 Avril 2013

 

Les jeunes gens d'aujourd'hui ne sont plus ceux d'il y a 30 ans.

 

Quand ils se marient (s'ils se marient), ils vivent la plupart du temps déjà ensemble depuis quelques mois, voire quelques années, et c'est tant mieux.

 

De fait, le jour J, ils sont déjà bien installés dans leur chez-eux et il y a fort à parier qu'ils ne sauront sans doute que faire du service 48 pièces avec saucière, soupière et cafetière intégrées comme celui de bonne-maman ou des couverts en argent de chez Chrostifle qui valent tellement cher maintenant qu'on ne peut plus se faire offrir qu'une seule petite cuiller à la fois, et encore, faut avoir drôlement mis de côté.

 

Exit donc les bonnes vieilles listes de mariages à la papa.

 

Ce que veulent les jeunes mariés de nos jours, c'est de la thune des sous !

 

Pour diminuer le "trou" dans leurs caisses occasionné par la cérémonie.

 

Pour contrecarrer habilement les invités relous qui, partant d'un bon sentiment, veulent offrir "des choses qui restent" mais qui leur resteront surtout sur les bras.

 

Pour ne pas entasser trop d'objets car, au prix du m2 en ville, ils n'ont plus la place dans leur mini-studio.

 

Pour permettre le financement d'un appartement ou d'une petite maison à la campagne.

 

Pour être plus à l'aise en attendant l'arrivée de bébé(s).

 

Ou pour partir en VDN (acronyme peut-être plus connu de vous sous son ancestrale appellation Voyage De Noces).

 

C'est cette dernière option que la jeune mariée dont je vous ai déjà parlé et son cher et tendre ont choisie.

 

Alors nous, on s'est exécutés sans se faire prier bien sûr. Et on a illico sorti notre chéquier. Et avec grand plaisir en plus !

 

Mais comme je suis de l'ancienne école et relou aussi parfois mais je me soigne, que je voulais qu'ils aient un truc qui leur reste de leur vieille tantine, mais tant qu'à faire pas sur les bras, et si possible un truc fait maison parce que j'aime bien l'idée des trucs faits maison, j'ai choisi de broder une toute petite carte toute petite, tellement petite qu'ils pourront la glisser au fond d'une boîte ou d'un placard, au milieu d'autres faire-parts, dans un tiroir, un album photo, un cahier ou un vieux portefeuille...

 

Et je me plais à penser qu'elle y sera encore quand ils seront vieux, voûtés et ridés, et que de petites mains potelées et curieuses viendront au grenier fouiller dans leurs souvenirs...  

maries-copie-2.jpg 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #travaux d'aiguilles et bricoles

Repost 0

Publié le 29 Avril 2013

ciel 29 avril

Nous avons eu une belle petite journée de printemps... contre toute attente puisque les météorologues nous avaient prévu du tout pourri. On ne devrait jamais écouter les météorologues... Pour preuve, voilà le joli Petit coin de ciel que je peux encore avant que la nouvelle version d'Oberblog ne vienne tout révolutionner poster dans la communauté de Mary ?  

 

Et à part ça ?

 

J'ai été marcher dans les bois ce matin avec mes copines, ça m'a fait du bien. Musculairement et aussi moralement. Je ne fais pas assez d'activité physique en ce moment, et ça me manque, mais d'un autre côté je ne fais pas plus d'effort que ça non plus... Du coup, cet après-midi, pour me déculpabiliser, j'ai aussi passé la tondeuse dans le jardin. Presque 2 ans que je ne m'étais pas livrée à cet exercice typiquement masculin mais, comme j'ai ma fierté quand même, c'est Fiston 3 qui a fini le boulot.

 

Et sinon ? Quelques news des ados ?

 

Figurez-vous que Fiston 1 m'a nommée correctrice officielle de son mémoire de fin d'année. Grâce à lui, je voyage... dans le temps et dans l'espace. Je suis depuis quelques jours déjà en 1700 et quelques à Raguse, ville actuellement connue sous le nom de Dubrovnik, dans la peau d'un ambassadeur en poste sur les bords de l'Adriatique qui a rédigé un manuscrit sur la politique, la marine, l'industrie, le commerce, les moeurs, les us et coutumes, etc. de cette ville. J'apprends beaucoup de choses et prendrais bien un peu plus de temps à tout lire mais... ce mémoire doit être rendu... demain ! Vous comprendrez donc aisément, n'est-ce pas, que je sois obligée de me contenter d'aller fissa à l'essentiel...

 

Pendant ce temps, Fiston 2 était chez le coiffeur. Il devenait urgent et plus qu'urgent (mais cela n'engage que moi) de faire un peu de ménage dans sa coiffure de rasta. On sait jamais ? Et s'il était admissible au concours de l'ENS et qu'il soit obligé de se présenter aux oraux en juin ? J'ai bien peur que de toutes façons, si cela devait être le cas, les locks même nickel chrome fassent un chouchouille désordre... ce que contredit bien sûr Fiston 2 avec véhémence en affirmant haut et fort à qui veut l'entendre que l'important c'est ce qu'on a dans et pas sur la tête ! Moi je veux bien mais... et le jury ?

 

Fiston 3 révise... Hé hé, bientôt le bac ! Mais pas question de commencer à plancher tout de suite ! Ben quoi, ce sont les vacances quand même, faut y aller mollo. Les vacances c'est fait pour se re-po-ser, sauf preuve du contraire. Et puis, il ne pouvait vraiment pas louper la H-cup (attention, pas haschcup) ce week-end, ni le match super important de basket des Boston Celtics contre les New York Knicks, ni le championnat de la ligue 1. Sans déc', y'a des priorités nanmého.

 

Fifille, quant à elle, vit sa vie de jeune fille : MacDo avec les copines, séance d'essayage devant la glace, essai de produits de beauté, lecture aussi, ordi aussi, glandage aussi, mais ménage aussi, toujours en grande tenue ! Elle veut retapisser sa chambre, marre des petits footballeurs qui ornent ses quatre murs depuis ses 7 ans et qui ont fait son bonheur jusqu'à présent... Ça me paraît légitime, d'autant plus que c'est Jules qui va s'y coller et surtout pas moi.

 

Et Jules ? Eh bien il est au boulot, pour quelques jours encore avant de prendre lui aussi des vacances. Vous avez remarqué, le mois de mai arrive... alors avec toutes ces fêtes fériées ce serait dommage de ne pas poser quelques jours-de-congés-et-j'aime-ça.

 

Et moi ? Pas de jours-de-congés-et-j'aime-ça en vue, mais quelques jours de repos quand même... bientôt...

 

En attendant, encore un lundi de passé vite passé.

 

Le prochain, je serai d'astreinte au boulot. J'accueillerai une stagiaire... comme moi il y a déjà un an déjà.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 28 Avril 2013

lignes-de-faille.jpg

 

Lignes de faille est le premier livre que je lis de Nancy Huston, romancière et essayiste franco-canadienne anglophone dont, du reste, je n'avais jamais entendu parler ce qui ne veut bien sûr rien dire.  

 

Il m'a été prêté par une amie, et ce depuis plus d'un an... Pendant tout ce temps, il trônait (traînait ?) sur la commode du couloir sans que, et je ne sais pourquoi, j'aie vraiment eu envie de l'ouvrir.

 

J'ai eu tort car je n'ai jamais rien lu de tel.

 

Lignes de faille est un livre étonnant (primé plusieurs fois) divisé en quatre parties racontées à la première personne comme autant de fragments d'un journal intime qui mettent en scène quatre moments de l'existence de quatre membres d'une même famille (l'enfant, le père, la grand-mère, l'arrière-grand-mère) avec un même repère fixe : un grain de beauté et la sixième année de chacun.

 

Le roman débute en 2004 par le récit de Sol, petit garçon californien de 6 ans et fils de Randall. Sol est pris dans la violence de son pays en guerre contre le terrorisme et des images que l'on peut trouver sur Internet. Dans les toutes premières pages de l'histoire, j'avoue que j'ai été vraiment choquée par ce petit garçon qui regarde des vidéos de viols et des photos de soldats irakiens découpés en morceaux sur Internet alors que sa mère (qui pense naïvement qu'il est trop petit pour regarder Harry Potter !) croit qu'il joue bien tranquillement dans sa chambre...(parents de jeunes enfants, si vous n'avez pas encore un contrôle parental sur votre PC, courez en installer un, ce que regarde cet enfant est vraiment effrayant le mot est faible). Je me suis d'ailleurs demandée un instant si j'allais continuer cette lecture... mais cela aurait vraiment été dommage si je ne l'avais pas fait.

 

Puis vient le tour de Randall, 6 ans, qui part en 1982 s'installer en Israël avec ses parents afin que sa mère, Sadie, juive pratiquante, puisse effectuer des recherches pour tenter de retracer l'histoire de sa famille. Au fil des pages, on glane peu à peu des éléments et les pièces d'un puzzle que l'on commence à deviner se mettent doucement en place.

 

Suit l'histoire de Sadie qui a 6 ans en 1962 et qui vit avec ses grands-parents à Toronto au Canada. Sadie a une vie rigide et ne rêve que d'une chose, c'est que sa très jeune maman, Kristina, qui est en train de devenir une chanteuse très connue sous le nom de scène Erra, s'occupe d'elle.

 

Enfin, le roman se termine par la sixième année de Kristina en 1944-1945 dans une Allemagne nazie battue et ravagée par la guerre. Elle vit dans une famille où de lourds secrets règnent autour des filiations...

 

Ce livre brillant et très bien construit se lit à rebours comme un roman policier. Chaque partie amène son lot d'indices qui petit à petit permettent de reconstituer l'histoire dont on connaît le dénouement (et donc l'origine puisqu'au fur et à mesure on remonte dans le temps je ne sais pas si c'est très clair ce que je dis) dans les toutes dernières pages.

 

Il parle de l'appartenance à une famille, de ses mécanismes, de la transmission, de l'histoire qui se répète, des blessures qui ne se referment jamais, des décisions qui, comme le battement d'aile d'un papillon, peuvent provoquer des ravages quelques dizaines d'années plus tard. Par ailleurs, je pensais en savoir déjà beaucoup sur la 2ème guerre mondiale... Je me suis rendue compte que je n'avais absolument jamais entendu parler des Lebensborn. Et vous ?

 

Quand j'ai eu terminé ma lecture, je n'avais qu'une envie, reprendre le livre du début et le relire tout en sachant la fin.

 

Ce que j'ai fait, moi qui ne lis jamais deux fois le même roman.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 26 Avril 2013

 

Ça commence par deux soleils. Bleus ? Eh oui ! Et pourquoi pas ?

 

Ça continue par des rayures blanches et bleues. Et un autre soleil. Toujours bleu.

 

ouvrage-mystere-2.jpg 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #travaux d'aiguilles et bricoles

Repost 0

Publié le 25 Avril 2013

 

codedelarouteville

Deux ans après l'obtention de son permis de conduire, Fiston 1 a retiré de sa voiture son A de jeune conducteur. C'était il y a quelques mois...

Deux mois et demi après l'obtention de son permis de conduire, Fiston 2 prend peu à peu de l'assurance... Jusqu'ici tout se passe bien. Du moins, je suppose... et je l'espère... car, depuis, je ne suis pas remontée en voiture avec lui. Je crois que lui et moi avons tous les deux fait une overdose l'un de l'autre... pour peu qu'il y ait un volant dans les parages.

Qu'en est-il de Fiston 3 ? Aux dernières nouvelles toutes fraîches d'aujourd'hui même, il vient d'avoir son code ! Alors... d'ici peu de temps... ce sera reparti pour un troisième tour de conduite accompagnée.

Ensuite... Il restera à s'occuper de Fifille...

Alors à nous les parents, au final, on va nous donner aussi un diplôme ?

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #enfants

Repost 0

Publié le 22 Avril 2013

Programme de la journée :    

1. Mettre le réveil : après 1 700 kilomètres et un mariage dans le week-end, je n'avais aucune chance sinon de me sortir du lit toute seule à une heure décente. D'ailleurs, Fifille comptait sur moi pour un lissage de pro avant d'aller au collège... alors... pour Fifille...

2. Envoyer des pensées positives, de l'énergie, de la lumière blanche et le Saint-Esprit à Fiston 1 qui passait des partielles cet après-midi et à Fiston 2 qui passait sa dernière épreuve de concours ce matin. Avec un coup de pouce des êtres surnaturels, ils ne pouvaient que transcender (ou alors j'y comprends plus rien), du moins c'est ce que je leur souhaite de tout coeur...

3. Photographier mon Petit coin de Ciel : il est plutôt chargé, et pas terrible, à peu près du même acabit que . Une chose est sûre, je ne ferai aucun jaloux/louse aujourd'hui dans la communauté.

ciel-22-avril.jpg 

4. Aller à la gym, comme tous les lundis matins sauf quand je décide de sécher mais encore plus aujourd'hui, rapport à tout ce que j'ai mangé et bu pendant le week-end, et aussi rapport à ma relative inactivité physique depuis 3 jours (pas loin de 20 heures dans la voiture quand même)... Côté blablas par contre, j'ai été particulièrement prolifique avec les papi, mamies, mari, fils, fille, frangin, belle-soeur, ex-belle-soeur, nièces, neveux, pièces rapportées, divers...

5. Commander une voiture : presque un an et demi déjà que cela nous trotte, depuis ce fameux jour où Titine a tous failli nous envoyer dans le décor. Après 15 ans de bons et loyaux services et plus de 333 333 kilomètres au compteur, il fallait se décider : voilà, cette fois, c'est fait.

compteur.jpg 

5. Déblayer le cellier : j'ai fait plein de machines la semaine dernière alors qu'il faisait beau, mais sans finaliser (pliage, repassage, rangeage) alors aujourd'hui il fallait carrément se frayer un passage pour rentrer dans la pièce, entre les panières et les cintres qui pendouillaient du plafond. Comme dès demain une nouvelle semaine de taf démarre (heureusement, seulement 3 jours), on n'allait quand même pas laisser traîner tout ça même si l'envie était grande. Et puis, si je peux éviter d'entendre les enfants hurler à travers la maison qu'ils n'ont plus de chaussettes ou de caleçon ou de jean ou... 

6. Faire des courses : la nourriture, c'est le carburant de notre corps, a dit je-ne-sais-plus-qui, peut-être bien moi ou alors c'est ma mère, et si on lui donne des mauvais produits et bien.... ça craint. J'ai donc fait le plein de laitages, de légumes et de fruits, en attendant notre rendez-vous hebdomadaire avec l'AMAP.

7. Vous vous souvenez de Robert ? Il n'habite plus en Écosse, mais au Congo, avec sa petite famille. Ce soir, il est de passage près de chez nous : alors il vient manger, et dormir, avant de repartir pour de nouvelles aventures. Comme je l'aime vraiment, et que quand il vient manger il ne faut pas lui faire lécher les murs, mais qu'il est éternellement au régime sauf que ça ne se voit pas, et qu'il en a marre de bouffer du poisson depuis qu'il est en Afrique, et que finalement il ne fait pas si moche comparé aux 5° relevés ce week-end dans l'Est, je vais faire un barbecue avec une grosse côte de boeuf (comme ça en plus c'est Jules qui s'y colle) tandis que je m'occupe des légumes (voir point 6). 

compteur-bis.jpg

8. Me reposer ? Pff, ben pas le temps aujourd'hui, vous voyez bien que même avec la meilleure volonté du monde c'est pas possible. Et puis, je dormirai quand je serai mort(e), ça je sais qui l'a dit.

9. Faire un article plein de blablas. Aaaah, c'est trop bien. Ça faisait longtemps, hein ?   

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 20 Avril 2013

  petite fille1 

Il y avait cette petite fille dont vous avez appris la naissance par une belle journée de printemps. L'air était doux, les arbres en fleurs et des primevères de toutes les couleurs parsemaient le gazon de la maison que vous habitiez à cette époque-là. Vous aviez jour pour jour 23 ans et demi, l'âge d'être maman.

Vous vous en souvenez comme si c'était hier. Tout au plus avant-hier. Mais pas plus.

Il y avait cette petite fille que vous avez tenu dans vos bras, jolie poupée souriante et sage, qui sentait bon le bébé et dont les cheveux étaient doux tout doux.

Il y avait cette petite fille à qui vous avez tricoté des chaussons, des brassières, un petit pull rose, une robe blanche avec des cerises et sûrement d'autres choses encore dont vous ne vous souvenez plus.

Il y avait cette petite fille qui peu à peu a grandi, toujours aussi sage, douce et mignonne. Certains disaient qu'elle vous ressemblait et c'était plutôt agréable à entendre. Quand elle a grandi, elle vous a gentiment et tendrement appelée "tata", comme son grand frère avant elle et sa petite soeur après elle, et ça aussi c'était plutôt agréable à entendre.

Les années ont passé. Parfois, vous l'avez un peu perdue de vue, mais vous n'avez jamais oublié de lui souhaiter son anniversaire le jour de votre moisiversaire et de lui faire un cadeau à Noël, une petite attention toujours choisie avec affection pour lui montrer combien vous l'aimiez et que, surtout, vous ne l'oubliiez pas.

Parfois, elle passait quelques jours de vacances chez vous avec ses parents et vice versa. Plus tard, elle a continué à venir avec son papa et vous alliez chez elle et sa famille recomposée. Des moments agréables dont vous ne gardez, en y réfléchissant bien, que des bons souvenirs.

Chacun a continué sa vie, son chemin.

Et puis la petite fille est devenue une jeune fille, toujours aussi douce et de plus en plus belle. 

Et puis la jeune fille est devenue... Quoi ? Une adulte ? C'est difficile à croire mais le temps a passé si vite.

Elle a rencontré un jeune homme... Quoi ? Déjà ? C'est difficile à croire mais il vous a semblé tendre et attentionné et très amoureux. 

Et puis un beau jour, elle vous annonce... Quoi ? Qu'elle se.... marie ??? Vous n'êtes pas sûre d'avoir bien compris mais c'est pourtant ce qu'elle dit et ce qu'elle vous confirme quelques jours plus tard en vous envoyant un joli faire-part. C'est difficile à croire mais il faut se rendre à l'évidence, c'est la pure vérité.

Elle vous invite... Alors, pour tout ce que vous avez partagé, à commencer par la même famille, et même si cela aurait pu être plus, bien sûr, vous dites "oui".

Vous faites fi de la distance qui vous sépare, de la fatigue accumulée ces derniers temps, des emplois du temps compliqués des uns et des autres, et vous trouvez coûte que coûte une solution pour que mari et un maximum d'enfants puissent être de la partie.

Et être là. Avec elle.

Car aujourd'hui, c'est elle qui dit "oui".

faire-part.jpg 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #vacances-week-ends

Repost 0

Publié le 17 Avril 2013

 

overblog1

 

Alors vous, vous avez décidé quoi pour la nouvelle mise à jour d'Overblog ?

 

Vous vous y collez ? Et ceux qui s'y sont collés, ils en pensent quoi ?

 

Vous vous y collez pas ? Et ceux qui s'y sont pas collés, ils font quoi ? Ils attendent ? Ils vont voir ailleurs ?

 

overblog

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 17 Avril 2013

la-liste-de-mes-envies.jpg

 

J'ai lu ce livre tellement vite que je n'ai même pas eu le temps de le mettre dans ma rubrique Vivi lit là à droite.

 

Quelques heures ont suffi. Une soirée en fait.

 

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras.

Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin.

Elle aime les livres et tient un blog.

Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie.

Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté.

Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18 547 301 euros et 28 centimes lui tombent dessus. Une chance sur 76 millions. Ce jour-là, elle découvre qu'elle peut désormais s'offrir tout ce qu'elle veut.

 

Mais que veut-elle vraiment ? Le bonheur a-t-il un prix ? Et à ce petit jeu-là, n'y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ?

 

Pêle-mêle, les idées qui me viennent à l'esprit quand je repense à ce bouquin :

 

Plus que jamais, il faudrait avoir la sagesse d'apprécier les petits bonheurs de tous les jours, les petits riens, les petitesses qui mises bout à bout font un grand tout.

 

On se retrouve forcément toutes un peu dans Jocelyne. D'ailleurs, elle a le même âge que moi. Et elle tient un blog. Et j'aurais adoré être mercière, vivre au milieu des échevettes et des boutons et gagner à l'Euromillions. Ou pas.

 

420 000 exemplaires de ce livre ont été vendus, pour un succès c'est un sacré beau succès.

 

L'écriture de ce roman est toute simple, comme son personnage principal, sans fioritures, ni figures de style. Rien que de l'authentique, du concret, du vrai.

 

J'ai lu que ce livre allait être adapté au cinéma, avec Mathilde Seigner dans le rôle de Jocelyne. J'adore Mathilde Seigner et son côté politiquement incorrect. Et qu'est-ce qu'elle est belle !

 

Le livre a aussi été adapté au théâtre.

 

Je n'avais pas fait attention à qui avait écrit ce roman. J'avais surtout été attirée par la couverture et l'histoire. J'ai vraiment été surprise quand je me suis rendue compte qu'il avait été écrit par un homme.  

 

J'ai vu avec plaisir des tas d'articles sur ce livre fleurir sur d'autres blogs : avant moi, Mélissa. Et Catiechris aussi.

 

Il ne me reste plus qu'à lire Belle du Seigneur.

 

Et moi ? Qu'est-ce que je ferais avec 18 547 301 euros et 28 centimes ?

     

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 15 Avril 2013

 

Semaine dernière de ouf 

Week-end dernier de ouf

Semaine prochaine de ouf

Week-end prochain de ouf

 

Pas vraiment le temps ce soir de faire des vers

Et pas non plus le temps de blablater à tort et à travers

Mais j'avais promis ici

De participer à la communauté de Mary

Si le ciel était beau,

Alors voilà ma photo

  ciel-15-avril.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0