Publié le 31 Mars 2012

 

18 mois

 

Cette semaine,   l e s   b l a b l a s   d e   v i v i   a fêté ses dix-huit mois et les dates-anniversaires sont toujours pour moi un petit moment à part : l'occasion de me retourner pour regarder le chemin parcouru, de me rappeler pourquoi j'ai décidé d'ouvrir ce blog, de me souvenir du premier article, du moisiversaire six mois plus tard, de la première bougie, de faire le point, de replonger dans le passé, de relire certains articles que j'avais oubliés, de trouver que le temps passe trop vite...

 

Vais-je continuer ce blog ?... Ou pas ?

 

Bah, pour l'instant, la question ne se pose même pas.

 

Il est sûr que, faute de temps, je n'écris plus beaucoup de blablas en ce moment, mais ça va recommencer bientôt et il faudra alors que je vous raconte tout ce qu'il s'est passé ces derniers mois dont je n'ai pas eu l'occasion de vous parler. J'ai plein d'articles en retard (à commencer par celui sur ma soirée VIP Desperate Housewives saison 8 toujours pas fait), des tags commencés mais pas finis, des ébauches de billets, des sujets notés en vrac pour ne pas les oublier, des photos en attente, etc. etc. etc.

 

Et malgré ça, je suis surprise de voir que le blog est toujours autant visité et qu'il continue à vivre grâce à des tas de "vieux" sujets qui ont la cote, lus sans doute par des lecteurs égarés arrivés ici par le plus grand des hasards.

 

Il faut dire que le succès de certains articles m'échappe ! Par exemple, ces quelques lignes ont eu cet hiver un max de visites de lecteurs ayant saisi le mot "neige" ou "baptême de neige" dans leur moteur de recherche. Ils ont dû être surpris à l'arrivée mais c'est le début de la gloire pour les cocottes, bientôt stars de la toile ! Ça valait bien le coup de se geler un peu les pattes, non ?

 

Côté nourriture, les gens sont fans de la confiture de mandarine des Frangines (merci les Frangines). Nous aussi, on est fan, on adore et j'ouvre les pots avec parcimonie car cette année je n'ai pas eu le temps d'en faire. Ni de mandarine, ni de rien d'ailleurs. Belle performance aussi pour les Kakor Chokladflarn. Si vous ne connaissez pas cette délicieuse spécialité suédoise, n'hésitez pas à aller , puis (attention, dans l'ordre s'il vous plaît, c'est important). Et que dire du coupe-frites ondulé ? Le mieux est d'aller voir par vous même.

 

Côté santé, ma déchirure rétinienne intéresse toujours autant les blogueurs. Pour moi, ce n'est qu'un vieux souvenir, même si la cicatrice est toujours là. Je l'observe le matin qui me nargue quand, depuis mon lit, je regarde le mur blanc à côté de moi. Si je tourne les yeux pour la voir, elle s'échappe aussitôt. Grrrrrr, ça m'énerve, mais qu'est-ce que ça m'énerve !

 

Côté culture, c'est l'histoire du logo d'Apple qui remporte la palme. En écrivant cet article, je me suis surtout fait plaisir car j'ai découvert plein de trucs sur le sujet. Jamais je n'aurais pensé qu'il intéresserait tant de monde. Mais la tradition des oeufs peints attire aussi pas mal ces derniers jours. Peut-être parce que Pâques approche ? Les blogueurs croient peut-être que je vais leur dévoiler des techniques de décoration ? Ben.... ils ne savent sans doute pas que c'est vraiment vraiment pas mon truc la peinture, sinon ils iraient voir ailleurs. 

 

Malheureusement, côté enfants, triomphe sans conteste pour le burnout maternel. Je m'en serais bien passée. Toutefois, le rôle d'une mère, malgré la sobriété de l'article, attire aussi du monde. Ça compense...  

 

Pour finir, côté Gironde, l'Ile aux Oiseaux affiche, pour mon plus grand plaisir, une belle réussite. Elle le mérite !!

 

A propos de blog, vous n'en avez pas marre par hasard de voir 1Q84 d'Haruki Murakami là à droite ? Moi si ! Mais j'ai pas réussi à finir le bouquin pour l'instant et c'est pas maintenant que je suis en pleine dernière ligne droite de ma formation que je vais le faire. Il va donc rester là encore un petit moment. J'ai plus qu'à prendre mon mal en patience. Et du coup vous aussi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 24 Mars 2012

desperate

 

Vous vous souvenez de cette super copine qui n'hésite pas à m'accueillir chez elle depuis de nombreuses années, moi pauvre exclue qui prenait le risque sans elle d'être mise au ban de la société parce que je n'ai pas de télé dans mon foyer ?

 

Grâce à elle, on ne me montre plus du doigt dans la rue, je ne suis pas la risée de mes copines de formation et on ne se moque pas de moi non plus en soirée parce que je ne sais pas comment s'appellent les enfants de Lynette Scavo, avec qui Gabrielle Solis trompe son mari, quel est le secret de la recette de la tarte au citron de Bree Van De Kamp et quelle bourde Susan Delfino a encore pu commettre.

 

Grâce à elle, je sais également qui veut épouser mon fils et quel est le prénom du dernier gagnant de Koh Lanta. Grâce à elle aussi, Fiston 2 peut voir les matchs de foot sur écran géant et Jules les matchs de rugby sur écran géant (le même).

 

C'est pas rien !

 

Une copine comme ça, y'a pas, c'est précieux comme l'or, l'argent, le platine et comme le temps.

 

Et c'est pas tout !

 

Tout comme le printemps revient, la saison 8 des Desperate Housewives revient et elle s'est bien sûr précipitée sur son téléphone pour me tenir informée des dates de la reprise dès qu'elle-même en a eu connaissance.

 

Une véritable copine j'vous dis !

 

Et c'est pas tout !

 

Comme c'est une vraie fan, elle a réussi à gagner des places pour la soirée privée C*nal+ organisée à Bordeaux avec diffusion en avant-première des deux premiers épisodes de l'ultime saison.

 

Et devinez qui va l'accompagner ?

 

Hiiiiiiiiiiiii.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0

Publié le 22 Mars 2012

 

 

La première fois. Des fois juste en claquant des doigts.
La première fois. Qui se déclenche malgré soi.
La première fois. Toujours en évitant la file.
La première fois. Qu'on voit ce que c'est qu'une fille.
La première fois. En escarpin ou en guenilles.
La première fois. Celle qui apaise et qui vrille.
La première fois. Ça laisse un goût indélébile.
Une première fois. Un peu comme sur le toit du monde.
Et malgré soi. S'attacher à quelques secondes.
La première fois. Et pourquoi pas une deuxième.
La première fois. Que l'arbre découvre la sève.
Et ça se voit. L'enfant a découvert la fève.
C'est moi le roi. Livré aux caprices des reines.
La première fois. Qu'elle fut courte qu'elle fut brève.
La première fois. Blottis de silence ... un cri.
La première fois. Et puis bien d'autres se sont suivies...

La première fois. Gouttes de sueur sur ton nez

Entre tes doigts. Une capote à retirer.
La première fois. Une déception particulière.
La première fois. Que l'on veut découvrir l'envers.
D'une première fois. Qu'on fait en regardant le ciel.
La première fois. Le corps tout recouvert de miel.
Est-ce que ça va ? Acceptera-t elle la traîne ?
La première fois. Que l'on peut sentir ce qu'on sème
Et derrière soi. Le corps tout blotti contre toi.
La première fois. Un vrai cauchemar m'en parle pas d'cette première fois.
Une fille facile, un vrai salaud.
La première fois. Quand ça arrive un peu trop tôt et malgré soi.
Je ne m'en suis jamais souvenu d'cette première fois.
Chez ses parents, dans la rue.
La première fois. Un coup d'éclat et de panique.
La première fois. Je me souviens de la musique.

Et de sa voix. Le temps passe, on est nostalgique.
Et ça s'en va. C'était hier, ça pique.
Ta première fois. Qu'est-ce que j'ai fait, pourquoi tu pars ?
La première fois. C'était tout à fait par hasard.
La première fois. Tu sais que tu t'attends au pire.
Et puis ça va. Ça fait tout chose, ça tire.
La première fois. Comme un trésor, un leurre.
La première fois. Pourquoi tu pleures ?
Regarde moi. A la recherche de ton corps.
La première fois. Il paraît qu'elle vaut de l'or.
Cette fille-là ? Elle arrive elle ne prévient pas.
La première fois. Laisse des années derrière soi.

La première fois. Moi j'attends toujours qu'elle arrive.
La première fois. Oulala ça c'est vraiment terrible
La première fois. C'est bon vas-y stresse pas.
La première fois. C'est là et on se dit voilà.
La première fois. Ben moi c'était avec une blonde.
La première fois. Ah oué t'as étonné tout le monde.
La première fois. A ça au moins elle était cash.
La première fois. J'ai pas compris pourquoi la tache.
Une première fois. Lit de pétales et sous les doigts.
Rien que pour toi. Comme une étendue sous nos pas.
La première fois. Et puis quand on se l'imagine.
Ça nous déçoit. Et puis on se revoit gamine.
La première fois. J'avais 5 ans. Non, j' te crois pas.
La première fois. allez savoir j'ai oublié
La première fois c'est là que tout à coup,
C'est là que tout à coup
C'est là que tout a commencé
baiser.jpg 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 19 Mars 2012

 

Circulez, y'a rien à voir.

 

C'est du bleu, rien que du bleu que je publie aujourd'hui pour la carte météo d'Alba et la communauté Petit Coin de Ciel

 

Pas le moindre petit nuage, ni cumulus, ni nimbus, pas de pluie, pas de grain, pas de crachin, pas de brouillard, pas de brume, pas de bulle, pas de dessin rigolo, rien, strictement rien qui ne vienne troubler l'azur girondin.

 

Il n'y avait que du bleu, du blue, du blau, du blauw, du blå, du син, du 蓝色, du ನೀಲಿ, du синий, du নীল.

 

Et du vent. Mais ça, ça ne se voit pas sur la photo...  

ciel 19 mars

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 17 Mars 2012

 

 

 

Spéciale dédicace à un jeune couple d'amoureux qui fête aujourd'hui ses "UN AN".

 

Du coup, spéciale dédicace à tous les amoureux. Aux futurs amoureux aussi. Et aux vieux couples. Donc à Jules (rhoo ben oui, après vingt ans de mariage, on est un vieux couple, non ? Pour moi c'est pas péjoratif de dire ça, juste une réalité bien réelle)....

  

Oui oui, je sais, j'ai un wagon de retard, la Saint-Valentin c'était il y a un mois mais osef, y manquerait plus qu'il y ait un jour pour déclarer sa flamme.

 

Et écouter Thomas Dutronc.

 

Il n'y a pas de jour non plus pour profiter de son talent et de son humour. En fait, vous pouvez écouter aussi même si vous n'êtes pas amoureux.

 

Just enjoy ! Les paroles sont fantastibuliques et je ne parle même pas du clip que se serait carrément criminel de quitter ce blog sans le regarder.

 

Comme un manouche sans guitare Comme un château sans la Loire Quand t'es pas là, je suis comme ça...
Comme un rasta sans pétard Comme un Corse sans pétard Une Normande, sans armoire
Comme t'es pas là Je suis sur les .com Meetic pornographique Et je suis comme un con
Je suis aphone J'ai plus d'neurones J'tombe de mon trône Quand t'es pas là, j'n'existe pas
Comme Sherlock sans sa loupe Comme Tintin sans sa houppe Comme un mondain sans sa coupe
Comme une pizza sans olive Une page de pub sans lessive Si t'es pas là, je n'suis plus moi
Comme un arbre sans racine Comme le théâtre sans Racine Sur cette plage sans Aline
Comme t'es pas là Je suis sur les .com Rolex Viagra tout ca Et je suis comme un con
J'ai 18 montres J'me rends plus compte La bêbète qui monte Quand t'es pas là J'n'existe pas
Comme un martien sans soucoupe Comme un coiffeur sans un scoop Comme un pâté sans sa croûte
Comme t'es pas là Je suis sur les .com Meetic pornographique Et je suis comme un con
Je suis aphone J'ai plus d'neurones J'tombe de mon trône Quand t'es pas là J'n'existe pas
Comme un manouche sans guitare Comme un château sans la Loire Une Normande, sans armoire...

   

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 16 Mars 2012

neurodon2neurodon1

Moins connu que son grand frère le TELETHON, le NEURODON, organisé par la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau, en est néanmoins à sa 12ème campagne de sensibilisation du grand public à la nécessité de contribuer au financement de la recherche sur le cerveau.

 

Ça ne vous dit a priori pas grand chose ?

 

Allez, un petit effort : dans NEURODON, il y a NEURO, comme neurone, DON, EURO...

 

Mais aussi maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson, épilepsie, sclérose en plaques, accident vasculaire cérébral, dépression, maladies orphelines, chorée de Huntington, tumeur cérébrale... C'est bien simple, un français sur dix serait aujourd'hui atteint d'une maladie neurologique.

 

UN SEUL REMÈDE : SOUTENIR LA RECHERCHE

   

C'est pourquoi la collecte nationale de fonds NEURODON est un appel à don de grande envergure. Elle a été reconnue d'intérêt public et se déroule en synergie avec la Semaine du Cerveau (12 au 18 mars 2012) et des partenaires comme la Société des Neurosciences et la Société Française de Neurologie. 

 

Et... Et... Et...? Et voilà où je veux enfin en venir... Comme par hasard, mais rien n'est hasard, le NEURODON c'est aussi ce week-end dans l'ensemble des magasins Carr*four et Carr*four Market. Voilà grosso modo comment ça se passe. Vous vous verrez remettre à l'entrée du magasin par des charmant(e)s bénévoles dont peut-être moi qui sait ? un coupon NEURODON sur lequel est imprimé un gencod. Ce gencod, scanné en caisse, est considéré comme un article et la somme de deux euros, correspondant à un don de même montant, est rajoutée sur votre ticket de caisse.

 

Les fonds, reversés par Carr*four, sont ensuite directement attribués à des programmes de recherche sur le cerveau et sur les maladies neurologiques par des appels d'offres organisés par le conseil scientifique. La liste de tous les lauréats est publiée sur le site internet de la Fédération de la Recherche sur le Cerveau.

  

Sinon, si c'est pas votre tasse de thé d'aller dépenser chez Carrouf, et si néanmoins vous souhaitez soutenir le NEURODON, vous pouvez toujours faire un virement bancaire, faire un don en ligne ou envoyer votre participation par La Poste.

 

Tous les détails ici.

neurodon0

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #actualité...

Repost 0

Publié le 9 Mars 2012

Rédigé par vivi

Publié dans #bons mots

Repost 0

Publié le 7 Mars 2012

le vent

Oh ben ce n'est que la troisième fois que je participe aux mercredis de la communauté Musique à Coeur Ouvert de Véro cette année. Là, c'était bientôt la fin avec Carole, et ici c'était une chanson associée à un grand changement dans notre vie que nous avait commandé Minouche.

 

Peux pas être partout en ce moment ! C'est bien dommage mais c'est comme ça et pis c'est tout.

 

Cette semaine, c'est Agnès qui préside et, depuis Saint-Pierre-et-Miquelon, elle a choisi pas par hasard comme thème :

 

LE VENT 

 

C'est l'occasion pour moi de ressortir une vieille chanson déjà publiée sur ce blog, mais dont je ne me lasse certainement pas, et donc d'un vieil article qui disait en substance :

 

Mettons de côté un instant la polémique et le scandale qui ont entouré le groupe bordelais Noir Désir, et surtout son chanteur Bertrand Cantat, après la mort de Marie Trintignant au cours de l'été 2003 et le suicide de sa femme Krisztina Rády en janvier 2010....

Et souvenons-nous d'heures moins sombres....

"Le vent nous portera" est une magnifique chanson sortie en single le 28 août 2001, avec la collaboration de Manu Chao et Akosh S., et publiée sur l'album "Des visages des figures" (le 6ème du groupe) le 11 septembre 2001. Ce titre est le plus vendu de l'histoire de Noir Désir avec plus de 900.000 exemplaires.

La chanson évoque l'histoire de deux personnages inséparables, dont les souvenirs s'envoleront à jamais. Les paroles sont illustrées par un clip où l'on voit une femme emportée par le vent, sous les yeux impuissants de son fils qui gardera cependant pour toujours le souvenir de sa mère.  Il est à noter que la fin du clip a été modifiée et se trouve être bien moins sombre dans la seconde version (dans cette dernière la mère rejoint son fils).

 

Pour mémoire, rappelons que les membres de Noirdez (Noir Désir) se sont rencontrés sur les bancs du lycée Saint-Genès de Bordeaux, dans les années 80, et que le groupe a été dissout officiellement le 29 novembre 2010.  

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 2 Mars 2012

batterie-a-zero.png

Je termine ce soir neuf semaines de cours théoriques bien remplies et intenses. Les dernières journées de formation ont été pour moi particulièrement fatigantes : j'étais malade, j'ai pas eu de break et j'en ai profité pour faire mon Caliméro, j'ai pas très bien dormi ces dernières nuits (à cause des poules peut-être ?), j'ai eu des épreuves "blanches" lundi et jeudi, occasionnant un chouïa de stress, et j'ai fini en beauté cet après-midi par une belle étude de cas pratique à 50 dans une petite salle surchauffée en plein soleil et 21° dehors.

Y'a pas, j'ai vraiment passé l'âge de plancher pendant 4 heures, je suis vannée.

Et vous croyez que je vais pouvoir souffler un peu après tout ça ?

J'crois pas. Pas encore en tout cas. J'embraye dès lundi matin pour un stage de quatre semaines à l'hôpital. C'est sûr, le rythme va changer mais j'ai pas mal de travail en retard à la maison et des dossiers à rendre au mois de mai sur lesquels il va falloir que j'avance sérieusement.

Sans compter les objectifs de stage à remplir.... La dernière fois, ça avait été assez sportif...

Cela dit, tout doucement, les choses avancent... C'est avec plaisir que j'ai terminé mon 5ème mois de grossesse... et bientôt, je pourrai siffler la fin du 2ème tiers-temps.

En plus, pas de panique, il me reste tout le week-end pour me poser !

Sauf que...

J'ai promis à Fifille d'aller faire les boutiques avec elle...

Et pour ça, j'ai vraiment pas intérêt à être trop get down ou molle de la basket !

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #formation-boulot

Repost 0