Publié le 29 Septembre 2012

 

Aujourd'hui est un samedi tout à fait spécial pour une triple bonne raison.

 

Tout d'abord, le premier article de ce blog paraissait il y a tout juste deux ans. Je me souviens toujours avec autant d'émotion du moment où j'y ai écrit mes premières lignes et de l'instant où je les ai vues s'afficher comme par magie sur mon écran, en croyant à peine mes yeux. Une belle aventure venait de commencer et, vu combien j'ai été gâtée aujourd'hui par mes blogocopines, ce n'est sûrement pas maintenant que je vais dire le contraire.

 

Depuis, je me rends compte que le look de mon blog, comparativement à d'autres, n'a que peu évolué et que je suis restée fidèle à ce que j'en avais quasiment fait dès le premier jour. J'aimerais parfois le personnaliser un peu plus et, bien sûr, je pourrais faire quelques efforts pour l'embellir, mais je n'ai pas tant de temps que ça à y consacrer. Après tout, ce n'est pas pour moi l'essentiel, et puis je m'y suis habituée, vous aussi sans doute, je m'y sens chez moi et, franchement, je préfère le garder tel qu'il est pour l'instant.

 

Peut-être que pour ses trois ans je pourrais quand même faire quelque chose ?

2-copie-1.png

Petit à petit, jour après jour, j'en ai écrit des billets, couché des sentiments, résumé des bouquins, donné des impressions, raconté des anecdotes, partagé des coups de coeur et des coups de gueule, publié des chansons, photographié des ciels du lundi, rapporté des histoires de poules et tout un tas d'autres trucs.

 

Comme fait exprès, article après article, il se trouve que celui-ci est le 500ème.

 

J'aime bien cette jolie coïncidence qui en est à peu de choses près complètement une.

 

500-copie-3.png

 

Last but not least, qui dit anniversaire du blog dit aussi anniversaire de Vivi. Et voilà que mon compteur perso affiche à présent une année de plus !

 

Cette année, j'ai été particulièrement gâtée. J'ai passé ma journée au téléphone, à répondre à des sms et à ouvrir des paquets. Ce soir, resto/ciné avec les cinq jeunes : les quatre miens et une adorable pièce rapportée qui devient de plus en plus une valeur ajoutée.

 

Et Jules alors ? Jules était parti coolement pédaler dans les Pyrénées, comme si de rien n'était. Il a argué du fait que cette sortie était programmée depuis plus six mois, ce qui est vrai, et que ce n'était quand même pas de sa faute si ça tombait pile poil le jour de ma naissance. Peut-être celle des organisateurs ? Ce à quoi j'ai répondu qu'il pouvait remballer son excuse bidon car j'étais la prem's : mon anniversaire est prévu depuis bien plus longtemps que sa sortie, c'est un peu comme un rituel, hein, qui revient carrément tous les 29 septembre... Et lui il a fait celui qui ne voyait pas du tout où je voulais en venir...

 

Heureusement, il avait joué au Petit Poucet avant de partir et laissé quelques cadeaux par-ci par-là sur son chemin...

 

Et moi, j'ai fait de mon mieux pour savourer toutes les gentilles attentions dont j'ai été l'objet et j'ai adoré profiter de tous ces petits riens qui font maintenant un grand tout dans mon coeur.

 

Au final, je peux dire que cette journée, pour 1000 raisons, a été merveilleuse.

47

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 27 Septembre 2012

princesse des glaces

 

Aussitôt commencé, aussitôt terminé. Ça faisait bien longtemps que je ne m'étais pas accordé ce petit plaisir, d'un livre lu d'une traite pendant le week-end, quitte à laisser la vaisselle sale dans l'évier, le lit pas fait et le linge s'empiler sur le fil à attendre désespérément que quelqu'un (moi, bien sûr) s'occupe de lui.

 

Et pourtant, ce livre et les trois suivants dorment au pied de mon lit et prennent la poussière depuis près d'un an.... Je remarque aujourd'hui seulement à quel point la copine qui mes les a prêtés est confiante et patiente...

 

De quoi retourne-t-il exactement dans ce polar ?

 

L'histoire se passe dans le sud-ouest de la Suède, dans la petite ville balnéaire au nom imprononçable de Fjällbacka (et qui existe vraiment) ! En plein hiver, une jeune femme, Alexandra Wijkner, est retrouvée morte les poignets tailladés dans une baignoire d'eau gelée. Suicide ? Meurtre ? Erica Falck, son amie d'enfance, tente d'y voir plus clair avec l'aide de Patrick Hedström, son amoureux transi depuis l'adolescence, qui travaille au commissariat.

 

Non-dits, secrets, histoires de famille, ressentiments, jalousies et vieilles affaires refont surface.

 

Petit à petit, rebondissement après rebondissement, l'histoire se déroule comme un fil, mais tient en haleine, à la recherche d'un coupable probable mais difficilement trouvable... sauf à être très observateur ou à lire le livre jusqu'à la dernière page... 

 

J'adore la façon dont Camilla Läckberg décrit les personnages, dans un  univers nordique qui n'est pas sans rappeler les romans d'Arnaldur Indridason, dont je suis une fan de la première heure.

 

Je ne vous en dis pas plus et je file finir Le Prédicateur, deuxième roman de la série (mêmes personnages mais nouvelle intrigue).

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2012

ciel-24-septembre.jpg 

On est en vigilance orange et le moins qu'on puisse dire est que mon Petit coin de ciel est bien chaotique aujourd'hui.

 

Cette nuit, un vent de ouf (qui avait déjà commencé à souffler hier après-midi) a tout envoyé valdinguer dehors : chaises de jardin, pots de fleur, linge oublié, sans compter la pluie qui nous manquait depuis deux mois mais qui cette fois s'est bien rattrapée.

 

J'ai même emmené Fifille en voiture au collège ce matin. Moi qui d'habitude suis assez prompte pour dire qu'un peu de pluie n'a jamais fait de mal à personne, que ma louloutte n'est certainement pas en sucre et qu'elle ne risque pas non plus de s'envoler... pas plus que le froid n'a jamais empêché personne non plus d'aller en classe à pied ou à vélo... Et de citer mamie qui traversait la moitié des Vosges en sabots la nuit au milieu de congères d'au moins un mètre de haut pour rallier son école.

 

Bon, j'ai peut--être craqué un peu vite, mais j'étais à la maison aujourd'hui et j'avais envie de lui faire plaisir. Ça non plus, ça n'a jamais fait de mal à personne. Quoique... Je me souviens d'un jour où j'ai voulu faire plaisir à une de mes amies : j'y ai mis tout mon coeur, mais elle a très mal pris ma démarche et j'en éprouve encore une certaine souffrance aujourd'hui quand j'y repense... Avec le recul, et après que beaucoup d'eau ait coulé sous les ponts, je me dis qu'elle ne méritait sûrement pas mon amitié. Mais ça c'est une autre histoire.

 

Pour en revenir à la météo, le vent et la pluie ne nous ont pas empêchées, une amie (une vraie cette fois) et moi, d'aller faire un petit tour sur le Bassin d'Arcachon et de nous payer un petit resto bien mérité. Au temps où nous planchions comme des malades, moi sur ma formation de secrétaire médicale et médico-sociale, elle sur sa formation d'infirmière, nous en avions rêvé de ce petit moment de détente et de liberté, rien qu'à nous... A l'époque, on faisait des plans sur la comète sur ce que nous allions faire quand nos études seraient terminées...

 

Et voilà qu'aujourd'hui le rêve est devenu réalité.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2012

 

De nouvelles poules sont arrivées chez moi via La Poste. Celle de gauche m'a été envoyée par mon papa (ça fait longtemps mais je n'avais pas encore pris le temps de vous la présenter), celle de droite par Fred de la Roro Family. Pour l'instant, et tant qu'il fait bon (33° cet après-midi mais un vent de folie), elles sont dehors, sur la table de jardin. Elles prennent l'air en attendant de rentrer au chaud sur les étagères quand le temps se rafraîchira.

 

sept-2012 5724

 

Et puis celle-ci est arrivée de chez Valérie et elle est partie directement à sa place sur le frigo (c'est une poule pense-bête aimantée). Trois nouvelles recrues supplémentaires et je ne me lasse toujours pas de ma collection...

 

sept-2012 5723bis

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #poules

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2012

 

Le coeur de Breizh est fini (c'était déjà écrit dans le titre mais je le redis pour ceux qui n'ont pas bien lu) !

 

J'ai beaucoup aimé faire cet ouvrage, varié et coloré, même si La Vilaine, qui avait initié ce SAL, a déclaré forfait en cours de route, nous confiant le soin de le terminer à notre guise et à notre rythme.

 

Toutefois, je ne suis pas entièrement satisfaite de moi. Peut-être parce que j'ai trop vu cette broderie (je l'ai commencée il y a presque un an et demi) ? Ça me fait souvent ça quand je termine une "grande oeuvre"... et il me faut l'oublier pour mieux la retrouver ensuite et l'apprécier comme il se doit.

 

Je crois que c'est à cause du "coeur de Breizh" dont j'ai changé les caractères et la disposition, mais je n'aimais pas non plus la façon dont c'était écrit sur le modèle d'origine (voir là).

 

Ça n'explique toutefois pas tout.

 

Ou alors c'est la forme du coeur qui est peu trop biscornue et pas assez symétrique ?

 

Bon, enfin bref, quoiqu'il en soit, il est fini et je vais passer à autre chose... avant de me demander comment je vais pouvoir l'encadrer... ou attendre la venue de mon encadreuse personnelle...

 Pictures104-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #travaux d'aiguilles et bricoles

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2012

 

mange prie aime

 

"Entre pasta, yoga et good karma, son voyage est si attachant que l'on suit sans hésiter cette amie irrésistible, débordante de vie et d'humour", Emmanuelle de Boysson, Femmes.

 

Après l'échec cuisant dont je ne suis pas fière de la lecture du premier tome de 1Q84, j'ai eu envie de légèreté et de liberté (et surtout pas de grosse prise de tête).

 

Carole venait de finir ce livre, elle me l'a gentiment prêté lors de notre week-end de blogueuses chez elle et je me suis jetée dessus comme une qui n'a rien lu depuis un an, ce qui était littéralement le cas.

 

J'ai bien aimé le récit autobiographie d'Elizabeth Gilbert, écrit à la manière d'un journal romancé, dans un style effectivement plus documentaire ou journalistique que littéraire mais ça, on s'en bat carrément l'oeil avec une patte de coléoptère panée du moment que ça plaît, non ?

 

L'histoire est plus que simplissime : après que sa vie ait été dévastée par un divorce (pléonasme ?) et une liaison désastreuse, l'auteur décide de s'accorder une année sabbatique pour se reconstruire, à la recherche de son équilibre intérieur et, si possible, du bonheur. Elle nous entraîne alors avec elle dans les trois pays qu'elle va parcourir (les trois I : Italie, Inde et Indonésie).

 

On retrouve dans ce livre des tas d'anecdotes et des idées intéressantes (que moi j'ai trouvées intéressantes en tout cas) qui donnent à réfléchir. Assez vers la fin par exemple, à Bali, l'auteur explique qu'elle assiste à la bénédiction d'un bébé de six mois prêt à toucher terre. Les Balinais en effet, ne laissent pas leurs enfants toucher le sol pendant les six premiers mois de leur vie, parce qu'ils considèrent que les nourrissons sont des dieux envoyés directement du paradis, et il est hors de question qu'un dieu crapahute à quatre pattes par terre, au milieu des rognures d'ongles de pied et des mégots de cigarette. Que pensez-vous de cela ?

 

J'ai bien aimé aussi les personnages de Richard du Texas, franc et direct, qui n'y va pas par quatre chemins pour appuyer là où ça fait mal, et de Ketut, espèce de sorcier/médecin sans âge (entre soixante et cent cinq ans) qui dispense soins et sagesse autour de lui. Il explique que Les Balinais croient que chacun naît accompagné de quatre frères invisibles qui viennent au monde avec nous et nous protègent tout au long de notre vie [...] Dès que l'enfant atteint l'âge de raison, on lui apprend que ses quatre frères l'accompagnent partout, où qu'il aille dans le monde, et qu'ils veilleront toujours sur lui. Les quatre frères hébergent les quatre vertus dont une personne a besoin pour vivre heureuse en toute sûreté : intelligence, amitié, force et (j'adore celle-là) poésie. On peut appeler ses frères à la rescousse dans n'importe quelle situation critique. Quand on meurt, les quatre frères recueillent notre âme et la conduisent au paradis"...

 

Parfois, ce récit est un peu nombriliste, mais pour une autobiographie c'est carrément normal, non ?

 

Cette femme a décidé de vivre son rêve, et rien que pour ça je trouve que c'est chouette !

  

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2012

 

Voilà quelques mois que nous faisons partie d'une AMAP, Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne. Son but est à la fois de concilier le maintien d'une agriculture de proximité rentable, l'approvisionnement de produits de qualité à un coût raisonnable, le lien à la terre et la saisonnalité des produits.

 

En clair, pour une somme payée à l'avance par le consommateur (nous), l'agriculteur fournit sans intermédiaire chaque semaine entre 5 et 7 kilos de légumes issus de son exploitation agricole.

 

J'adore le principe. Je paye directement le producteur, sans passer par aucun intermédiaire si ce n'est l'association dont je fais partie. L'exploitation est à quelques kilomètres de chez nous, bye bye donc les coûts liés au transport et le décompte des vilains kilos équivalent carbone. Je ne me casse plus la tête devant l'étal du supermarché à me demander ce que je vais bien pouvoir acheter. Je consomme des produits de saison, mûrs, frais et bio de surcroît. Je prends finalement les légumes que l'on me propose, que je suis bien obligée de cuisiner ensuite, me permettant ainsi un peu sous la contrainte certes mais c'est pour le bien de toute la famille d'innover et de sortir des sentiers battus pour le plus grand plaisir des ados, naaaaan là je déconne vraiment.

 

C'est donc chaque mardi soir la surprise. Qu'y aura-t-il dans notre panier cette semaine ? Et surtout : qu'allons-nous manger pendant les sept jours à venir ? Tomates, courgettes, aubergines, salades, pommes de terre, navets, betteraves, melon, radis... Jusque là, tout va bien.

 

Quand on commence à revenir à la maison avec du fenouil, des fèves ou trois kilos de poivrons d'un coup, ça se complique un tantinet...

 

Mais quand on reçoit parmi d'autres légumes bien de chez nous un pâtisson, alors là, c'est carrément la panique. Difficile de ne pas afficher clairement son trouble et sa détresse : jamais vu de près un truc pareil, jamais cuisiné un truc pareil, jamais mangé un truc pareil.

patisson

Alors on se renseigne auprès des autres AMAPiens/iennes tout aussi dérouté(e)s. On demande : "C'est quoi ce truc ? Et donc ça pousse par chez nous ? Ça se prépare comment ? Il faut le cuire combien de temps ? A la cocotte ou à l'étouffée ? Euh.... C'est bon ? Alleeeez, vous pouvez le dire maintenant que c'est pour la déco et que ça ne se mange pas vraiment !" etc.

 

Et puis une fois rentré chez soi, il faut bien assumer et garder la tête haute (et froide) devant les protestations et le scepticisme des ados ! "Mais siiii, ayez confiance et jetez aux ordures vos préjugés et vos a priori, vous allez voir, ça va être dé-li-cieux...", le tout étant bien sûr avant toute chose de s'en persuader soi-même.

 

Après moult tergiversations, j'ai finalement tout simplement fait cuire cette étrange cucurbitacée à la vapeur avec quelques carottes et j'ai mixé le tout avec du beurre, un peu de crème fraîche et beaucoup d'épices (sel, poivre, curry, gingembre) car il faut bien avouer que ça n'a pas beaucoup de goût (entre la courgette et l'artichaut il paraît).

 

Avec des brochettes, c'est passé comme une lettre à la poste. Comme quoi on fait parfois tout un pataquès de pas grand chose. "C'est jamais rien qu'une petite citrouille albinos", comme l'a fait remarquer Fiston 2. 

 

Le plus dur au final aura été de le couper et de l'éplucher ; il a fallu que je sorte mon grand couteau de boucher, sans quoi je n'y serais jamais arrivée. La prochaine fois, c'est Jules qui s'y collera... ce n'est vraiment pas un boulot de fille.

 

Je me demandais si vous aviez l'habitude de cuisiner ce genre de légumes et si oui comment ? Car il ne faut pas rêver.... D'ici la fin de l'hiver je vais à coup sûr en trouver d'autres des comme ça dans mon panier. Et si c'est le cas, je préfère anticiper : il vaudrait mieux en effet pour moi et ma crédibilité que je ne sois pas à court d'idées le moment venu...

 

D'avance, merci de ne pas m'abandonner toute seule dans cette galère pour votre aide...

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2012

 

ciel-10-septembre.jpg

Pas tout à fait bleu, mais presque. Quelques gouttes de pluie ce matin, et de la fraîcheur, mais cet après-midi les températures sont remontées en flèche si bien qu'avec le peu d'humidité qui s'évapore du sol, on transpire même à ne rien faire.

 

Et à part ça ?

 

Ça y est ! Après deux mois et demi d'absence, Fiston 1 a quitté son caillou caraïbien et est revenu au bercail de ce côté-ci de l'Atlantique. Juste le temps de nous faire des bisous, de nous offrir d'adorables cadeaux choisis avec soin dans le but de faire plaisir à chacun (et c'est drôlement réussi), de partager un repas à SIX (youpie !) et de récupérer sa voiture, enfin notre voiture, et le voilà reparti chez lui, enfin chez lui et sa copine, chez elle, même, pour être tout à fait exacte. C'est qu'ils ont des tas de choses à faire maintenant qu'ils sont revenus les petits, comme... remplir le frigo, aller à la banque déposer les chèques qu'ils ont durement gagnés, s'inquiéter de leur rentrée, etc.

 

Et à part ça ?

 

C'est reparti pour une semaine. Fiston 2 à l'internat, Fiston 3 au lycée, Fifille au collège, Jules au boulot et moi à courir dans tous les sens avant de reprendre le travail demain. Cette semaine encore, j'ai oublié que dans "jour de repos" il y avait "repos"... Non, ça ne s'arrange décidément pas. J'ai même été chez le dentiste.

 

Et à part ça ?

 

J'ai repris la gym. C'est la rentrée pour moi aussi. Ce n'est pas que j'aie fait du gras pendant cette année de formation, ou que j'aie perdu du muscle (siii, j'en ai, plein même) mais il fallait vraiment que je recommence à bouger et à avoir une vraie activité physique (parce que remonter d'énormes dossiers des archives, c'est pas vraiment une activité physique digne de ce nom, hein). Et vite. Maintenant, j'ai mal au genou.

 

Et à part ça ?

 

J'ai presque fini "Mange, Prie, Aime". Celui-là sera resté moins longtemps à l'affiche que son prédécesseur "1Q84", ce qui laisse présager que j'ai aimé ce livre... Article à suivre...

 

Et à part ça ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 8 Septembre 2012

 

Comme beaucoup d'entre nous en ce début de mois de septembre, je n'ai pas beaucoup de temps à consacrer à ce défouloir blog pourtant si précieux. Entre le taf, les enfants et la rentrée, c'est chaud bouillant dans notre chaumière.

 

Alors qu'est-ce qu'on a cette année en magasin pour les ados ? Une première année de master de recherche en histoire, une Khâgne, une Terminale et une 4ème. Le mois de juin prochain sera un tournant pour trois enfants sur quatre... et il ne me tarde pas... même si je sais que chacun d'entre eux fera le bon choix et que mon boulot n'est pas de juger ou de faire dégouliner sur eux mes inquiétudes, mais d'essayer de paraître d'être solide comme un roc pour qu'ils gagnent chaque jour en confiance et en assurance. Qui a dit que quand les enfants grandissaient c'était moins de travail et de souci ?

 

Ah oui ! Et à part ça, il y a aussi ma mère qui est arrivée il y a quelques jours sans crier gare (ou presque) pour son petit séjour automnal chez nous alors qu'on ne l'attendait plus (ou presque)... La journée, je suis au travail alors, avec belle-maman, elles se racontent des histoires de belles-mamans, d'ex-mamans, d'ex-épouses et de mamies, occupant le temps à leur rythme. Mais le soir, j'essaye de passer un peu de temps avec elle. Nous discutons beaucoup (même si les enfants pensent qu'un "nous" supplémentaire et un "p" à la place du "c" de "discutons" serait plus adéquat) et je fais ma BA en me joignant à elle quand elle prend sa tisane quotidienne le soir avant d'aller se coucher. Allez, me dis-je, une petite camomille n'a jamais fait de mal à personne (même si ça ne fait pas de bien), surtout si on l'accompagne d'un petit carré de chocolat.

 

Hier soir cependant, j'ai failli tomber de ma chaise en découvrant l'intérieur du tout nouvel emballage de mon chocolat préféré :

chocolat.jpg

J'ai eu tout d'un coup comme l'impression qu'on prenait vraiment le consommateur (moi en l'occurrence) pour une bille et j'ai pas aimé ça du tout du tout.

 

J'ai pensé : "C'est pas possible ! Et dire qu'on paye des types pour pondre des trucs pareils !"

 

Ça ne m'a pas empêchée de presque tout manger mais c'est triste, hein ?... et marrant !... mais triste...

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 2 Septembre 2012

Rédigé par vivi

Publié dans #bons mots

Repost 0