Publié le 30 Avril 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 49

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 24 Avril 2017

CIEL DU LUNDI 24 AVRIL

Je suis sous le chêne. Couchée. Intégralement Étendue. Littéralement ! [ça c'est pour vous Mary et Alba si vous passez par là].

Mon Petit coin de ciel pour la récap' hebdomadaire d'Arlette et Chat Bleu est bleu. Et vert tendre aussi... Les petites feuilles naissantes pointent le bout de leur nez pour habiller les branches nues depuis plusieurs mois. A travers ce rideau végétal, le soleil est là.

Il ne fait ni chaud ni froid. Une petite brise caresse mes mollets. Je suis à la limite de frissonner mais la température est juste suffisante pour éviter cela.

Je ferme les yeux. J'entends des pépiements. J'imagine des oisillons dans leur nid et les va-et-vient incessants de leurs parents pour les nourrir. D'autres cris d'oiseaux. Je reconnais le coucou mais sinon ces chants me sont à la fois familiers et inconnus. Impossible de savoir de quelle espèce il s'agit. On ne dirait pas que j'ai grandi à la campagne !

Un chien aboie, un autre un peu plus loin lui répond, puis encore un autre. Je pense à ceux des 101 Dalmatiens qui font passer un message important et me demande ce qu'ils peuvent bien se raconter.

Le voisin bricole. Le voisin est infatigable. Été comme hiver il est dehors, dans son jardin, sous son hangar, travaille, écoute de la musique, fait tourner des moteurs, tape, scie, meule, tond. Même quand il gèle à pierre fendre, même quand il fait une chaleur à crever et que tout le monde se liquéfie. Quel est son secret ?

De temps et temps, une mouche vrombit et passe près de moi comme un bolide. Je me demande pourquoi certaines mouches font bzzz et d'autres pas ? A moins qu'il ne s'agisse d'un bourdon ? Ou d'une abeille ? Le temps que je me pose la question, un autre bzzz. Je devrais ouvrir les yeux pour identifier l'animal mais une douce torpeur m'envahit. Mon activité cérébrale ralentit, réclame une trêve et c'est avec soulagement que je la lui accorde.

Morphée m'ouvre ses bras et sans retenue je m'y love.

Pendant quelques instants, le temps s'arrête. La courbe de sa course se brise et je flotte dans un monde à part, quelque part entre la réalité et le rêve, le conscient et l'inconscient, le là et l'ailleurs. Je suis loin et plutôt bien...

Je ne sais ce qui me ramène sur terre mais soudain j'y suis. Le sol, le chêne, la douce chaleur du soleil, la brise, les oiseaux, les chiens, les bzzz.

Rien ne semble avoir changé. Retour à la case départ. Fin d'un voyage que j'ai fait sans bouger d'un pouce. Magie de la relaxation, du sommeil, de la détente, du printemps et de la nature.

Qui dois-je remercier pour cet instant privilégié ?

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 23 Avril 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 48

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 16 Avril 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 47

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Autour de moi, il y a en ce moment des tas de bébés en préparation : chez trois de mes collègues (une dont c'est le premier, une dont c'est le deuxième et une dont c'est le troisième), chez une de mes meilleures amies qui va être grand-mère pour la première fois et chez une copine de formation qui va être grand-mère deux fois en même temps (une fois par son fils, une fois par la fille de son mari), chez une autre copine de formation qui elle va être maman... à 44 ans après de grandes périodes de doute -son premier enfant est autiste- puis un long parcours pour mettre en route ce bébé-bonheur !

Bref, il est grand temps de me remettre à mes aiguilles. Pour la fille de ma collègue (à qui j'avais déjà tricoté ce petit manteau pour son aîné), j'ai fait cette brassière Phildar en 6 mois (catalogue Univers de bébé). Mélissa, qui a déjà fait ce modèle plusieurs fois, avait raison : il est très agréable à réaliser, rapide et les finitions (que je n'aime pas faire) sont réduites au strict minimum puisque le tout se tricote en un seul morceau (coutures sur les côtés et aux manches uniquement).

UNE BRASSIERE TOUTE DOUILLETTE

J'ai fait un lien à l'intérieur pour que la brassière reste bien fermée et cousu les 3 boutons, comme indiqué sur le modèle.

UNE BRASSIERE TOUTE DOUILLETTE
UNE BRASSIERE TOUTE DOUILLETTE

J'ai d'abord voulu coudre la petite étiquette "c'est moi qui l'ai fait" dans le cou, mais j'ai eu trop peur qu'elle ne pique la peau fragile et tendre du bébé. Qu'en pensez-vous ?

UNE BRASSIERE TOUTE DOUILLETTE

Et je n'ai pas oublié le grand frère car je me souviens combien j'avais apprécié qu'on pense aussi à mes aînés au moment d'une naissance. Alors j'ai acheté deux livres.

Celui-ci au salon Livres Paris le mois dernier (édition Talents Hauts) :

Et celui-là chez Cultura. Le petit cousin de Jules l'avait adoré :

Et puisqu'on parle de bébés... Mon bébé à moi, ma Fifille adorée, a 18 ans aujourd'hui.

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #travaux d'aiguilles et bricoles

Repost 0

Publié le 9 Avril 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 46

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0

Publié le 5 Avril 2017

DICTEE POUR LES NULS 2017 : LA GENT AILEE...

La photo de mon Silent Sunday # 44 était un peu énigmatique, c'est vrai. Mais en cherchant, on pouvait facilement deviner de quoi il retournait : la fameuse Dictée pour les Nuls (en hommage à celle de Bernard Pivot) qui a eu lieu au Salon Livre Paris le 25 mars dernier, animée par Jean-Joseph Julaud. Pour la 8ème édition, le célèbre auteur de la collection "Pour les Nuls" a proposé une nouvelle fois à tous les amoureux de l'orthographe de tester leurs connaissances et rédiger sous la dictée un texte "redoutable et charmant".

Trois catégories étaient mises en place : juniors (jusqu'à 15 ans), amateurs et experts.

Un jeune collégien de 14 ans, Eden, a remporté la palme en ne faisant que 4 fautes en "juniors". Philippe, un professeur d'allemand a été sacré roi des experts avec seulement 5 fautes. Et c'est Riana qui a été la plus forte en amateurs, avec 12 fautes.

Je n'ai pas participé à cette dictée. Je ne faisais que passer par là... Dommage, j'aurais bien voulu m'essayer à cet exercice... et découvrir ma note. Même à un seul point la faute, je me demande si j'aurais pu éviter le zéro...

Et vous ?

Pour le savoir, à vos stylos ! (et pour aller plus loin, la correction avec toutes les explications du pourquoi du comment, c'est )

La gent ailée

Une légende berbère prétend que, pour voyager, l’être humain se déguise en cigogne. Alors qui sait… Peut-être que vous tous ici aujourd’hui, quels que soient votre apparence et votre air bien sage, et quoi que vous puissiez arguer, vous êtes à peine remis d’une folle migration où vous vous êtes laissés glisser, parmi quelque quatre-vingt mille de vos semblables, vers les Colonnes d’Hercule, avant d’aborder le pays du couchant lointain : le Maroc.

Inutile de vous dissimuler davantage : vous appartenez sans nulle conteste à la gent ailée puisque vous tenez en main l’ultime indice qui vous trahit : une plume, ou du moins son avatar moderne.

[Fin de la dictée pour les juniors]

Alors, quelque concentrés que vous paraissiez tous, rêvons ensemble qu’entre deux cumulonimbus gris-blanc, nous glottorons de nouveau vers l’éther où depuis toujours se sont plu nos migrations de haut vol sans que quiconque les contrariât.

Passé Gibraltar et son détroit, voici, selon Henry de Montherlant, la ville « à la gorge bleuâtre, tourterelle sur l’épaule de l’Afrique » : Tanger ! Voici, inscrits dans le souvenir de ce port, Henri Matisse qui y affina ses bleus et oranges favoris, et Eugène Delacroix qui y peignit de brûlantes fantasias.

Quelques coups d’aile vers le sud, et nous arrivons chez les Fassis parmi les familles desquels naquit celui qui nous offrit voilà trente ans La Nuit sacrée, prix Goncourt : Tahar Ben Jelloun. Fès, aux médersas richement décorées de muqarnas, aux zelliges variés où se sont mêlés tesselles colorées et abacules vernis, raconte ses douze siècles d’histoire à travers ses charmants labyrinthes.

Meknès, Rabat, Casablanca, Marrakech, Essaouira, escales de rêve, la route des mille casbahs et ses ksour de pisé…

Vite, sonnons la fin de la récré, sinon, nomades ravis sur nos nuages favoris, nous allons y rester ! Retour au salon, point final avant la correction !

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 2 Avril 2017

Le principe de cette rubrique, c'est !

SILENT SUNDAY # 45

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #silent sunday

Repost 0