Publié le 19 Novembre 2012

ciel-19-novembre.jpg

 

J'avais plein de trucs à raconter sur ce lundi de ouf repos mais voilà que la journée a passé molto rapidamente, voire plus que ça encore, et qu'il est vraiment trop tard maintenant pour commencer un article digne de ce nom.

 

En effet, demain y'a boulot et si j'ai pas mon compte d'heures de sommeil dès le début de la semaine, ça va pas le faire. Ça va finir comme vendredi dernier à 17h45 où au bout d'environ 75 appels téléphoniques gérés dans la journée j'ai dit "Au revoir Madame" à un monsieur. J'ai entendu ma voix comme dans un rêve tandis que je raccrochais et j'ai pensé "Bah non, c'est quand même pas toi qui a dit ça ?" puis tout de suite après "Bah si, c'est toi". Je me suis alors dit qu'il était urgent que je débauche sur le champ et que je rentre fissa à la kasbah.

 

Ce que j'ai fait.

 

Je vous laisse donc tout simplement avec ce Petit coin de ciel pris en photo sur les bords de la Garonne pour la communauté de Mary.

 

Sans rien de plus. No blabla tonight. Que dalle. Nichts. Nada. Nib.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2012

Rédigé par vivi

Publié dans #bons mots

Repost 0

Publié le 14 Novembre 2012

cigarette.png

Pas souvent ces derniers temps que je participe à la communauté Musique à Coeur Ouvert de Véro qui cette semaine s'est tout bonnement autoproclamée présidente. Je suis moi-même assez adepte du "on n'est jamais mieux servi que par soi-même" alors, après tout, pourquoi pas ?

 

Pas vraiment très surprenant qu'elle ait choisi ce mercredi comme thème

 

LA CIGARETTE

 

car depuis qu'elle a arrêté de fumer, elle n'en a jamais autant parlé ! Elle est fière d'elle, et c'est bien normal ! Bravo Véro, congratulations !

 

Pas vraiment envie de m'étendre sur ce terrain car, fumeuse pendant 20 ans, ex-fumeuse depuis 10 ans, je travaille depuis peu avec une tabacologue et je sens que je pourrais vite devenir chiante intarissable sur le sujet. Je vais donc m'abstenir. Fumeurs, ne me remerciez pas. 

 

Pas non plus envie de faire l'apologie de cette merde ce fléau mais quand j'entends "cigarette" je pense avec une nostalgie non feinte à BBH 75 de Jacques Higelin et, pouf ! me voilà redevenue une ado de 15 ans : clope au bec, pull tricoté main tricoté coeur sur le dos, foulard indien autour du cou, musette sur l'épaule et Kickers aux pieds, j'attendais avec impatience les samedi soir pour sortir en mobylette dans les boums mais je vous ai déjà raconté tout ça il y a quelques temps là. Le paquet de Peter Stuyvesant rouge coûtait en ce temps-là 5,50 F, plus d'une semaine d'argent de poche.

 

BBH 75 était un de mes albums préférés et si je ne l'ai pas écouté trois cent milliards de fois je ne m'appelle plus Vivi, foi de Vivi avec comme chanson préférée sur cet album préféré, je vous le donne en mille, celle que je vous présente aujourd'hui, en tête juste devant Mona Lisa Klaxon, ma deuxième chanson préférée d'entre les préférées...

 

Et tout d'un coup, je doute du postulat qui dit que la mémoire se perd avec l'âge car, cette chanson-là, même sans répétition préméditée, je la connais encore par coeur.

 

Vous voulez que je vous fasse voir ?

 

Hé hé, ho ho
Je suis amoureux d'une cigarette Toute la sainte journée elle me colle au bec
Hey Lucie, si t'reste un peu de ferraille Ravitaille moi d'un paquet d'gris
Que je m'en grille une aussitôt A la place de ce satané vieux mégot, ho ho

Je suis amoureux d'une cigarette Sans elle j'ai l'air d'un poussin Cherchant son omelette
Hey Suzon, si te reste un peu de pognon Ramène-moi donc un paquet d'blond
Que je m'en roule une aussi sec A la place de ce satané vieux mégot, ho ho.

Je l'aime bien épaisse Roulée comme une papesse Dans son fourreau Zigzag a bord gommé
Quand du bout de la langue Je la lèche, elle tangue Fumante elle frémit sous la morsure De mon dentier Hé hé.

Je suis amoureux d'une cigarette Elle a la rondeur d'un sein Qu'on mord ou qu'on tête
Hey Jenny, y'aura une taffe pour toi Si tu penses a mon paquet d'gris

Magne-toi car j'ai bientôt fini De tirer sur ce satané vieux mégot.

Je suis amoureux d'une cigarette Suzy, hey, hey Je suis amoureux d'une cigarette...
Je suis amoureux d'une cigarette...Moureux d'une cigarette...

Kof kof... Kof kof kof.

 

Je le fais bien non ? Surtout le kof kof à la fin, je trouve...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2012

 

octobre-2012-6034.JPG

Après les grosses pluies de ces derniers jours, c'est aujourd'hui du grand bleu, du grand beau et du grand glagla dans mon Petit coin de ciel.

 

-1° ce matin dans mon lit. Ou plutôt depuis mon lit, duquel bien au chaud sous la couette j'aperçois le thermomètre qui indique la température extérieure. Le linge risque encore de faire des siennes.

 

Après 15 jours de congés, c'était la reprise pour les ados.

 

Pour les trois "petits" du moins, car Fiston 1, après notre escapade espagnole, était déjà à pied d'oeuvre depuis une semaine et a repris ses recherches en histoire. Il est en pleine époque moderne, ça me fait toujours marrer quand il dit ça parce que cette période commence avec la fin du Moyen-Âge, en plein XVème siècle. C'est pas franchement l'idée que je me fais d'une époque moderne... Mais tout est relatif, comme disait l'autre.

 

Fiston 2 a repris du poil de la bête depuis son gros coup de mou d'avant les vacances : pendant ce break, il a dormi, mangé, dormi, mangé, dormi même que des fois il n'a pas pu se déshabiller ni se laver ni se brosser les dents ni enlever ses chaussettes ni enlever ses lunettes ni éteindre la lumière avant de s'endormir le pauvre tellement il était fatiguéfatiguéfatigué et... ben, c'est à peu près tout. Ah oui, il aussi passé quelques heures sur Facebook (des tas en fait). Et travaillé aussi. Et fait des heures de conduite accompagnée, des créneaux, des manoeuvres, des rangements en bataille ou/et en épi car il repasse bientôt son permis. Affaire à suivre donc...

 

Fiston 3 a préparé un concours qui aura lieu samedi prochain pour une école dans laquelle il aimerait bien entrer en septembre 2013. Il a englouti -entre autres- des tonnes de JT, de quotidiens et de magazines pour l'épreuve/quizz de culture générale. J'ai confiance, je crois qu'il est prêt ! En tout cas, si on lui pose des questions dont les réponses se trouvent dans l'Équipe ou dans France-Foot, il sera à coup sûr imbattable. Je ne connais personne qui comme lui lit ces journaux de la première à la dernière ligne... mais pendant ce temps, il ne fait rien d'autre eh oui...

 

Fifille a traîné ses bouquins du canapé au lit, du lit au fauteuil et du fauteuil au canapé pour des heures de lecture sous la couette ou dans ma couverture à bras une bouillotte sur le ventre, entrecoupées de papotages entre copines, d'après-midis DVD et de jeux vidéos. Ce matin, elle n'était pas très heureuse de retourner au collège et elle a répété environ dix fois entre 7h30 et 8h10 : "J'veux pas y aller !", "Pourquoi c'est déjà fini les vacances ?", "Pourquoi le 11 novembre cette année tombe un dimanche et pas un lundi ?" et "C'est quand les prochaines vacances ?" comme quoi, bien que les congés de la Toussaint soient passés d'une semaine et demi à deux semaines, ils ne sont jamais contents ces ados.

 

Qu'est-ce qu'on va en faire, mais qu'est-ce qu'on va en faire je vous le demande ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2012

Rédigé par vivi

Publié dans #actualité...

Repost 0

Publié le 10 Novembre 2012

 le tailleur de pierrecamilla-lackberg-copie-1.png

 

Mais qui donc est cette Camilla Läckberg si mignonne, si angélique et si sexy qui écrit des romans policiers si noirs, imagine des assassinats si macabres et échafaude des mises en scène si machiavéliques et pourtant si captivantes ?

 

Jean Edith Camilla Läckberg Eriksson, née le 30 août 1974 dans la petite ville côtière de Fjällbacka (le lieu où se situent toutes ses histoires), est une écrivaine suédoise auteur de romans policiers. Elle est une des plus jeunes auteurs à succès dans son genre : en janvier 2010, le classement de plusieurs magazines dédiés à l'édition la place à la sixième place des écrivains de fiction les plus vendus en Europe. Elle a deux enfants, Wille et Meja, d'un précédent mariage, et un troisième, Charlie, avec son second mari Martin Melin (dont les noms ne sont pas sans rappeler certains personnages de ses romans)...

 

Après l'hiver nordique de La Princesse des Glaces et l'été torride que l'on traverse dans Le Prédicateur, c'est l'automne... Dans Le Tailleur de pierre se déroulent deux histoires : la première se passe de nos jours lorsque l'on découvre le cadavre de Sara, une petite fille de 7 ans que l'on croit accidentellement noyée, et la deuxième dont l'action débute en 1924 et qui vient s'intercaler de temps en temps entre les chapitres. Au début, on ne sait où ces deux histoires vont nous mener mais, à la fin, elles n'en feront plus qu'une...

 

Difficile d'en dire plus et de ne pas en dire trop mais, si vous voulez tout savoir, j'ai beaucoup aimé ce troisième opus de la série, peut-être même mon préféré jusqu'à présent. Malgré un thème sordide, des passages violents, des actes ignobles et des paroles redoutables, la lecture est envoûtante et l'enquête rondemement bien menée. Allez y comprendre quelque chose.

 

J'ai par ailleurs le plaisir de vous annoncer que, cette fois, j'ai entr'aperçu le bout du nez du coupable avant la dernière page. Je fais sans aucun doute des progrès remarquables.

 

Camilla Läckberg évoque aussi dans ce livre des faits de société aussi divers que : la violence conjugale, les conflits entre voisins, les femmes battues et soumises, le problème de l'hyperactivité chez certains petits, les violences faites aux enfants, le syndrome d'Asperger (passionnant), les extrémistes religieux, les pédophiles, les victimes de pédophiles, le baby-blues, le syndrome de Guillain-Barré, les secrets de couple et le deuil d'un enfant. Et j'en oublie.

 

Pour finir, je vous laisse avec la question existentielle que je me pose depuis la fin de ce roman, vous priant de bien vouloir me rendre vos copies dès que possible en cliquant ci-dessous sur le lien "Écrire un commentaire" :

 

Un flic qui résoud une enquête grâce à une émission de télé, c'est la classe ou pas ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 7 Novembre 2012

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 4 Novembre 2012

 

Vous vous souvenez sans doute qu'au mois d'août dernier Fiston 1 a fêté ses 20 ans. Il était à 7 000 kilomètres de nous, mon coeur de maman était complètement en vrac et nous avions trinqué à son anniversaire (champagne quand même !) via Internet. Merci Skype !

 

Quand on lui avait demandé ce qu'il souhaitait comme cadeau, il avait dit comme ça : "Ça fait longtemps qu'on a envie d'aller en Espagne à Port Aventura tous les deux (lui et sa chérie), mais ce serait encore mieux d'y aller en famille, non ? Vous êtes d'accord" ?

 

J'avais jamais entendu parler de Port Aventura, mais j'ai trouvé l'idée de partir tous ensemble trop chouette. Et surtout j'ai été très touchée qu'il ait eu envie de partir avec ses parents et ses frères/soeur, à un âge où on a parfois tout sauf envie d'être avec eux.

 

Trouver des dates et un timing qui conviennent à tout le monde n'a pas été chose facile. Il n'y avait guère que Jules qui était vraiment open de ce côté-là. Fiston 1 et sa chérie sont à la fac avec des vacances décalées. Les trois autres sont au régime "lycée/collège". Quant à moi, je n'avais en principe droit à aucun jour de congé.

 

Or, Port Aventura est à 770 km de chez nous... impossible d'y aller juste sur un week-end...

 

Les négociations ont été rudes, mais nous avons finalement pu trouver un compromis pour partir tous quatre jours et quelques clics, coups de téléphone et réservations plus tard, nous y étions !

 

Où ça ? Ben là ! Dans le plus grand parc thématique d'Espagne, situé sur la Costa Daurada à une heure environ au sud de Barcelone.

halloween-2012-copie-1.jpgQue dire sur ces délicieuses et terrorifiantes journées à sept ? Et par où commencer ?

 

Je réfléchis... mais il y a trop de choses à exprimer et trop de photos à partager pour que ça tienne dans un article. Et le site vous donnera mieux que moi plein d'informations sur le parc, les spectacles, le programme, les attractions...

 

Toutefois, je ne résiste pas à l'envie d'écrire sur le sujet quelques petits minuscules blablas :

 

Le parc s'étend sur 117 hectares et se compose de six univers : Polynésie, Chine, Far West, Mexique, Méditérannée et Rue Sésame (un coin spécialement dédié aux tout-petits).

 

Voilà les attractions qui m'ont le plus impressionnée :

 

Hurakan Condor est une tour de 100 m de haut de laquelle on tombe en chute libre sur 86 m. On est assis par 4 dans des petites gondoles, les pieds dans le vide. Le petit "plus" : arrivées tout en haut, les gondoles s'inclinent de 15° vers l'avant... Aaaargh !

hurakan condor

 

Dragon Khan est une montagne russe de 1 270 m de long et 45 m de haut. Elle est composée de 8 inversions : looping vertical, looping plongeantzero-G roll, cobra Roll (2 inversions), looping inversé, tire-bouchons entrelacés (2 inversions) et dure environ 1'45''. Impossible de vous expliquer la signification de tous ces termes techniques, tout ce que je sais c'est que ça vous retourne comme une crêpe dans tous les sens en faisant fi des lois élémentaires de la gravitation et de la disposition logique de vos organes. Quand on en descend on ne sait plus où est le haut ni où est le bas, ni qui on est et où on habite.

dragon khan

 

Furius Baco sont les montagnes russes les plus rapides d'Europe dans lesquelles on est propulsé de 0 à 135 km/h en 3,5 secondes. No additional comment.

furius baco

 

Enfin, Shambhala détient trois records mondiaux : les montagnes russes les plus hautes d'Europe (76 m), celles avec la descente la plus longue en Europe (78 m) et les plus rapides (134 km/h). Dans cette attraction, le voyageur peut expérimenter l’effet connu sous le nom d’ « air time » qui définit la perte de contact avec le siège. Glups.

shambhala 

Et c'est pas tout ! En descendant des attractions, alors qu'on croit pouvoir se remettre coolement de ses émotions devant une bonne cerveza, on se retrouve invariablement nez-à-nez -Halloween oblige- soit avec un mort-vivant au regard lugubre brandissant une tronçonneuse, soit avec une possédée échevelée aux yeux révulsés qui vocifère des insanités et vous crache à la figure (pour de faux, hein), soit avec un vampire aux dents longues, mais longues....

 

Ils étaient partout... surgissant au détour des allées ou des buissons et hantant le parc dès la nuit tombée.

 

Moi j'étais cramponnée comme jamais au bras de mon Jules, mais les enfants étaient morts de rire et ont vraiment kiffé ces journées et ces soirées terrorifiantes.

 

Allez, je vous laisse avec le zombie, que vous en profitiez aussi un peu (il est avenant, hein) ?

zombie

  photo du web

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #vacances-week-ends

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2012

Rédigé par vivi

Publié dans #vacances-week-ends

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2012

 

Comme on l'avait décidé, on devait aller au ciné mardi soir mais :

 

1. Fifille avait exceptionnellement un entraînement de hand et la laisser rentrer toute seule en vélo à 20h30, pas question ! On aurait pu demander à Fiston 3 d'aller la chercher, ce qu'il aurait fait bien volontiers, mais il pleuvait des cordes. Pas glop de les savoir sous la pluie et dans la nuit tous les deux, alors que nous on aurait été tranquillement vautrés installés dans nos fauteuils de ciné à mater les pubs et les bandes-annonces en se goinfrant de M&M's.

 

2. Le pote garagiste de Jules devait venir nous donner son avis sur une de nos "vieilles" et néanmoins voiture de tous les jours dont le compteur de vitesse reste obstinément bloqué sur 0 quand on roule. Oui parce que quand on ne roule pas, c'est on ne peut plus normal. Ça n'empêche pas de circuler certes, mais le problème, c'est que les radars, eux, ne sont pas bloqués sur 0.

 

3. Le mardi, c'est aussi le jour de l'AMAP et les horaires des séances de cette semaine ne collaient pas trop avec le récupérage de notre panier et ça aurait été dommage de se priver de tous ces bons brocolis, poireaux, betteraves, chou-rave, hein les enfants !

 

4. Le programme, c'était soit Vous n'avez encore rien vu avec une kyrielle d'acteurs fantastiques mais la critique disait "drame", soit Quelques heures de printemps, mais la critique disait "drame" aussi. Et nous, on n'avait pas envie de voir de drame cette semaine.

 

Et surtout, surtout que le lendemain, c'était la sortie nationale de Stars 80 ! Stars 80 quand même !!

 

Ce film s'inspire de l'histoire vraie de deux producteurs, Hugues Gentelet et Olivier Kaefer, qui ont eu l'idée de créer la RFM Party 80, un spectacle musical qui réunit des chanteurs des années 1980 interprétant leurs tubes.

 

Vincent (Richard Anconina) et Antoine (Patrick Timsit), deux fans des années 80, dirigent une petite société de spectacle qui fait tourner des sosies dans toute la France. Entre déboires sentimentaux et caprices de leurs pseudo vedettes, l’affaire finit par péricliter. A la veille du dépôt de bilan, ils retrouvent un carton de vieux 45 tours : Jeanne Mas, Jean-Luc Lahaye, Lio, Desireless, Peter & Sloane, François Feldman, Début de soirée, Images, Cookie Dingler, Sabrina, Gilbert Montagné... tous les tubes des années 80 ! Immédiatement, l’étincelle jaillit : pourquoi ne pas faire remonter sur scène les vraies Stars des années 80 ? Les deux producteurs partent alors en quête de ces vedettes oubliées, et montent une tournée de concerts qui débutera dans la galère avant de cartonner en province et triompher… au Stade de France !

 

stars-80.jpg

 

Vous voulez savoir ce que j'ai pensé de ce film ? Certes, le scenario est nul inexistant très maigre, et on n'a même pas la surprise de savoir si l'histoire va bien se finir ou non, mais quand même pas au point de penser comme Le Figaro-Cinéma que Stars 80 est le nanar de la semaine. Oh ben non, là c'est vraiment abusé.

 

Parce que moi, j'ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à revoir et à réécouter MES stars des années 80 dont les tubes n'ont finalement pas pris tant de rides que ça. En effet, quelque soit son âge ou sa génération, que celui/celle qui n'a jamais fredonné (même en cachette) : 

 

"Boys, boys, boys"

 

"Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plaît
Et tu tapes tapes tapes c'est ta façon d'aimer
Ce rythme qui t'entraîne jusqu'au bout de la nuit
Réveille en toi le tourbillon d'un vent de foliiiiiiiiiiiiiiie"

 

"Ne la laisse pas tomber
Elle est si fragile
Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile (2 x)"

 

"People ask me why I never find a place to stop and settle down down down
I never wanted all those things people need to justify teir life life life
Yes we were born born born to be alive, Born to be alive
Yes we were born born born, Born to be alive"

 

"Elle est venue sans bagage, Quand échouée d'un naufrage,

Dans les cales d'un cargo Elle a quitté son île Pour un monde nouveau Loin des bidonvilles.
Oh Macumba, Macumba, Elle danse tous les soirs
Pour les dockers du port Qui ne pensent qu'à boire,
Oh Macumba, Macumba, Elle danse tous les soirs
Pour des marins largués Qui cherchent la bagarre, Oh Macumba

 

etc. etc. etc.

 

parle maintenant ou se taise à tout jamais.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0