Publié le 7 Février 2011

Cette semaine, Fiston Number 3, qui est en seconde, a un contrôle d'histoire assez balèze à réviser. Quelques chapitres sur Athènes au Vème et au IVème siècle avant Jésus-Christ, et sur la citoyenneté au temps de l'Empire Romain. Tout un programme !!

Comme c'est un gros devoir, que c'est important pour sa moyenne, qu'il n'a pas tant de notes que ça pour le trimestre et qu'il vaudrait mieux qu'il ne se plante pas trop, je l'interroge (hier dimanche) pour vérifier s'il a fait son travail sérieusement. Je me rends compte que c'est pas mal du tout mais que les révisions sont un peu superficielles. Ça manque un peu de précision tout ça !!

Je lui explique qu'il faut qu'il reprenne ses notes et qu'il approfondisse. Qu'il faut aussi qu'il lise dans son livre les unités correspondantes. Qu'il fasse les analyses et les exercices proposés en fin de chapitre (je lui montre, on en fait un ou deux ensemble). Qu'il faut aussi qu'il ait bien le plan de son cours en tête pour ne rien oublier. Je lui donne enfin quelques moyens mnémotechniques pour retenir les dates et certains détails. Bref, je joue mon rôle de mère à donf.

Il m'écoute religieusement  en faisant "oui, oui, bien sûr", "je sais" ou "OK, OK" de temps en temps. Pas contrariant pour un sou, j'ai la nette impression qu'il gobe mes paroles et qu'il comprend ENFIN qu'il est de son intérêt de ne pas faire ce travail à la va-vite. Mieux que ça, il me semble que cette fois, c'est gagné, il va faire le maximum pour avoir une super note à ce devoir. Il en a largement les capacités et, c'est sûr, il a vraiment saisi ce que je lui ai expliqué.

Il dit : ,"De toutes façons, le contrôle n'est que mardi (demain donc) et comme j'ai deux heures de perm lundi (aujourd'hui) j'aurai encore le temps de bien réviser. Là, je m'arrête parce que je suis crevé (ah bon ? de faire quoi ?) mais ne t'inquiète pas je réviserai sérieusement au lycée".

Je me félicite intérieurement en me disant que, s'il travaille effectivement deux heures supplémentaires en perm, ce sera bon, que j'ai bien fait de prendre un peu de temps pour lui, que cela lui a été profitable et que j'ai vraiment bien joué sur ce coup-là.

Et cet après-midi, en faisant un peu de ménage dans le salon, voilà ce que je trouve sur le canapé et sur la table basse.  

    janvier-2011-2626.JPG    janvier-2011-2629.JPG

Pour réviser au lycée aujourd'hui, ça va être difficile hein, vous êtes d'accord avec moi ? Et vu que Fiston ne rentrera à la maison ce soir que sur les coups de 19 heures, je ne le sens finalement pas si bien que ça ce contrôle sur les Grecs et les Romains.....

Grrrrr et re-grrrrr.

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #enfants

Repost 0

Publié le 7 Février 2011

 

Après la grosse caillante une bonne partie de la semaine dernière et le temps gris gris gris (voir ), Alba et moi-même avons fini par déposer une réclamation musclée auprès des plus hautes autorités météorologiques départementales. Ben oui, quoi ! Ça sert vraiment à rien d'habiter la Gironde si c'est pour avoir des températures frigorifiantes et un ciel pareil... Il fallait que ça cesse !!

 

Heureusement, il semblerait que nous ayons été entendues car le beau-temps, après la dissipation des brumes matinales, est revenu. Le mercure, bien qu'en-dessous de zéro au lever du jour, remonte agréablement dans la matinée. Le soleil est de nouveau au rendez-vous, il fait carrément doux pour la saison et il y aurait presque comme un petit souffle de printemps dans l'atmosphère. Mais petit, hein, n'exagérons rien quand même !

 

On retrouve enfin notre temps à nous ! Et goût à la vie...

 

La preuve en image pour la communauté Petit coin de ciel.

 

J'espère de tout coeur que chez vous aussi il y a du mieux dans l'air. D'ailleurs, je file de ce pas voir vos blogs.

 

Et pour les autres, si vous voulez le récapitulatif des photos des ciels (cieux ?) de France, c'est demain et c'est chez Alba

Pictures33.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0

Publié le 6 Février 2011

 

Une chanson nostalgie pour la communauté de Claire et Pascal, Vive la Chanson Française.

 

Celle d'Yves Simon, Petite Anne, qui est la bande musicale de Diabolo Menthe, un film français de Diane Kurys paru en 1977 et tourné en partie au lycée Jules Ferry à Paris.

 

Késako ? vont dire les petites jeunes ? Ceux et celles qui comme moi étaient au collège dans ces années-là s'en souviendront sûrement, mais pour les autres, vous pouvez aller voir ou .

 

Et savez-vous ce qu'est devenue la jolie Eléonore Klarwein, alors âgée de 13 ans, qui interprétait le rôle d'Anne ?

 

Côté chanson, elle se produisit en duo avec Serge Lama et enregistra en solo en 1978 "Je ne suis plus une gamine".

 

Côté cinéma, après Diabolo Menthe, elle fut Olivia dans Vas-y Maman. Puis tourna le rôle de Charlotte dans La Clé sur la Porte d'Yves Boisset et eut le rôle de Marie dans Le Temps des Vacances. Elle fit aussi une apparition dans le film américain Exposed de James Toback.

 

On ne verra plus jamais son visage sur le grand écran par la suite.

 

Mère de quatre enfants, elle vit actuellement à Paris où elle a ouvert une agence de mannequins.

 

Au printemps 2005, elle participa à l'émission "Ça se discute" de J.L. Delarue sur France 2 sur le thème des enfants stars. Elle y raconta des anecdotes sur sa brève carrière d'actrice (source Wikipedia).

 

Listen and enjoy.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 5 Février 2011

 

14 repas à faire dans la semaine, dont environ 9 pour 6 personnes, y'a des jours où ça craint.

 

Entre penser à ce que l'on va faire à manger, faire la liste des courses, faire les courses, ranger les courses, préparer les repas et faire ensuite la vaisselle qui va avec, ça pompe une énergie folle, même si de temps en temps on arrive à coincer l'un ou l'autre gosse pour donner un coup de main. Sans compter le temps qu'on y passe, la force morale et la détermination dont il faut faire preuve pour faire face à la critique les jours où l'on ose sortir du sacro saint trio à succès : pommes de terres/pâtes/riz.

 

Car les ados, c'est sans pitié et ça a tout le temps faim. Pas question de leur servir des demi-portions ni de se contenter d'une salade verte. Non ! ça veut du lourd, du consistant, du qui cale et du copieux. Et dans les 14 repas, je ne compte même pas les goûters pantagruéliques, les petits en-cas vite fait et les baguettes toutes fraîches qui disparaissent en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire.

 

Si encore ils étaient en surcharge pondérale, je pourrais les mettre au régime et me contenter de préparer une soupe de légumes ou un petit plat vapeur. Même pas. Ils sont maigres comme des haricots verts et je me demande où passe tout ce qu'ils ingurgitent.

 

Pour partager mon quotidien de femme aux fourneaux, voilà donc quelques semaines que je me suis inscrite dans la communauté Les petits plats sans dessus 2 sous, créée par deux soeurs, Karen et Fleur qui, en plus de leurs blogs respectifs, ont aussi ouvert, à deux, Le Cuisin'Oz Blog. Vous me suivez ? Non ? Eh bien cliquez sur les liens et vous allez tout comprendre. Ces deux-là aiment surtout la vie, leur famille et leurs amis, mais aussi la cuisine, la musique, l'amitié et le partage. Tout cela saute aux yeux dans leurs blogs et dans leur nouvelle communauté. Car cette dernière vit, elle est animée, on s'y amuse et surtout on ne se prend pas la tête : très bon, excellent, moins bon, pas bon, voire dégueu, tout est prétexte à s'écrire, à échanger et à se marrer.

 

Et voilà que les frangines, jamais à court d'idées, ont même lancé un défi à leurs adhérentes ! Cuisiner et partager chaque mois une recette dans laquelle entre un ingrédient bien précis. En février, c'est la pomme de terre qui est à l'honneur. J'aime les recettes toutes simples et basiques, sans chichis ni tralalas, alors à part en purée, à l'eau, en frites ou en gratin, je ne fais pas grand-chose d'original avec ce légume. Ah si ! un truc qui sort un peu de l'ordinaire, que les enfants trouvent "über-bon" et "top-génial" (je cite) : les pommes de terre farcies au jambon.

 

Il faut :

 

- environ 1 ou 2 (voire 3) grosses pommes de terre par personne (en fonction des appétits)

- du jambon cru

- de la crème fraîche épaisse allégée

- du cheddar

- sel et poivre.

 

Faire cuire dans les pommes de terre coupées en deux dans de l'eau bouillante salée : elles doivent rester fermes. Une fois cuites, les disposer dans un plat allant au four. Poser sur chaque pomme de terre une cuillerée de crème fraîche, des lamelles de jambon cru et de cheddar. Mettre dans le four en position grill et retirez lorsque le fromage est bien fondu. Poivrez, salez (si nécessaire) et servez chaud avec des carottes râpées, des tomates, des haricots ou n'importe quoi d'autre.

 

La photo ne donne pas un super rendu appétissant comme dans les magazines. Mais je jure que c'est bon. Pas vraiment light, mais bon !

 

Pictures30.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 4 Février 2011

ruban rose

 

Amie blogueuse, ami blogueur,

 

Au cas où tu ne le saurais pas, c'est aujourd'hui la Journée Internationale de Lutte contre le Cancer.

 

Et as-tu entendu ce matin les dernières recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé ?

 

Non ? Alors voilà un petit résumé vite fait rien que pour toi.

 

Le sport c'est bien ! Et c'est très bon pour toi.

 

Je ne parle pas du sport à la télé, que tu regardes affalé voire vautré dans ton canapé, une barre de Mars ou un petit apéro à la main. Ni du sport que font tes enfants et que tu encourages chaque week-end depuis les tribunes ou le banc de touche du stade municipal. Ni du sport de chambre, qui a une foultitude de vertus diverses mais dont il n'est absolument pas question dans le rapport de l'O.M.S.

 

Je veux parler du vrai sport auquel tu peux toi-même t'adonner à la piscine, dans une salle de gym, dans ton jardin ou même dans ta vie quotidienne.

 

Il te permet de garder la forme, et bien plus encore !

 

Car l'O.M.S. vient pour la première fois de calculer que, pratiqué au moins deux heures et demie par semaine, il permettait de prévenir le cancer. En effet, d'après les récentes études scientifiques, près d'un quart des cancers du colon et du sein pourraient être évités grâce à une activité physique régulière. Les experts pressentent qu'il jouerait également un rôle dans de nombreux autres types de cancer pour lesquels les données ne sont pas encore disponibles. En outre, il limiterait aussi les risques de récidives du cancer du sein.

 

Il est donc plus que temps de ressortir ton maillot de bain, tes baskets, ton vieux vélo, tes rollers ou ta tenue d'aérobic, même démodée, car 150 minutes d'activité physique par semaine (ou 30 minutes de marche quotidienne pendant 5 jours) suffisent.

 

Je te parle bien sûr d'efforts modérés. Pas question de faire de toi une bête de muscles ou un accro du marathon.

 

Mais si tu fais partie des 31 % de la population mondiale qui ne pratiquent aucun sport, BOUGE-TOI ET VITE.

 

logo oms5

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #santé

Repost 0

Publié le 3 Février 2011

la couleur

 

Allez pouf ! Voilà encore un bouquin de terminé. J'ai trouvé que j'avais mis un peu de temps à le lire, avec pourtant l'impression de l'avoir dévoré. La faute certainement au fait qu'il compte 526 pages.

 

Alors voilà, c'est le premier roman de Kathryn Stockett. Ça se passe dans le sud des Etats-Unis, entre 1962 et 1964. Plus précisément, l'action se déroule à Jackson, Mississippi, alors que les lois raciales font autorité. Chez les Blancs, tandis que les "patronnes" mènent une vie oisive et monotone, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, les courses, briquent l'argenterie et élèvent les enfants. Et elles ont intérêt à tenir leur langue, ravaler leur fierté, se contenter de dire "merci" et "oui, ma'am", ne pas relever la tête et, surtout,  ne faire aucune erreur si elles ne veulent pas être renvoyées sur le champ et tout perdre.

 

La ségrégation est la règle. Rosa Parks a déjà refusé de céder sa place à un Blanc dans un bus et la voix de Martin Luther King gronde mais le Ku Klux Klan est partout : les passages à tabac, les exécutions sommaires, les humiliations font partie du quotidien.

 

Il y a l'affreuse et cruelle Miss Hilly, suintante de méchanceté et baignant dans un racisme primaire dont j'ai eu honte. Elle dirige les oeuvres de la Ligue, et récolte de l'argent lors de ventes de charité, afin d'aider les pauvres petits Noirs d'Afrique qui meurent de faim. A côté de ça, elle maltraite son personnel et son cheval de bataille est d'essayer de faire voter une loi qui obligerait les propriétaires blancs à faire construire des toilettes séparées pour leur personnel noir. Autour d'elle gravitent toutes ses admiratrices, ses "suiveuses" (notamment Elizabeth) composant le gratin de la communauté blanche de Jackson. Elles lui passent tous ses caprices et n'oseraient pour rien au monde la contrarier ou la contredire. Hilly est ambitieuse, suffisante et.... heu.... vous allez adorer la détester !!

 

Et puis, il y a Aibileen et Minny, deux bonnes noires liées par une amitié indéfectible et une affection profonde, et ce malgré leur différence d'âge. Aibileen a perdu son fils unique dans un accident. Elle a appris à se taire mais Minny, très impulsive, n'y arrive pas, elle dit toujours franco ce qu'elle pense, ce qui lui vaut d'avoir été renvoyée plusieurs fois. Aibileen est la bonne d'Elizabeth et Minny cherche une fois de plus un autre travail qui lui permettra de nourrir sa famille nombreuse : elle vient d'être congédiée par Miss Hilly qui, pour la discréditer, raconte partout qu'elle est une voleuse.

 

Il y a aussi Skeeter, qui est bien différente de ses amies Hilly et Elizabeth. Jeune fille bourgeoise et blanche, elle revient chez elle au terme de ses études. Ses parents possèdent une grande plantation de coton. Elle découvre avec consternation que Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant 22 ans, n'est plus là et est partie sans même lui laisser un mot.

 

C'est ainsi que l'histoire débute. Pour essayer de comprendre ce qui est arrivé à Constantine, Skeeter va se rapprocher d'Aibileen et de Minny, tout en s'indignant des conditions et de la précarité dans lesquelles elles travaillent. Petit à petit, l'idée de "changer les choses" et d'écrire un livre qui rassemblerait des témoignages de bonnes, à qui on ne demande jamais leur avis, va germer.

 

Pour mener à bien leur entreprise, toutes les trois vont prendre des risques, suivre leur instinct et braver leurs peurs, leurs angoisses et leurs démons.

 

A ce sujet, un petit bémol : j'ai eu un peu de mal à croire, comment dans le climat de terreur, d'insécurité et de délation qui régnait alors, une jeune femme blanche a pu se rendre pendant des semaines en plein quartier noir sans éveiller aucun soupçon et sans être dénoncée. C'est expliqué dans le livre mais ce n'est pas très plausible. Comment aussi a-t-elle pu convaincre les bonnes noires de témoigner pour elle et (égoïstement ?) leur faire prendre autant de risques ? La preuve peut-être que les choses commençaient réellement à changer ? Mais j'en doute. Ayant vécu un an en Lousiane en 1989-1990, je n'ai pu que constater que, 25 ans plus tard, le racisme existait toujours et était bien ancré encore.

 

Cela dit, même si ce détail m'a un peu chiffonnée, je suis la première à dire qu'il n'est pas obligé que tout soit crédible dans un roman. On se laisse porter, et c'est bien là l'essentiel.

   

Autre paradoxe : d'un côté, tout dans ce livre est très lent. On y vit au rythme des gens du sud. La chaleur est écrasante, l'air est saturé d'humidité, la touffeur nous assomme et le moindre mouvement nous épuise.

 

En posant le pied sur le bitume, on sent la chaleur qui nous enveloppe, [...] on traverse le parking qui fume au soleil. Avec les lignes qu'on a peintes par terre pour guider les voitures, on a l'impression d'être sur un gril et de rôtir comme des épis de maïs. Je sens la peau de ma figure qui brûle et qui tire. Baby Girl se fait traîner, elle a l'air sonnée comme si elle venait de prendre une gifle [....] j'ai le cuir chevelu qui cuit à l'endroit de la raie, puis ça me démange [....] et tout d'un coup psshhtt ! quelqu'un éteint la flamme. On est à l'ombre, il fait frais, c'est le paradis.

 

D'un autre côté, il y a un vrai suspense. Comment tout cela va-t-il finir ? On aimerait bien une "happy end" mais on sait que cela va être difficile pour nos héroïnes de s'en sortir indemnes. On s'attache, on rit, on tremble, on pleure, on frissonne aux côtés des trois personnages principaux. Car ce roman est polyphonique : Aibileen, Minny et Skeeter mêlent leurs voix pour raconter cette belle histoire.

 

Ah, et puis, il ne faut surtout pas que j'oublie de vous dire car c'est essentiel : même si le sujet est grave, l'humour est omniprésent dans ce livre.

 

Pour un premier roman, je trouve que c'est un beau coup d'essai Kathryn !!

 

Hollywood aura vite fait à mon avis de s'emparer du sujet pour en faire un film.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 2 Février 2011

 

C'est mercredi et c'est l'occasion de dire aujourd'hui que je suis fière comme un paon de faire partie de la communauté Musique à Coeur Ouvert. Grâce à Véro, on se retrouve chaque semaine autour d'un thème et on se marre comme des baleines. Il faut dire qu'à nous tous on a du chien, on n'a jamais le bourdon, ni le cafard.

 

Vous aimeriez bien nous rejoindre ? Eh bien venez ! N'ayez surtout pas peur de tomber dans un panier de crabes ou qu'on vous joue un tour de cochon ! Attention toutefois, il ne s'agit pas non plus de mettre la charrue avant les boeufs. Tout le monde peut participer, en effet, mais il faut d'abord s'inscrire . C'est tout simple, même pas besoin de verser des larmes de crocodile pour intégrer la communauté, même s'il faut quand même montrer patte blanche parce que parmi nous, on ne veut pas de requins ou d'ours mal léchés. Je vous préviens, les têtes de mule non plus ne sont pas les bienvenues, ni ceux qui ont un caractère de cochon. Bien sûr, Véro n'accepterait jamais non plus d'inscrire quelqu'un qui serait aimable comme du poisson pourri, qui essayerait de lui voler dans les plumes ou qui voudrait lui chercher des poux, même s'il/elle essayait de lui graisser la patte ou de la payer en monnaie de singe. Ah j'oubliais -quelle tête de linotte je fais- ! Pas de langue de vipère non plus.... Brrr, rien que d'y penser, j'en ai la chair de poule.

 

Par contre, je pense qu'elle accepterait volontiers ceux qui ont une araignée au plafond. D'ailleurs, c'est déjà le cas de certains d'entre nous car plus on est de fous, plus on rit. Si elle me demandait mon avis, je ne verrais pas d'inconvénient non plus à ce que ceux qui voient des éléphants roses, qui sont gracieux comme des hippopotames en tutu ou qui ont une haleine de chacal nous rejoignent.

 

Bon, revenons à nos moutons ! Qu'il fasse un temps de chien, un froid de canard ou un soleil à se laisser dorer comme un lézard, on cogite chaque mercredi. Pas question de rester là à peigner la girafe, on est super actif et on se creuse les méninges comme des bêtes pour trouver des tubes qui vont plaire aux autres membres. Même si on n'a pas gardé les cochons ensemble, des liens se tissent et on ne veut surtout pas décevoir ses blogopotes.

 

Pour ma part, je suis très à cheval sur les principes. Pas question de zapper une semaine. Je ne veux pas être traitée de poule mouillée parce que j'aurais refusé de participer à un thème ou être le canard boiteux de l'histoire, enfin, de la communauté.

 

En fait, mercredi après mercredi, la bonne humeur règne et je me sens un peu comme un coq en pâte dans ce groupe. Ce matin, je me suis donc levée avec les poules et fraîche comme un gardon puisque j'avais dormi comme un loir. Ou comme une marmotte. Bon, enfin, ça n'a pas d'importance...

 

Cette semaine, Samdalia, notre présidente de la semaine, nous demande de plancher sur le thème suivant :

 

à poils, à plumes ou à écailles

les chansons où il est question d'animaux

 

A l'idée de l'article que j'allais vous concocter, j'étais gaie comme un pinson, je me sentais légère comme une libellule et heureuse comme un poisson dans l'eau.

 

Je saute du coq à l'âne... Mais à propos de poisson.... Voilà qui tombe à pic pour vous présenter cette chanson de Boby Lapointe. Vous connaissez ? C'est un drôle d'oiseau, vous en conviendrez. Moi, j'adore ce chanteur, dont je vous avais déjà parlé . La maman des poissons.... Ce joli titre me rappelle plein de souvenirs.... que je ne vais pas vous exposer ici aujourd'hui mais que je garde bien au chaud dans ma mémoire d'éléphant

 

 

Vous avez aimé ? Non ? Vous pensez que cette chanson ne casse pas trois pattes à un canard ? Bon, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas m'en formaliser, ni monter sur mes grands chevaux, ni même prendre la mouche. Votre avis glisse sur moi comme l'eau sur le dos d'un canard et je vous en tiens pas rancune. Allez, tenez, je vous propose autre chose. Un peu de musique classique pour changer. Vous avez deviné ce que j'allais vous faire écouter à présent ou vous donnez votre langue au chat ? Eh bien, pour tout vous dire, voilà le final du Carnaval des animaux de Saint-Saens. Vous allez voir, la vidéo est, appelons un chat un chat, tout simplement géniale.

 

 

Alors, vous l'avez trouvée chouette ? Non plus ? Franchement, j'ai tendance à penser que vous êtes vaches et que vous cherchez vraiment la petite bête. D'un autre côté je suis désolée que vous vous ennuyiez comme des rats morts chez moi aujourd'hui. Pouh là là, j'ai vraiment un mal de chien pour dénicher un truc qui vous plaise.

 

Bon, eh bien, pour essayer de vous faire satisfaire, il ne me reste plus qu'à prendre le taureau par les cornes et débusquer l'oiseau rare. Il faut parfois savoir être malin comme un singe et sortir tous ses atouts. Alors, je ne vais pas essayer de noyer le poisson et je vous le demande tout net : qu'est-ce que vous diriez d'un bon vieux Peter Gabriel ? Shock the Monkey par exemple.

 

 

Ça vous a plu ? Non ? Toujours pas ? Bon, pas la peine de crier comme un putois ; laissez-moi plutôt discrètement un petit commentaire. Mais, ne tardez pas trop à venir me rendre visite car, en attendant de vos nouvelles, je vais sûrement tourner comme un lion en cage.

 

Vous allez peut-être trouver que cet article finit en queue de poisson...  ou peut-être penser que je suis bavarde comme une pie mais être muette comme une carpe, c'est pas trop mon style.

 

Allez, sur ces bonnes paroles, je vous quitte. C'est que j'ai d'autres chats à fouetter !! En plus j'ai une faim de loup. Et comme c'est l'heure, je file.

 

Je vous dis à la semaine prochaine. Je serai là, ne vous inquiétez pas....... Je ne suis pas du genre à poser des lapins.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 1 Février 2011

Rédigé par vivi

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2011

 

J'aime mes poules, toutes mes poules sans exception, de la plus petite à la plus grande, qu'elles soient en tissu, en bois, en porcelaine, en verre, en plastique, en métal ou en papier mâché, les chères, les pas chères, celles qui m'ont été offertes, données ou celles que je me suis achetées à moi-même...

 

Mais parmi toutes, si je ne devais en garder qu'une, enfin..... quatre, ce seraient peut-être bien celles-ci.

 

Ce sont de petites bougies de 4 ou 5 cm de haut.

 

Quatre, comme mes quatre enfants.

 

Et nous y voilà.

 

Car, pour que j'y sois si attachée, c'est bien d'enfant qu'il s'agit.

 

Ces petites poulettes-bougies viennent d'Allemagne, de Brême plus précisément. C'est là que Fiston Number 1 est parti en échange linguistique lorsqu'il était en classe de 3ème.

 

A son retour à la maison, un paquet confectionné avec soin et amour pour chacun.

 

Et pour moi, ce splendide quatuor....

 

Pictures29.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #poules

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2011

 

Pour la communauté Petit Coin de Ciel et la carte de France d'Alba, voilà quelques news du Sud-Ouest.

 

Aujourd'hui, pas d'équivoque comme ici la semaine dernière, pas moyen de tergiverser, de biaiser ou de tourner autour du pot.

 

C'est clair, net, précis, sans appel et.... DRAMATIQUE.

 

Il fait FROOOOIIIIIIIID !!! -1° en journée, nous autres pauvres Girondins ne sommes pas habitués à ces températures polaires ou alors il nous faut un petit coin de soleil et de ciel bleu pour faire passer la pilule.

 

Mais là, que pouic !!!! Et pas même le moindre espoir que ça s'améliore....

 

Le ciel est gris, bas et bouché. Il fait SUPER MOOOOOOCHE !!

 

Bon, oui, je suis assez d'accord, il faut bien être indulgent et que ce soit chacun son tour..... Néanmoins, je trouve que ça n'a que trop duré : ben oui, hier déjà c'était comme ça !!!! Franchement, faudrait voir à pas abuser de notre patience.....

 

Bon allez, c'est pas tout ça mais je dois aller remettre du bois dans la cheminée si je ne veux pas congeler sur place (comme mon linge dehors). Je vais essayer de rester stoïque, mais je ne vous promets rien, et filer sur vos blogs voir le temps qu'il fait chez vous. Qui sait ? C'est peut-être pire ? Oh, non, pire c'est pas possible....

 

janvier-2011-2437.JPG

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #météo-humeur

Repost 0