LA LETTRE QUI ALLAIT CHANGER...

Publié le 25 Juillet 2014

la lettre

L'histoire racontée dans La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi (titre intégral) commence quand un jour comme tous les autres jours de sa monotone retraite, Harold Fry reçoit une lettre de Queenie Hennessy, une ancienne collègue qu'il n'a pas revue depuis plus de 20 ans. Elle lui fait ses adieux car elle est en train de mourir d'un cancer dans un centre de soins palliatifs quelque part au Nord de l'Angleterre. Il répond par un mot de réconfort qu'il va poster et se rend à la première boîte aux lettres... Mais avant de glisser son courrier dans la fente, il décide de pousser ses pas jusqu'à la suivante... puis la suivante.... puis...

Il n'en faudra pas plus pour jeter Harold Fry sur les routes d'Angleterre, avec la conviction qu'il doit lui-même porter sa lettre à Queenie. Quelques sous en poche, une paire de chaussures-bateau et l'espoir que, tant qu'il avancera, son amie vivra.

Jour après jour, il marche... et repense à sa vie...

Il s'agit du premier roman de Rachel Joyce, scénariste pour la radio, le théâtre et la télévision, et aussi comédienne de théâtre récompensée par de très nombreux prix. Elle vit en Angleterre, dans une ferme du Gloucestershire, avec sa famille.

J'avais entendu parler de ce livre un jour à la radio et le reportage m'avait donné envie de le lire. Ce n'est pas la première fois que je succombe au charme de la chronique littéraire d'un journaliste... mais bizarrement l'ouvrage est rarement conforme à l'idée que je m'en fais avant-lecture... Le roman de Rachel Joyce n'a pas dérogé à cette règle mais j'ai bien aimé marcher pendant près de 87 jours et 1000 kms avec Harold, une espèce d'anti-héros, et cheminer avec lui, partager ses pensées, ses rencontres, ses culpabilités, ses remords, ses souvenirs...

Fiston 2 a lu le livre aussi et l'a aimé plus que moi encore.

Il faut dire que ce roman est assez atypique, relatant une sorte de thérapie par la randonnée. Il est plein de tristesse et de mélancolie mais aussi plein d'amour et d'espoir.

Oups, j'en ai déjà trop dit ! Alors, pour seulement quelques euros, n'hésitez pas vous aussi à traverser l'Angleterre aux côtés d'Harold Fry.

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0
Commenter cet article

Carole 19/08/2014 15:54

Coucou !! je viens un peu voir ce qui se passe par ici !
Ce roman et Harold ont l'air bien sympathiques ! Bisous

Fabymary POPPINS 10/08/2014 10:18

alors si je quitte le blog ma VIVI j'espère tout de même te retrouver là bas, et oui mari a arrêté de bosser jeudi!! bisous

Francoise Andersen 28/07/2014 10:11

Je vais voir s'ils l'ont à la bibliothèque. S'ils l'ont ce sera sûrement en anglais, mais ce sera une occasion pour moi de me remettre à l'amglais. Tu m'as donné envie de le lire

vivi 28/07/2014 13:50



Ca doit être très bien en VO aussi (encore mieux ?) !



Renee 27/07/2014 13:53

il m'as l'air très bon ce bouquin si je tombe dessus............merci Bises

vivi 09/08/2014 22:39



Merci pour ta visite... et bonne lecture si tu tombes sur ce livre :o)



Fabymary POPPINS 27/07/2014 11:40

On y a tous un jour songé à larguer les amarres, je sais que j'ai toujours besoin par moments de solitude, pour me retrouver.. je stoppe mon blog sans le fermer, plus assez de temps et d'envie mais
je continuerai à publier tables et photos mais sur FB, si ça te dit de passer là bas, la page se nomme Fabymary Poppins, bisous Vivi Ps je continue à venir te lire, tu es une des rares ou je me
désincris pas

vivi 09/08/2014 22:41



Oh désolée mais je ne suis pas sur FB... je ne suis pas encore passée du côté obscur hihi. Merci de continuer tes visites chez moi, cela me fait plaisir. J'aime bien nos petits
"papotages". Je te dis à bientôt alors ? P.S. Ca y est, ton mari est à la maison à plein temps maintenant :o)



@nnie54 26/07/2014 16:28

je demanderai à ma collègue que je dois remplacer en août si elle l'avait commandé. On ne sait jamais.
très bon weekend vivi,
@nnie

vivi 09/08/2014 22:43



Oh oui, vous l'aurez peut-être à la bibliothèque. On l'a vu pas mal dans les vitrines des libraires. Bises :o) 



le boudoir de soi 26/07/2014 10:49

oui tu donnes envie de le lire... Marcher parait-il fait réfléchir, un jour Compostelle peut être??

vivi 09/08/2014 22:44



Why not ?



bernie 26/07/2014 07:03

La marche un moment de réflexion, alors ce livre est tentant,
Belle journée

vivi 09/08/2014 22:45



Ce livre m'a beaucoup "parlé" :o)



Arlette 25/07/2014 23:14

cela me tente, le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est atypique aussi , je ris toute seule tellement il y a des choses invraisemblables...
bises

vivi 09/08/2014 22:48



Contente qu'il te plaise. Je l'ai aussi envoyé à mon frangin :o)



Mary 25/07/2014 22:31

je l'ai emprunté à la bibli quand je l'ai vu apparaitre dans ton encart sur le côté de ton blog. j'ai beaucoup aimé. Il m'a fait pensé au livre le vestibule des causes perdues dont j'ai parlé ici
http://ker-mary.over-blog.com/article-le-vestibule-des-causes-perdues-manon-moreau-123166241.html pour l'idée de la thérapie par la marche.
Par contre je ne m'attendais pas du tout au final.

vivi 09/08/2014 22:49



C'est vrai que le final est assez déprimant, je ne m'attendais pas à cela non plus, moi qui suis une grande fan des happy ends :$