nourriture

Publié le 27 Octobre 2010

item15_080305_10-l.jpg

D'aucun(e)s jugeront la publication de recettes dans les blogs assez inutile, voire un tantinet ridicule et/ou ringarde. J'avoue que, vu de l'extérieur, ça peut paraître en effet assez déconcertant. Eh oui ! A quoi ça peut bien vouloir servir a priori de partager une nième recette de tarte aux pommes, de boeuf strogonoff ou de nouilles au kiri, quand il existe aujourd'hui des milliards de livres de cuisine ou des sites merveilleux comme Marmiton.org où, d'un clic, on peut avoir accès à TOUTES LES RECETTES DU MONDE !

Toutefois, en poussant un peu plus loin l'analyse, on parvient à la constatation suivante : quand on est mère de famille, il faut s'attendre à devoir répondre en moyenne 8 fois/jour aux questions suivantes : "Quand est-ce qu'on mange ? Qu'est-ce qu'on mange ? C'est quoi ce truc dans la casserole ? Est-ce qu'on est obligé d'en manger ? Est-ce qu'on a emporté de la nourriture (ça c'est pour quand on s'éloigne de plus d'un km de la maison) ?". La liste bien sûr n'est pas exhaustive.

Par ailleurs, il faut savoir qu'on a une bonne vingtaine de repas à préparer par semaine, pour 4, 5 ou 6 personnes, voire plus, et que, dans ces conditions, on a vite fait le tour de son cahier de recettes.

Enfin, en matière de popotte, il y a quelques exigences fondamentales à respecter. En effet, les repas doivent être :

- vite prêts (surtout quand, comme moi, on ne veut pas passer trois heures dans sa cuisine),

- bons (c'est la moindre des choses),

- copieux (les enfants, c'est fou ce que ça peut avaler),

- simples (vive la bonne cuisine de nos grands-mères),

- économiques (évidemment, tout ça passe par le porte-monnaie),

- équilibrés (pas question de faire pizza/spaghetti/frites tous les jours),

- originaux (vive la découverte et ça ! ça ne va pas sans mal), 

- adaptés (à la saison et au marché ; vive l'éco-comportement),

- variés (sous peine de s'exposer à des réflexions terriblement désagréables)

- et, enfin, s'ils peuvent faire des restes ou permettre de les accommoder, c'est encore mieux.

Et c'est pourquoi, on peut avoir des milliards de recettes, rien ne vaut l'expérience des copines, copinautes, mamies, grand-mères, taties, voisines, etc. qui partagent avec nous leur savoir-faire culinaire et leurs techniques, TESTEES et APPROUVEES. Nous avons toutes en la matière nos petits trucs, des recettes infaillibles qui ont fait leurs preuves, des grands classiques revisités, des desserts qui ne déçoivent jamais alors VIVE LE PARTAGE.

Bien sûr, je n'invente rien, d'autres y ont pensé bien avant moi et d'ailleurs MERCI à toutes : j'adore tester les bons petits plats familiaux de Maryvonne qui, comme moi, a une famille nombreuse à nourrir, des garçons à qui il ne faut pas se contenter de servir des demi-portions, j'aime les desserts de Valérie qui sont plus appétissants les uns que les autres, je découvre des recettes plus exotiques avec Danielle qui fait nous fait partager ses expériences avec des légumes oubliés ou nous donne des recettes de son Canada natal. Je n'ai pas encore eu le temps de trop m'attarder chez Zaza mais j'ai déjà vu que, sur son blog, il y a une foultitude de recettes alléchantes.

Modestement,  j'ai aussi quelques recettes à partager, qui font le bonheur de ma petite famille, depuis longtemps ou plus récemment, et que je partagerai avec plaisir avec vous dans cette rubrique. J'espère ainsi que vous y puiserez quelques idées, quelques trucs qui faciliteront votre quotidien et qu'ils inspireront aussi les jeunes mamans qui viennent me rendre visite.

Venez donc profiter de l'expérience de mamans plus âgées que vous (j'ai pas dit "vieilles", hein) !!!!

Bon, ben, assez bavardé. L'heure file. J'ai de la tambouille à préparer, moi !

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #nourriture

Repost0

Publié le 7 Octobre 2010

 

Comme beaucoup de mamans j'imagine, j'ai toujours eu un peu de mal à faire manger des fruits à mes enfants quand ils étaient petits. Au petit déjeuner, ils voulaient bien boire un jus, mais manger des quartiers d'orange : ah ça non ! A la fin du repas, quand je proposais une pomme ou une poire, ils n'avaient jamais plus faim (bizarre, pour un laitage, il restait toujours une petite place...). Au goûter, c'était l'émeute : hein, quoi, on voudrait nous supprimer notre "pain/barre de chocolat" sacré ?

 

Bref, un jour, sur les conseils d'une amie (merci Christine !!), j'ai décidé de leur proposer un fruit en entrée. Bien affamés en rentrant de l'école, ils se jetaient dessus, voire en redemandaient, et pendant ce temps j'avais le temps de vite réchauffer le plat principal. La bouche pleine, ils n'avaient plus le temps de chouiner, comme ils font quand ils ont trop faim. Et surtout, ça les calait déjà un peu en attendant la suite.fruits.jpg

 

L'habitude est restée et maintenant qu'ils sont grands on fait toujours comme ça. Ils prennent un fruit dans la panière, au choix, mais c'est obligatoire. Eté comme hiver. De toutes façons, des fruits, il y en a tant que chacun y trouve son bonheur. Et quand ils commencent un peu à s'abîmer, hop, un petit tour dans la centrifugeuse ou dans la cocotte pour faire une compote, et pas de gaspillage.

 

Au niveau diététique, outre tous les bienfaits des fruits que l'on connaît déjà et dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée, il paraît qu'on profite aussi bien mieux des vertus de cette catégorie d'aliment avant le repas qu'après, que les vitamines sont plus rapidement assimilées et que cela facilite la digestion. Il paraît aussi que c'est un bon remède contre la constipation et contre l'obésité !

 

Bon ! Si je ne vous ai pas convaincus avec tout ça !!

 

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #nourriture

Repost0