Publié le 16 Octobre 2010

des-hommes-et-des-dieux-1Je ne suis pas une très bonne chrétienne. Je n'implore Dieu que quand je suis dans la panade. Je ne vais jamais à l'église sauf quand il le faut : communions, enterrements, mariages, baptêmes.

 

Et pourtant, j'ai vu un très bon film.

 

Un film qui parle de Dieu, de spiritualité, mais aussi des vraies valeurs qui l'entourent, que l'on aimerait avoir et transmettre à nos enfants comme : l'engagement, le courage, la simplicité, la tolérance, la charité, l'égalité mais, au-delà, la liberté des êtres, la fraternité jusqu'à la main tendue à l'ennemi, le droit de choisir.

 

Avant d'aller voir ce film, je ne savais pratiquement rien de l'histoire des moines de Tibéhirine, à part qu'ils y avaient été sauvagement assassinés en mai 1996, pendant la guerre civile algérienne. Je me souviens tout particulièrement de la date parce que, quand on a annoncé leur mort, Fils number 3 n'avait que 6 jours. Et on est particulièrement sensible dans ces moments-là.

 

Je ne connaissais pas grand chose non plus à l'ordre dont ils faisaient partie (l'ordre cistérien de la stricte observance dont les membres sont familièrement appelés trappistes) à part ce que j'en avais appris l'été dernier en visitant l'abbaye de Sénanque dans le Vaucluse. Leurs journées sont ainsi organisées : ils vivent dans un grand dépouillement et ont fait voeu d'humilité, ils prient (huit fois par jour : à vigile, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies), s'adonnent au travail manuel ou agricole, lisent des écrits religieux, se réunissent pour le chapitre, le tout dans le plus strict respect de la Règle de Saint-Benoît

 

Grand Prix au dernier Festival de Cannes, Prix de l’Education Nationale, Prix du Jury Oecuménique, ce film ne retrace ni leur capture, ni leur assassinat, ni leur martyre mais leur vie depuis le moment où les menaces ont commencé à peser sur eux jusqu’à leur enlèvement. L'Histoire bien sûr en est le sujet mais leur cheminement spirituel et intime occupe toute la place.

 

Ils se savent en danger, les violences et les exécutions sommaires se multiplient dans la région où ils vivent, ils ne sont ni bien vus par le gouvernement algérien, ni par les terroristes, mais ils ne savent que faire. On les pousse à partir. Certains d'entre eux ont peur, ne veulent pas attendre tranquillement de mourir et, pressés par leurs familles, désirent rentrer en France. D’autres sont déterminés : ils ne plieront pas devant la violence, ils n’abandonneront pas les villageois avec qui ils sont depuis longtemps. Leur vie est là. Ils ne sont pas d'accord entre eux sur la décision à prendre et la merveilleuse cohésion de la communauté vacille. Malgré leurs croyances, leur amour de Dieu, presque tous sont en proie au doute, un doute terrible. Ce ne sont pas des héros mais de simples hommes et on voit comment ils luttent contre eux-mêmes, contre les questions existentielles qui les assaillent. Tout cela est habilement filmé par Xavier Beauvois : les plans parlent d'eux-mêmes sans la plupart du temps qu'il soit besoin de commentaires. 

 

Petit à petit, on partage leur cheminement et on comprend comment et pourquoi certains changent d'avis, comment leur conscience évolue et comment, finalement, ils vont décider, tous ensemble, dans une totale harmonie et dans la paix d'eux-mêmes et des autres, de rester, de courir le risque de mourir et de refuser la protection de l’armée.

 

Les paysages arides de l'Atlas où le film est tourné nous laissent sans voix et les acteurs sont fabuleux. Tous. Il y a cette scène qui m'a particulièrement touchée où ils partagent un plat de frites et du vin. Ils ne disent rien, ils se regardent et on comprend tout : le bonheur d'être ensemble, l'émotion jusqu'aux larmes et la résolution qu'ils ont prise parce que c'est ça leur vie : être ensemble, être libres, ne pas avoir peur, croire en quelque chose de commun, de fort, de puissant, bien au-delà des contingences terrestres. : Si je ne devais ne citer qu'un acteur ce serait Michael Lonsdale, Luc dans le film, le médecin qui soigne (et bien plus encore) tout le monde gratuitement, chrétiens comme musulmans, villageois comme terroristes. Il a dans ses yeux l'émerveillement de l'enfant et la sérénité du vieillard.

des_hommes_et_des_dieux_2.jpg

Bien sûr, d'aucuns trouveront qu'il y a un peu trop de prières, de chants, de nourriture spirituelle, mais bon, c'est indispensable pour comprendre l'état d'esprit dans lequel vivaient ces moines. Attention, hein, ce ne sont pas des mystiques mais toutes ces scènes répétées rythment et structurent le film au même titre que celles de la vie quotidienne, les moments partagés avec les villageois, les soins, les fêtes familiales célébrées dans le respect de l'islam, les repas, les corvées, le travail de la terre, la vente du miel au marché, les réunions au cours desquelles chacun s'exprime librement et vote pour les décisions engageant la vie de la communauté.

 

Ainsi peu à peu les différences se gomment.

 

Difficile de mieux montrer que ne le fait le réalisateur à quel point leur choix aura été lucide,

 

Donc, croyant ou pas, impossible de rester indifférent.

 

Voir les commentaires

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2010

pere_noel_au_liban.jpg 

On est le 13, donc mathématiquement pas encore mi-octobre.

 

Je regarde dehors, il fait beau, le soleil brille dans un ciel passablement bleu, le linge danse sous les arbres encore bien feuillus. Hier, le thermomètre a affiché 25°. Et aujourd'hui, je pense que je vais pouvoir mettre la table sur la terrasse pour le repas de midi. Je suis en jupe et t.shirt, des tongs aux pieds, les fenêtres sont grandes ouvertes. 

 

Jusque là, rien d'anormal....

 

Ben alors ? Où est le problème ?

 

Eh bien, c'est que j'ai trouvé ce matin dans ma boîte aux lettres un catalogue de jouets de Noël. La célèbre marque américaine clame haut et fort : "Noël c'est trop fort en cadeaux".

 

Ah ouais ? Alors.... ou je commence à vieillir et apprécie de moins en moins de m'y prendre "à l'avance". Ou on n'a pas tous le même calendrier (le décalage horaire peut-être avec les USA ?). Ou c'est la société qui a un problème (parce que c'est pareil pour les fournitures scolaires, les cartables, les gants de ski ou les maillots de bain). Ou c'est moi. Ou j'ai raté un truc. Ou alors je suis naïve de croire encore à la magie de Noël et pas à la société de consommation (voire de surconsommation même). Ou alors la fête de Noël a été avancée cette année et je serais pas au courant ?

 

Il me semble qu'avant les catalogues de ce genre arrivaient plutôt après la Toussaint, non ?

 

Et maintenant, c'est encore plus tôt que tôt. Explications des enfants : c'est pour se faire plus de pognon, c'est pour que les gens aient le temps de changer d'avis, c'est pour que les prévoyants soient mieux servis que les pas-prévoyants, comme ça on a le temps de choisir plus de trucs, etc......

 

Bref, en fait, je suis bien contente que mes enfants soient plus grands pour ne plus avoir à expliquer pourquoi c'est pas encore du tout du tout le moment de faire sa lettre au Père Noël, qu'il y a encore deux mois jusque là et qu'on a bien d'autres choses à faire et à penser d'ici décembre comme...... profiter de notre mercredi, de l'été indien, d'octobre, des vacances de la Toussaint, des vendanges et des champignons.

 

Et vous avec vos petits ? Comment vous faites ? Est-ce que c'est normal qu'on soit obligé de s'enquiquiner avec ça, de vivre tout le temps un décalage entre ce qu'il y a dans les supermarchés et la saison dans laquelle on est ?

 

En tout cas, faudrait voir à pas prendre le Père Noël en otage.

 

Et rien au monde ne va empêcher ce catalogue de partir direct dans le bac de la récup.

 

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #actualité...

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2010

Je viens de terminer mon 4ème Amélie Nothomb (dans l'ordre Voyage d'Hiver, Acide Sulfurique, Métaphysique des Tubes, Les Catilinaires mais, chouette ! il y en a encore plein à lire...) et, franchement, je crois que je suis en train de devenir une fan.

 

J'adore tout chez elle : elle est jolie, originale -voire complètement déjantée-, son histoire personnelle et familiale est totalement hors du commun, elle écrit merveilleusement bien (j'adore trouver dans ses pages des mots extraordinaires qu'on n'a jamais entendus et qui pourtant sont dans le dictionnaire !! Si, si ! Mais pas des trucs faciles à replacer tous les jours en tout cas, hein ?), ses histoires sont loufoques, mais pas tant que ça quand on y réfléchit bien...

 

Elle est capable du pire comme du meilleur, avec Amélie, pas de demi-mesure, ça passe ou ça casse.

 

Et vous, vous aimez ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2010

dessin_voter.jpgVous avez sans doute reçu ces jours-ci, par l'intermédiaire de vos chères têtes blondes, de leurs cartables ou de leurs carnets de correspondance, tout le matériel nécessaire pour les élections des parents d'élèves de l'école/collège/lycée qu'elles fréquentent... 

 

Tout ça peut paraître un peu effrayant, surtout si les parents d'élèves présentent plusieurs listes ou si vous avez des enfants dans différents établissements scolaires, mais il n'en est rien !!

 

Pour voter, rien de plus simple. Procédez méthodiquement par établissement scolaire :

  • choisissez votre bulletin de vote, sans y apporter ni rature, ni panachage, ni marque d'aucune sorte ;
  • glissez-le  (attention ! un seul bulletin hein !) dans la petite enveloppe (en général de couleur) qui ne doit pas, elle non plus, porter de marque distinctive. Vous ne la cachetez pas.

Vous pouvez voter soit directement en vous présentant à l'école/collège/lycée aux dates et aux horaires indiqués, soit voter par correspondance.

 

Dans ce cas (le plus répandu), vous insérez la petite enveloppe dans celle, plus grande, qui vous est fournie et sur laquelle vous devez porter les renseignements demandés : en général, adresse de l'établissement scolaire, vos nom, prénom, adresse, signature, nom, prénom et classe de votre enfant. Cette enveloppe doit être cachetée, affranchie et expédiée (ou remise à la maîtresse, ou déposée au secrétariat du principal ou du proviseur).

 

Chaque parent a droit à un vote, soit 2 votes par famille et par établissement scolaire.

 

Attention, votre bulletin doit parvenir à temps : au plus tard le vendredi 15 octobre ou le samedi 16 selon les écoles !!

 

Pensez aux parents qui s'investissent dans les établissements scolaires de votre commune. Ils seront vos représentants tout au long de l'année scolaire face aux autorités compétentes. Effectuer ce geste ne vous prendra que quelques instants (oui ! d'accord ! plusieurs fois quelques instants si vous avez des enfants dans plusieurs établissements scolaires) et c'est un moment de démocratie important.

 

Pour une fois qu'on nous demande notre avis, il faut en profiter !!

 

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #actualité...

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2010

 

victor voiture

 

Cette photo de Fils number 1 a été prise il y a 17 ans ½ quasiment jour pour jour…..

Un rêve devenu réalité…

Puisqu’il vient d’obtenir aujourd’hui son permis de conduire, du premier coup.

Youpie, hourra, gloria, géniaaaaaaaal.

JEUNE CONDUCTEUR

Nous, les parents, sommes vraiment fiers de notre « petit » (de 1 m 85 !! debout sur le siège ça le ferait plus du tout aujourd’hui) !! Fiers aussi de ce que nous avons accompli car nous avons expérimenté pour la première fois avec lui  la conduite accompagnée. Vu de loin, ça ressemble à une vraie bonne initiative. Et ça l’est ! En effet, après 12 mois et 3 000 km au minimum, coachés par leurs parents, les jeunes d’aujourd’hui sont nettement plus aguerris que nous l’étions, après 15 ou 20 heures de conduite en auto-école.

Par contre, cela requiert chez les parents des qualités indispensables : de la confiance, de la patience, de la diplomatie et une totale zénitude. Ceux et celles qui sont déjà passés par là me comprendront et les futurs parents accompagnateurs penseront bientôt à moi.

Des qualités donc chez les parents, mais aussi du mérite pour le jeune conducteur qui a appris à conduire sur….. des véhicules qui ont plus de 20 ans…. Une vieille Super 5 de 1988 et une Samba Sympa de chez Talbot (ma voiture de jeune fille !) qui fêtait ses 25 ans cette année.

JEUNE CONDUCTEUR
JEUNE CONDUCTEUR

En effet, pas une de nos voitures n’a moins de 200.000 km (eh oui, Maryvonne, chez nous, il n’y a pas que les vélos que l’on a du mal à mettre à la casse !! On est juste un tout petit peu conservateurs.....).

Pas de starter automatique, pas de direction assistée, pas de rétroviseur à droite, pas de ceinture à enrouleur, pas de lève-vitre automatique, pas d’essuie-glace arrière, pas de cinquième, et pas de reprise non plus d’ailleurs, surtout en hiver, mais en été aussi.

Bravo donc, fils !!

Comme quoi, à cœur vaillant rien d’impossible !!

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #enfants

Repost 0

Publié le 7 Octobre 2010

 

Comme beaucoup de mamans j'imagine, j'ai toujours eu un peu de mal à faire manger des fruits à mes enfants quand ils étaient petits. Au petit déjeuner, ils voulaient bien boire un jus, mais manger des quartiers d'orange : ah ça non ! A la fin du repas, quand je proposais une pomme ou une poire, ils n'avaient jamais plus faim (bizarre, pour un laitage, il restait toujours une petite place...). Au goûter, c'était l'émeute : hein, quoi, on voudrait nous supprimer notre "pain/barre de chocolat" sacré ?

 

Bref, un jour, sur les conseils d'une amie (merci Christine !!), j'ai décidé de leur proposer un fruit en entrée. Bien affamés en rentrant de l'école, ils se jetaient dessus, voire en redemandaient, et pendant ce temps j'avais le temps de vite réchauffer le plat principal. La bouche pleine, ils n'avaient plus le temps de chouiner, comme ils font quand ils ont trop faim. Et surtout, ça les calait déjà un peu en attendant la suite.fruits.jpg

 

L'habitude est restée et maintenant qu'ils sont grands on fait toujours comme ça. Ils prennent un fruit dans la panière, au choix, mais c'est obligatoire. Eté comme hiver. De toutes façons, des fruits, il y en a tant que chacun y trouve son bonheur. Et quand ils commencent un peu à s'abîmer, hop, un petit tour dans la centrifugeuse ou dans la cocotte pour faire une compote, et pas de gaspillage.

 

Au niveau diététique, outre tous les bienfaits des fruits que l'on connaît déjà et dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée, il paraît qu'on profite aussi bien mieux des vertus de cette catégorie d'aliment avant le repas qu'après, que les vitamines sont plus rapidement assimilées et que cela facilite la digestion. Il paraît aussi que c'est un bon remède contre la constipation et contre l'obésité !

 

Bon ! Si je ne vous ai pas convaincus avec tout ça !!

 

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #nourriture

Repost 0

Publié le 4 Octobre 2010

gp_9601.jpg

Je suis allée voir ce film avec quatre copines, sans trop savoir ce que j'allais vraiment voir, sauf que ça se passait à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, et qu'il était question de musique.

 

Eh bien, j'étais loin de m'attendre à ça  !

 

Imaginez les quartiers dévastés de Kinshasa.

La misère, l'errance, la marginalité, l'indigence.

Imaginez un groupe composé de huit musiciens-chanteurs dont cinq sont paraplégiques par la poliomyélite.

Ils circulent sur de curieux engins, à mi-chemin entre le tricycle et le fauteuil roulant customisé.

Jouent également dans cet orchestre un bassiste valide et deux ados : l'un est un génie du satongé (instrument qu'il a fabriqué lui-même, constitué d'une boîte de lait métallique à laquelle sont fixés un morceau de bois arqué et une monocorde), l'autre un batteur très doué (batterie faite maison bien sûr !) dont la famille a été ruinée lors de la chute du dictateur Mobutu. 

Ils vivent dans les rues de la capitale congolaise, dorment dans des cartons, entourés d'enfants vagabonds.

Ils n'ont rien à bouffer.

Ce qu'ils aimeraient le plus au monde c'est pouvoir se payer un matelas.

Leur lieu de répétition favori est le zoo miteux de Kinshasa où, faute de mieux, ils se retrouvent.

Ils n'ont plus rien, leur vie se résume à une survie.

 

Quand par hasard ils rencontrent Florent de La Tullay et Renaud Barret, tous deux documentaristes français, en 2004, ils ne savent pas encore que leur rêve de chanter, de devenir les handicapés les plus connus du monde et de faire de Staff Benda Bilili (en français "Au-delà des apparences") le meilleur orchestre du Congo va devenir réalité, et bien plus encore.

 

C'est donc leur ascension que raconte ce film-documentaire présenté à Cannes au printemps : un vrai conte de fées, des trottoirs de Kinshasa aux scènes européennes, 

 

Leur ascension, mais aussi les malheurs qui l'ont accompagnée. Et voilà une belle leçon de courage et d'optimisme pour nous, Européens gâtés par la vie, à qui rien ne manque et qui nous plaignons sans cesse : rien n'entame jamais leur formidable joie de vivre. Quand le foyer qui abrite une partie des musiciens brûle, et qu'ils ont tout perdu, c'est à peine s'ils versent quelques larmes. C'est triste mais..... "c'est la vie" et puis de toutes façons "le soleil brille pour tout le monde". Exit l'Afrique maudite, ils n'ont plus rien mais ils dégagent une énergie, une envie de vivre et un enthousiasme énormes.

 

Emaillent ce film des images fortes et poignantes : un match de foot disputé par des malades de la polio, les handicapés qui dansent sur les mains, une discussion surréaliste entre deux enfants sur l'eldorado européen, une interprétation toute particulière de la vie au temps d'Adam et Eve, le prêche dément d'un évangéliste dans un train bondé, en pleine période électorale, première gorgée de champagne, premier passeport, premier voyage en avion, premiers flocons de neige, sont autant de moments saisissants et bouleversants.

 

Leur style de musique est unique et allie allègrement rumba congolaise, blues, reggae, funk, et bien d'autres influences, pour un résultat festif et dansant (on a du mal à rester tranquille sur son siège).

 

Leur premier album intitulé "Très très fort" fait un carton.

 

Si vous avez l'occasion de l'écouter ou de voir le film, surtout ne vous gênez pas.

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0

Publié le 3 Octobre 2010

Connaissez-vous la côte girondine ? Ses plages magnifiques qui s'étendent du Verdon au Cap Ferret, et bien au-delà jusqu'à la frontière espagnole ? L'été, c'est plein de monde ! mais surtout au niveau des baignades surveillées ! et surtout sur les parkings. Par contre, une fois sur le sable, on ne se marche pas dessus. Loin de là ! Rien à voir avec les plages méditerranéennes ! On a plus que largement de quoi étaler sa serviette, ses affaires, les jouets de plage, le parasol, le pique-nique, etc. tout ça sans quitter des yeux sa marmaille qui s'égaye alentour et qui saute dans les vagues.

Et dès qu'on s'éloigne, on a l'océan pour soi.... On peut marcher des kilomètres sans rencontrer grand monde.

Quand la saison est terminée, la plage retrouve sa vie sauvage. Plus de maîtres-nageurs, plus de caillebotis pour traverser la dune, plus de nudistes, plus d'odeurs de crème solaire, plus de stress sur les parkings,  plus de marchands de glace, plus de poste de secours, plus de plage nettoyée au peigne fin, rien que l'océan, les vagues, les embruns, le vent, le sable, les déchets aussi, la force de la nature et quelques amoureux de l'endroit : les inconditionnels surfeurs, des baigneurs courageux, quelques familles venues jouer au cerf-volant, au frisbee ou au foot, des chiens en promenade eux aussi.

Ce week-end, tout le monde l'aura remarqué ici, c'était l'été : 29° samedi, 26 dimanche. Un vent chaud de terre, une espèce de foehn surprenant et inhabituel.

Nous en avons donc profité pour faire une petite promenade en amoureux avec Jules. Une fois la dune passée, on se demande toujours : on prend à droite ou à gauche ? Cette fois, ce sera à droite mais en fait, c'est pareil. Dès que la plage centrale est laissée derrière nous, il n'y a plus personne.

Ni devant nous....

IMG 1791

 Ni derrière...  

IMG 1793  

Juste quelques mouettes.....

IMG 1802 

On marche, on marche, on respire l'air iodé, nos oreilles n'entendent plus que le grondement de l'océan, nos pieds s'enfoncent dans le sable humide, mes cheveux fous sont partout. Et puis, au bout de 3/4 d'heure, on s'arrête. Jules se jette dans l'eau froide et les rouleaux. Je m'assieds. Je pourrais rester là longtemps à regarder ce paysage en mouvance qui me remplit à la fois de quiétude et de paix. C'est ça les ondes positives qui émanent de la terre ? Et puis c'est l'heure de repartir. En sens inverse. On retrouve nos traces de pas laissées à l'aller sur le sable vierge.

Déjà les contingences matérielles reprennent le dessus : est-ce que les enfants sont réveillés ? Est-ce qu'ils ont fait leurs devoirs ? Est-ce que j'ai bien programmé le four ? Je pense à tout ce que j'ai à faire cet après-midi. Retour à la vie "normale" mais heureuse d'avoir pris le temps d'ouvrir cette petite parenthèse....

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #alsace-gironde

Repost 0

Publié le 30 Septembre 2010

 images-copie-3.jpg 

Quand j'avais 10 ans, il se peut bien que j'aie été secrètement amoureuse de lui....

Il a toujours été mon préféré dans la cultissime série Amicalement vôtre : le rebelle, le fonceur, le flambeur Danny Wilde, issu des bas-fonds de New York et des quartiers populaires.... opérant à côté du sage, du raffiné, élégant et subtil Lord Brett Sinclair. A eux deux, ils étaient forts en tout : la drague, la castagne, les courses de voitures, le ski nautique, le tir et les coups de poings dans la gueule.

Je crois que j'ai vu et revu tous les épisodes, ils se finissaient toujours bien, en tout cas invariablement sur le sourire ravageur des deux héros.

Cette série m'a tellement marquée que j'aurais presque tendance à en oublier ses autres rôles notamment dans Certains l'aiment chaud aux côtés de la merveilleuse Marylin Monroe ou dans L'étrangleur de Boston, où, brrr, il n'a plus rien du play boy qui nous fait craquer...

Ce que j'aime aussi chez lui, c'est sa fille Jamie Lee, actrice terriblement sexy et séduisante, que j'ai adorée notamment dans Un fauteuil pour deux (1983), Un poisson nommé Wanda (1988) et Freeky Friday (2002), films cultes de nos années ados/jeunes adultes ! surtout pour les deux premiers..... parce que le troisième je suis allée le voir au cinéma avec mes enfants...

Bye bye Mr. Curtis !

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2010

Le 29 septembre, c'est plutôt une jolie date pour donner naissance à un blog, non ?

 4373484672_ef9f307160.jpg

Bon, d'accord, j'avoue, cette date n'est pas tout à fait choisie au hasard puisque c'est aussi le jour de mon anniversaire... Sans verser dans la psychanalyse au rabais, j'ai trouvé que la symbolique était plutôt révélatrice.

Et, oui, en effet, le nombre de bougies qui figure sur ce gâteau n'est pas tout à fait approprié.... Il vaut mieux comme ça de toutes façons... et puis, je débute, il faut être tolérant, je ferai mieux la prochaine fois en matière de recherche d'images.

Quelle importance au final !

L'essentiel n'est-il pas d'avoir fait le pas pour pouvoir vivre avec son temps ?

Voir les commentaires

Rédigé par les-blablas-de-vivi.over-blog.com

Publié dans #divers

Repost 0