VIEUX WESTERNS VS FILMS ACTUELS

Publié le 24 Octobre 2010

lebonlabruteletruandaff.jpg

Tout le monde s'accorde à dire (et moi la première) que certains films actuellement sur les écrans, notamment ceux plutôt destinés aux ados ou aux jeunes, sont violents : de la violence gratuite la plupart du temps, qui n'apporte rien à l'histoire, ni au déroulement du film.

Hier soir donc, nous avions décidé de faire une soirée DVD en famille et, comme on en parlait depuis longtemps, de voir un bon vieux western, le genre de film que l'on regardait à la télé quand on était petit et pour lequel on obtenait une autorisation spéciale le dimanche, alors que tous les autres soirs de la semaine il fallait filer au lit à 20h30. Un film tourné dans les années 60-70, l'âge d'or des westerns spaghetti et l'apogée de Sergio Leone. Je me souviens en effet avec nostalgie des films avec John Wayne (et oui ! à cette époque, il n'y avait pas que Tony Curtis dans ma vie, il y avait aussi John Wayne devant  lequel je me pâmais) vus, revus et rerevus : La Chevauchée Fantastique, La Prisonnière du Désert et surtout surtout surtout ! Rio Bravo.

C'est vrai quoi ! Les jeunes aujourd'hui connaissent mal ce genre de film, cela n'existe pratiquement plus sur les écrans, et s'ils pensent que le dernier Lucky Luke avec Jean Dujardin est un vrai film de cow-boys, il était temps de rectifier rapidement le tir et parfaire leur culture générale.

Nous voilà donc tous installés sur notre canapé king size, bien blottis les uns contre les autres, sous une couverture "granny" crochetée par mes soins et spécialement conçue pour ce genre de soirée douillette.

D'un commun accord, nous avions décidé de jeter notre dévolu sur Le bon, La brute et Le truand, datant de 1966, film culte s'il en est, encensé depuis des générations par tous les western lovers, critiques de cinéma, sites spécialisés, etc......

Le film commence, générique hyper ringard, mais d'époque ! Au bout de 10 minutes de film, ça y est, on a fait connaissance avec les personnages principaux mais à quel prix ! Les héros :

- Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez (Eli Wallach), le Truand, appelé simplement Tuco, un bandit menteur, roublard mais attachant dont la tête est mise à prix,

- Sentenza (Lee Van Cleef), la Brute, tueur professionnel sans âme, véritable saligaud sans morale et sans scrupules,

- Joe dit "Blondin" (Clint Eastwood), un chasseur de prime charismatique, flegmatique et taciturne (le Bon, enfin... plutôt le moins pire des trois),

ont déjà une petite dizaine de cadavres à leur actif, tous victimes de mort violente, forcément....

L'histoire prend tout doucement forme : pendant la Guerre de Sécession, trois hommes (voir ci-dessus) se lancent à la recherche d'un coffre contenant 200.000 $ en pièces d'or. Tuco sait que le butin se trouve dans un cimetière, Blondin connaît le nom inscrit sur la tombe servant de cachette. Ils ont besoin l'un de l'autre, mais ont aussi des comptes à régler. Sentenza, lui, ne sait rien au début mais est prêt à tout pour parvenir à ses fins.

L'humour est sarcastique et caustique, les répliques cultes s'enchaînent :

" Tu vois, le monde se divise en deux catégories, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses."

" - Blondin, c'est une farce ? - Ca, c'est pas une farce, c'est une corde, dépêche-toi de passer la tête là-dedans Tuco."

" - Dis donc toi, tu sais que tu as la tête de quelqu'un qui vaut 2.000 dollars ? - Oui... mais toi tu n'as pas la tête de celui qui les encaissera. "

A côté de ça, les morts continuent de pleuvoir : morts par armes à feu of course mais aussi crâne fracassé, torture....

Fifille, 11 ans 1/2, déclare : "Bon, ben, je crois qu'il y a un peu trop de morts pour moi dans ce film. Je vais me coucher.... "

Oui, en effet, ça ne s'arrange pas. L'aventure suit son cours : exécutions sommaires, re-morts par armes à feu, pendaisons, gros plans sur cadavres, sang, blessures, morts en direct....  Je disais quoi déjà au début de l'article ? Que les films d'aujourd'hui sont beaucoup plus violents que les bons vieux westerns à la papa ?

Les scènes s'enchaînent, rythmées par la fabuleuse musique d'Ennio Morricone, LA musique de western par excellence dont pratiquement tous les thèmes sont mythiques et "collent" parfaitement au film

Parfois, c'est un peu long, il faut bien le dire, et certaines scènes sont absurdes (cette histoire de pont qui saute à la fin, c'est n'importe quoi !!). On est habitué aujourd'hui aux images rapides, "flash", sur lesquelles on a même plus le temps de s'attarder. Il fait quoi le type là ? Ah ben trop tard, c'est déjà le plan suivant. Dans ce film, pas de problème, la lenteur est de rigueur. Les gros plans contribuent à l'ambiance lourde, poussiéreuse et tendue : images sur des yeux qui cillent à peine, regard de l'un, regard de l'autre, sur les mains nerveuses, celles qui sont prêtes à dégainer, gros plans sur les armes qui vont bondir hors de leurs étuis. Dans la scène finale, on a même droit à cinq minutes de face à face totalement immobile avant le dernier duel, trio ou triel, vous l'appellerez comme vous voudrez.

Puis c'est l'épilogue. La fin du film (je ne vous la raconte pas, hein, qu'il reste un peu de suspense si vous décidez de regarder). Les garçons ont adoré. Tous les clichés du western spaghetti étaient là. Pas de déception.

Quant à moi, je suis perplexe, c'est ÇA le genre de film que j'ai adoré dans mon enfance : l'histoire (oui, je me souviens bien), la musique (OK, géniale), les acteurs (terribles, de GRANDS acteurs) mais les morts (une sacrée tripotée quand même), ceux-là je les avais complètement zappés. A la fin, y'en a tellement qu'on n'y fait même plus attention. Et la violence..... pas possible que ça ne m'ait pas marquée, j'en suis restée scotchée.

Ce soir, c'est décidé, je me fais Pour une poignée de dollars pour voir si c'est pareil....

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Les westerns de Sergio Léone sont les seuls que je peux encore regarder. Il n'y a pas à dire, il a révolutionné le genre !<br /> <br /> Sur ce Vivi, je dois m'en aller faire mes machines de linge (et oui, je suis un homme qui fait ce que son père ne faisait pas). Je te dis donc à bientôt en te souhaitant une bonne fin de week-end!<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> Quelle corvée, le linge.... Mais avec les machines, c'est quand même mieux !!<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> Ca me donne envie de le revoir... pour la 10ème fois !<br /> Il y a aussi Sentenza qui dit :<br /> - Je finis toujours le travail pour lequel on me paie.<br /> et Tuco :<br /> - Quand on tire, on raconte pas sa vie.<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> When you shoot, shoot, don't talk.<br /> <br /> <br /> Ce film ne fait décidément pas trop dans la psycho... Quoique...<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> Je trouve aussi qu'il y a bien trop de violence dans les films et je n'ai jamais aimé les westerns... Nous en regardions quand même un chaque mardi soir, je ne sais pas si tu te souviens, c'était<br /> une émission "animée" par Eddy Mitchell dont j'ai oubliée le nom d'ailleurs... et là, je cédais pour faire plaisir à mon frère !<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> C'était pas La Dernière Séance ? Mais là, je crois que j'étais un peu plus vieille que toi et que je n'allais plus au lit à 20h30 !!!<br /> <br /> <br /> C'est drôle des fois comme on "embellit" nos souvenirs. On a l'impression que c'était génial et quand on est mis face à la réalité on se dit que bof, en fait c'était pas terrible.<br /> C'est décevant quelque part, il vaudrait mieux garder ses souvenirs intacts......<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Wanwanwanwanwaaan, wan wan wan...<br /> Dis donc, je ne soupçonnais même pas le patronyme complet de Tuco. Balèze, Vivi.<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> Il le dit en entier à un moment dans le film mais comme j'avais pas mon carnet de notes avec moi j'ai été regarder sur Wikipédia (pas si balèze que ça Vivi !!).... T'as vu, j'ai même<br /> inséré le thème musical du film mais j'aurais voulu qu'il démarre dès qu'on ouvre l'article. Bof, jsuis pas encore assez calée.....<br /> <br /> <br /> <br />