LIGNES DE FAILLE

Publié le 28 Avril 2013

lignes-de-faille.jpg

 

Lignes de faille est le premier livre que je lis de Nancy Huston, romancière et essayiste franco-canadienne anglophone dont, du reste, je n'avais jamais entendu parler ce qui ne veut bien sûr rien dire.  

 

Il m'a été prêté par une amie, et ce depuis plus d'un an... Pendant tout ce temps, il trônait (traînait ?) sur la commode du couloir sans que, et je ne sais pourquoi, j'aie vraiment eu envie de l'ouvrir.

 

J'ai eu tort car je n'ai jamais rien lu de tel.

 

Lignes de faille est un livre étonnant (primé plusieurs fois) divisé en quatre parties racontées à la première personne comme autant de fragments d'un journal intime qui mettent en scène quatre moments de l'existence de quatre membres d'une même famille (l'enfant, le père, la grand-mère, l'arrière-grand-mère) avec un même repère fixe : un grain de beauté et la sixième année de chacun.

 

Le roman débute en 2004 par le récit de Sol, petit garçon californien de 6 ans et fils de Randall. Sol est pris dans la violence de son pays en guerre contre le terrorisme et des images que l'on peut trouver sur Internet. Dans les toutes premières pages de l'histoire, j'avoue que j'ai été vraiment choquée par ce petit garçon qui regarde des vidéos de viols et des photos de soldats irakiens découpés en morceaux sur Internet alors que sa mère (qui pense naïvement qu'il est trop petit pour regarder Harry Potter !) croit qu'il joue bien tranquillement dans sa chambre...(parents de jeunes enfants, si vous n'avez pas encore un contrôle parental sur votre PC, courez en installer un, ce que regarde cet enfant est vraiment effrayant le mot est faible). Je me suis d'ailleurs demandée un instant si j'allais continuer cette lecture... mais cela aurait vraiment été dommage si je ne l'avais pas fait.

 

Puis vient le tour de Randall, 6 ans, qui part en 1982 s'installer en Israël avec ses parents afin que sa mère, Sadie, juive pratiquante, puisse effectuer des recherches pour tenter de retracer l'histoire de sa famille. Au fil des pages, on glane peu à peu des éléments et les pièces d'un puzzle que l'on commence à deviner se mettent doucement en place.

 

Suit l'histoire de Sadie qui a 6 ans en 1962 et qui vit avec ses grands-parents à Toronto au Canada. Sadie a une vie rigide et ne rêve que d'une chose, c'est que sa très jeune maman, Kristina, qui est en train de devenir une chanteuse très connue sous le nom de scène Erra, s'occupe d'elle.

 

Enfin, le roman se termine par la sixième année de Kristina en 1944-1945 dans une Allemagne nazie battue et ravagée par la guerre. Elle vit dans une famille où de lourds secrets règnent autour des filiations...

 

Ce livre brillant et très bien construit se lit à rebours comme un roman policier. Chaque partie amène son lot d'indices qui petit à petit permettent de reconstituer l'histoire dont on connaît le dénouement (et donc l'origine puisqu'au fur et à mesure on remonte dans le temps je ne sais pas si c'est très clair ce que je dis) dans les toutes dernières pages.

 

Il parle de l'appartenance à une famille, de ses mécanismes, de la transmission, de l'histoire qui se répète, des blessures qui ne se referment jamais, des décisions qui, comme le battement d'aile d'un papillon, peuvent provoquer des ravages quelques dizaines d'années plus tard. Par ailleurs, je pensais en savoir déjà beaucoup sur la 2ème guerre mondiale... Je me suis rendue compte que je n'avais absolument jamais entendu parler des Lebensborn. Et vous ?

 

Quand j'ai eu terminé ma lecture, je n'avais qu'une envie, reprendre le livre du début et le relire tout en sachant la fin.

 

Ce que j'ai fait, moi qui ne lis jamais deux fois le même roman.

 

Rédigé par vivi

Publié dans #livres-auteurs

Repost 0
Commenter cet article

dasola 01/07/2013 19:17

Rebonsoir, relire le roman à partir de la fin est une chose qu'il aurait fallu que je fasse mais je suis passée à autre chose car moi non plus, je ne relis pas une deuxième fois un même roman. Et
oui, j'avais malheureusement entendu parler des "lebensborn". Bonne soirée.

vivi 22/07/2013 09:16



Le relire en diagonale m'a permis de mieux comprendre certains épisodes. Je garde vraiment de ce livre un bon souvenir et n'hésiterai pas à lire d'autres livres de cet auteur. Bon lundi
:o)



Malika 11/05/2013 20:56

C'est son meilleur roman (... et de très loin !) selon moi. Elle raconte magnifiquement cette fameuse ligne de faille transgénérationnelle .

vivi 11/05/2013 22:11



Ah oui, j'ai adoré. Et L'Empreinte de l'ange ? L'as-tu lu ?



Alba 04/05/2013 15:41

Bon !
Bé encore un à mettre sur la pile !
Merci

vivi 11/05/2013 22:10



Et voilà, tu sais ce qu'il te reste à faire :o)



C La Vieille Marmotte 29/04/2013 20:15

J'ai tellement aimé ce livre que je l'ai acheté en livre de poche ! Je te l'ai déjà dit : N'hésite pas à lire L'EMPREINTE DE L'ANGE , entre z'autres !
Le dernier de Didier VAN CAUWELAERT ! La femme de nos vies, devrait te plaire aussi !

vivi 30/04/2013 19:38



Merci pour tes conseils, que je suivrai avec plaisir si l'occasion se présente :o)



Fabymary POPPINS 29/04/2013 17:52

oh les lebensborne si je connais et c'est terrible d'être né là bas, fanatisme exacerbé des fous dangereux, bises

vivi 30/04/2013 19:40



Que de vies détruites et bouleversées à cause de cette bien triste période de notre histoire...



Carole 29/04/2013 15:10

Je suis dans mes crocodiles en ce moment ! je lis le soir ... au calme !

vivi 29/04/2013 15:39



Je ne les ai pas lus ceux-là ! Je crois que je n'ai lu qu'un livre de Katherine Pancol, Encore une danse ?



Carole 29/04/2013 14:22

Il a l'air passionnant ce livre, je pense qu'il me plairait ! Les Lebensborn j'en ai entendu parler lors de ma lecture des Cendres Froides de Valentin Musso... Bisous Vivi

vivi 29/04/2013 14:48



Tu sais ce qu'il te reste à faire, hihi.... entre deux biberons et deux lessives :o)



Val1603 29/04/2013 14:10

Tu en parles tellement bien... que ça donne envie de découvrir ce roman...

vivi 29/04/2013 14:48



Mais oui ! Faut y aller ! Ca te parlerait sûrement ces histoires de filiations... même si le contexte est complètement différent. Il paraît que cette auteur (ou auteure je sais
jamais comment faut dire) a écrit d'autres romans passionnants... Je les lirai, quand j'aurai l'occasion.



Valérie 29/04/2013 10:53

Tiens, c'est marrant ce que tu dis à la fin... si tu te rappelles, j'ai fait un article où je parlais du poids de l'héritage familial... Il m'a l'air passionnant ce bouquin ! Mais dis-moi, comment
fais-tu pour lire autant ? Tu dois lire super vite !

vivi 29/04/2013 12:17



Exactement ! Et j'ai particulièrement pensé à toi en écrivant la fin de cet article. Je lis le soir, avant de m'endormir... et parfois dans la journée (mais c'est très rare) quand
j'ai trop envie de savoir la fin...



Lilwenna 28/04/2013 23:59

c'est drôle, j'ai vu ce livre samedi sur le présentoir dans ma médiathèque, mais le titre ne m'ayant pas attirée, j'ai passé mon chemin ! Je regarderai peut-être de plus près la prochaine fois, car
ton récit m'a bien plu.
quant aux lebensborn, je connaissais hélas, ayant vu des documentaires à la télé
bisous et bonne semaine

vivi 29/04/2013 12:18



Un livre pour toi alors ! Si jamais tu le lis, reviens me dire ce que tu en auras pensé :o)