ELEFANTE BLANCO

Publié le 23 Mai 2013

elefante-blanco.jpg
 
 
Le genre de film qui, sorti récemment en France, ne fait pas vraiment la une au box office, loin des super productions qui attirent les foules (mais six nominations dans les festivals, dont Cannes, quand même). D'ailleurs, on a bien crû que la séance n'allait être que pour nous deux et qu'on allait rester tout seuls mais au final on était trois.
 
Le genre de film que je n'aurais jamais été voir non plus s'il y avait eu autre chose qu'un film de kung fu dans la deuxième salle de notre petit cinoche de quartier.
 
Le genre de film qui commence par un massacre dans un village de la jungle argentine et où on se demande si ça va durer comme ça pendant tout le film et si on va tenir le coup.
 
Le genre de film avec une musique qui vous prend aux tripes.
 
Le genre de film dont on ne peut détacher les yeux ensuite tant l'histoire est terrible et malgré tout fascinante, d'autant plus qu'inspirée d'un fait réel. Entre fiction et documentaire en fait.
 
Le genre de film qui m'a un peu fait penser à Des dieux et des hommes et au massacre des moines de Tibhirine.
 
Le genre de film qui vous remue en dedans et qui fait évidemment réfléchir à la façon dont on vit et dans quel monde on vit. Même trois jours après la séance, j'y pense encore.
 
Le genre de film dont le titre est trompeur : l'Elefante Blanco n'a rien à voir avec le pachyderme mythique mais c'est le nom donné à une carcasse de béton et de ferraille qui surplombe le bidonville de la Vierge, dans la banlieue de Buenos Aires, un hôpital en construction en fait, qui ne verra jamais le jour.
 
Le genre de film de Pablo Trapero qui évoque le travail de deux prêtres : Julian (Ricardo Darin) qui est argentin et Nicolas (Jérémie Rénier) qui est belge. Le premier est sage et secret, le second blessé et impulsif. Avec Luciana (Martina Gusman), une jeune assistante sociale, ils tentent de lutter contre la corruption et de résoudre tant bien que mal les problèmes sociaux du quartier gangrené par le narcotrafic et la pauvreté.
 
Le genre de film où les héros partagent le même engagement, la même loyauté et la même humanité mais se heurtent aux mêmes murs : leur hiérarchie, les pouvoirs locaux, la force policière, les narcotrafiquants.
 
Le genre de film où les héros sont fatigués. Fatigués d'affronter la misère, l'insalubrité, la violence, l'immoralité mais avec toujours tout de même l'espoir de changer le monde.
 
Le genre film dédié au Padre Mugica, mort assassiné en 1974 dans un bidonville de Buenos Aires.
 
Le genre de film qui dit le désespoir d'une lutte inégale, et l'acharnement malgré tout.
 
Le genre de film à voir, forcément.
 

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Minouche 27/05/2013 11:56

En effet, ce film a l'air de prendre sacrément aux tripes !!!! je le note sur la liste des films à voir, car moi non plus, je n'y serais pas forcément allée

vivi 27/05/2013 21:23



C'est bien de bousculer nos habitudes et nos a priori. La plupart du temps c'est enrichissant et on en ressort ravi.



Tata Tounette62 26/05/2013 10:26

Bonne fête des mères, bises, bon dimanche

vivi 27/05/2013 21:20



Merci !!! C'est gentil :o) J'espère que toi aussi tu as passé un bon dimanche...



24/05/2013 17:03

Mais dis donc, c'est pas l'acteur qui jouait Cloclo ?!! Je ne pense pas que c'est le genre de film que j'aurais volontairement été voir... Et pourtant, ça a l'air vraiment très bien !

vivi 24/05/2013 22:47



Mais si, tout à fait, et ici dans un tout autre registre. Hé hé, tu as l'oeil.



Val1603 24/05/2013 13:13

Hé bien les petits cinés de quartier... ça a du bon pour ça aussi... découvrir CE genre de film...
Bisous et bon week-end.

vivi 24/05/2013 22:48



C'est pour ça qu'on y va et qu'on fuit les grands complexes. On serait malheureux s'il fermait, notre petit ciné.



Valérie 23/05/2013 22:40

Il doit être bien ce film... la façon dont tu en parles en fait une bonne promotion en tout cas !

vivi 24/05/2013 22:49



C'est bien aussi de parler de temps en temps d'autres films que ceux qui font un tabac.



La vie en presque rose 23/05/2013 22:01

J'ai eu une très belle surprise moi aussi en allant à un spectacle qui ne me tentait guère... Tiens, je vais en causer sur mon bloug...

vivi 24/05/2013 22:49



Oh ben j'attends ça avec impatience.