CASE DEPART

Publié le 14 Août 2011

 

case départDimanche. Le temps est tristounet sur la Gironde ce matin. Il tombe un petit crachin, le ciel est gris et les températures sont assez faiblardes.

 

Le monsieur de la météo l'avait prévu !

 

Tout cela n'incite guère à la précipitation mais plutôt à la grasse mat. Donc acte.

 

Vers 9 h 45 toutefois, la maisonnée commence à bouger, les estomacs des ados crient famine autour de la table du petit déj et, au détour de la conversation, la décision est prise d'aller au cinéma en famille. Tous les six ! Une fois n'est pas coutume.

 

Le film "Case Départ" semble faire l'unanimité. Même si je ne sais pas exactement de quoi il s'agit, je suis le mouvement et me rallie au plus grand nombre.

 

Voilà l'histoire :

 

Demi-frères "blacks", Joël (Thomas Nqijol) et Régis (Fabrice Eboué) -deux figures de proue du Jamel Comedy Club- n’ont en commun que leur père qu’ils connaissent à peine et qui a "semé" des enfants un peu partout.
Joël est un loser. Il sort de prison et est au chômage. La France, « pays raciste » selon lui, est la cause de tous ses échecs et être noir est l’excuse permanente qu’il a trouvée pour ne pas chercher du travail ou encore payer ses tickets de bus.
Régis, totalement arriviste, est de son côté parfaitement intégré. Tant et si bien, qu’il renie totalement sa moitié noire et ne supporte pas qu’on fasse référence à ses origines. Délinquance et immigration vont de pair si l’on en croit ses paroles.
Réclamés au chevet de leur père mourant aux Antilles, ils reçoivent pour tout héritage l’acte d’affranchissement qui a rendu la liberté à leurs ancêtres esclaves, document qui se transmet religieusement de génération en génération.
Faisant peu de cas de la richesse symbolique de ce document (ils attendaient un magot !), ils le déchirent sans scrupules.
Décidée à les punir pour le geste qu’ils viennent de faire, une mystérieuse vieille tante décide de leur faire remonter le temps, en pleine période esclavagiste ! Parachutés en 1780, ils seront vendus au marché comme esclaves. Les deux frères vont alors devoir s’unir, non seulement pour s’évader de la plantation mais aussi pour trouver le moyen de rentrer chez eux, au XXIe siècle.

 

Le passé qui ressurgit dans le présent et qui offre un décalage particulièrement divertissant (comme dans Les Visiteurs, mais à l'envers) est un thème que j'aime bien. Sans briller sur le plan cinématographique ou scénarique, ce film remplit bien son rôle humoristique (et je dois dire que j'ai passé un bon moment). On y trouve pêle-mêle des blagues sur tout le monde et à divers degrés (oui, OK, certaines sont carrément un peu relou, il en faut pour tous les goûts !!) mais il amène aussi à une certaine réflexion au-delà des vannes : parler de l'esclavagisme, c'est forcément aborder le thème du racisme, de l'intégration, du mélange des cultures, voire de la religion. Même s'il n'y a pas d'effusion de sang dans ce film, il faut bien avouer que certaines scènes "dérangent" car elles sont violentes en actes et en paroles.

 

D'après les critiques lues sur certains sites, "Case Départ" ne fait visiblement pas rire tout le monde et certains se sentent insultés (comment en effet peut-on rire de l'esclavagisme, considéré comme un crime contre l'humanité) ? Effectivement, l'humour de ce film est souvent noir (sans jeu de mot à deux balles), grinçant et politiquement incorrect mais il est à prendre la plupart du temps au second degré, bien sûr.

 

Bref, à mon avis une comédie à la portée de tous qui ne prend pas la tête, pas gnan gnan non plus mais qui a l'art de faire passer un message (ne serait-ce que pour montrer aux plus jeunes le chemin parcouru), le tout sous des airs de légèreté totalement assumée par les deux acteurs principaux qui sont aussi les réalisateurs du film.

 

Rédigé par vivi

Publié dans #films-TV-acteurs

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 17/08/2011 08:40



Pas vu, je ne sais même pas si c'est sorti ici. Derniers jours bien occupés. J'essaie de ranger et de jeter... Et il y a le bébé à aller voir quand il n'est pas à la maison. Les joirnées passent
si vite. Pour le film, on attendra peut-être le DVD.


Bonne journée et à bientôt.


Bises.



vivi 29/08/2011 09:06



Oui, pas la peine de se précipiter dans les salles ! Ce n'est pas un chef d'oeuvre non plus et tu peux largement attendre la sortie en DVD. Merci beaucoup pour tes passages chez moi
! Bises.



16/08/2011 21:13



Je l'ai vu en Guadeloupe où l'esclavagisme fait bien évidemment beaucoup parler. Et les avis sont très partagés aussi mais dans la salle, où le public était en grande majorité antillais, tout le
monde rigolait franchement.



vivi 29/08/2011 09:04



Ce passé est tellement douloureux pour beaucoup que, c'est sûr, ce n'est pas facile d'en parler et surtout de contenter tout le monde.



Fred 15/08/2011 14:14



je serais curieuse de le voir, même si les dialogues cul cul me retiennent un peu. A voir



vivi 16/08/2011 09:13



Certaines vannes sont cul cul comme tu dis, mais d'autres très bonnes ! A voir quand il sortira en DVD peut-être ?



cocosophie 15/08/2011 10:38



oui en effet, il a pas l'air mal ce film


bisous


sophie



vivi 16/08/2011 09:13



Belle journée de vacances Sophie, et à très bientôt.



françoise , La Vieille Marmotte 14/08/2011 22:18



Oui ! ça m'arrive ! quand la journée a été "chargée" j'ai du mal à m'endormir .


De plus le temps orageux m'oppresse ! Mais nous venons d'avoir une bonne radée qui rafraîchit bien !



vivi 16/08/2011 09:15



Une radée ?! C'est la même chose qu'une rincée ? Hihi.



françoise , La Vieille Marmotte 14/08/2011 21:49



Donc, vous avez passé une bonne après-midi ! Et tu nous en fais part dans la foulée !


Bonne nuit VIVI !



vivi 14/08/2011 22:05



C'est tout à fait ça ! Bonne nuit La Marmotte (dis donc, tu veilles ce soir) !!