OBJECTIF ZERO DECHET

Publié le 19 Août 2016

OBJECTIF ZERO DECHET

En début d'année, j'ai acheté le livre de Béa Johnson.

Cette jeune femme originaire d'Avignon et installée en Californie depuis ses 18 ans relève avec sa famille de 4 personnes le plus improbable des challenges : vivre sans déchets. En tout et pour tout un bocal d'1 litre de déchets tous les 12 mois (soit 183 g) !

Quand j'ai lu ça dans la presse, il s'en est fallu de peu pour que je hurle à la supercherie. Comment est-ce possible quand on vit dans une société où l'on sort notre poubelle de 240 litres toutes les semaines, voire deux fois par semaine, voire deux fois deux par semaine si l'on compte la récup ? Où les gens font la queue le samedi pour aller à la déchetterie ? Où c'est la panique dès que les éboueurs sont en grève ? Où les communes dépensent des millions pour recycler nos ordures ? Y'avait forcément une arnaque.

Alors, pour comprendre, j'ai lu son bouquin. Et là, le choc ! J'ai quasiment dévoré ce livre de poche de 400 pages (7,90 €), je l'ai englouti à toute vitesse, comme une affamée morte de faim qui découvre tout d'un coup le goût de la brioche (ou des cookies, c'est comme vous voulez).

Ce livre a été une espèce de révélation pour moi, ou du moins une grosse prise de conscience, comme si soudain j'ouvrais les yeux (avec stupeur) sur tous les gestes incongrus que l'on fait tous les jours, les achats aberrants que l'on réalise sans même s'en rendre compte, les habitudes absurdes que l'on a prises et que l'on répète à l'envi sans savoir vraiment pourquoi et, le pire, en dépit du bon sens.

Exemple tout bête : j'achète le pain, la boulangère enveloppe ma baguette dans une feuille de papier et la première chose que je fais en arrivant à la maison c'est de jeter cette feuille à la poubelle. Ridicule. Pourquoi ne pas refuser le papier ? Ou emporter un sac en tissu de chez soi ?

Autre exemple : je mange de la soupe en libre-service dans un conteneur à mon travail tous les midis (bon, pas en ce moment, il fait trop chaud !). Pour cela, j'utilise une coupelle en plastique mise à notre disposition dans le réfectoire et ensuite ? Ben, elle est jetée bien sûr. Et le lendemain ? Ben je recommence. Non-sens. Pourquoi ne pourrais-je pas apporter un bol de la maison et le laver tout simplement à l'issue du repas ?

Allez, encore un autre exemple (il y en a tant que c'est presque un plaisir d'illustrer à tel point les situations peuvent être grotesques) : je reçois des publicités par la poste qui arrivent à mon nom, mon adresse figurant sûrement sur une des banques de données utilisées pour les mailings. La plupart d'entre elles, je ne les ouvre même pas et elles filent directement dans la récup. Ineptie sans nom. Pourquoi ne pas me désinscrire de toutes ces listes une bonne fois pour toutes (oui, oui, c'est possible) ?

Quel gaspillage ! Réalisez un peu ce qui se passe : le nombre de trucs qui vont direct dans la poubelle (et même s'ils n'y vont pas direct c'est presque toujours là que tout finit de toutes façons) puis direct dans les décharges (ou dans les centres de recyclage) ! On se déculpabilise en triant, persuadés de faire notre devoir, mais en fait qui sait vraiment ce que deviennent nos ordures une fois qu'elles ont quitté nos trottoirs ?

Bref, l'évidence m'a sauté aux yeux. Tout est suremballé pour nous "faciliter" la vie (ou alors pour nous la pourrir ?), pour nous permettre de transporter nos achats des magasins jusqu'à notre domicile, pour nous allécher avec des packagings attirants. Tout est fait pour que nous consommions toujours plus, alors qu'il y a moyen de "refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter" (le mantra de Béa).

Dingue, non ? (et surtout dingue que je n'aie pas pensé plus tôt à tout ça)

Alors sans vouloir imiter Béa Johnson (mais un peu quand même), j'ai décidé qu'il y avait sûrement moyen de faire mieux (pas difficile quand on part de rien), de changer mes habitudes, disons une seule petite habitude par semaine, à mon niveau de fourmi, pour éviter tout ce gâchis, pour la planète, pour nos enfants, nos petits-enfants et notre santé.

Et maintenant ? C'est pas le tout de lire, de dire et d'écrire, il faut aussi faire ! Alors, vous me suivez dans cette aventure ?

Rédigé par vivi

Publié dans #objectif zéro déchet

Repost 0
Commenter cet article

Melle Bulle 26/08/2016 18:28

C'est vrai que j'y pense très souvent et je suis souvent outrée quand je vois certains doubles emballages inutiles ! Et même si le côté jetable à un aspect très pratique, il est important de faire attention ! Allez, moi aussi je vais essayer de refuser la feuille de papier qui entoure mon pain !!!

vivi 28/08/2016 08:29

Bien joué !

babakitchen 24/08/2016 10:20

c'est une démarche que j'ai entreprise il y a déjà pas mal de temps et j'ai réduit de moitié le volume de mon sac poubelle hebdomadaire, j'essaie de recycler le plus possible et chaque jour, c'est un petit pas en avant !! bisous vivi, et grand merci pour ton article très enthousiaste parce que je sens qu'il est vrai, que tu n'as pas reçu ce livre d'une boîte de comm et que tu ne dis pas ce qu'on en attend, tu dis la vérité !! a bientot

vivi 24/08/2016 22:39

Bravo ! Recycler, c'est bien. Mais le zéro déchet, c'est encore mieux ! Car finalement, même la poubelle du recyclage on ne sait pas trop ce qu'elle devient...

écureuil bleu 23/08/2016 08:58

J'avais lu ton article et d"autres. Je crois qu'on peut faire mieux qu'actuellement et facilement, mais jusqu'à un certain point. Aller chez son boucher ou son maraîcher avec des boites et des sacs en tissu, bof... Laver les couches des bébés bof... Bisous

vivi 23/08/2016 21:32

Pas prête non plus à laver les couches des bébés ahaha !
Mais par contre faire ses courses avec ses propres contenants, pourquoi pas ? On amène bien ses propres sacs à courses dans les supermarchés... alors qu'il y a quelques années ça semblait impensable de ne plus avoir de sacs plastique à disposition en caisse. Il faut savoir je crois s'affranchir du regard de l'autre, et un jour je suis persuadée que nous en arriverons tous là... et on se demandera comment on faisait avant :o)

Fabymary POPPINS 22/08/2016 20:30

A mettre en pratique en effet, bisous

vivi 22/08/2016 20:42

A suivre, donc...

Emmanuel Cockpit 22/08/2016 12:35

Zéro déchets mais pas zéro vaisselle... :-)

vivi 22/08/2016 20:44

Intéressant cet article :o)
Mais "normalement", tu fais la vaisselle après avoir mangé, donc la compensation sous forme de nourriture serait de la simple gourmandise. Et si faire la vaisselle faisait dépenser autant de calories que d'aller au boulot en vélo ça se saurait ahaha !

Emmanuel Cockpit 22/08/2016 19:57

Donc s'il y a huile de coude, il y a dépense d'énergie... qu'il faut compenser avec des calories sous forme de nourriture... qui génère d'autres déchets ! :-) C'est comme ça que l'impact carbone d'une voiture hybride n'est pas plus élevé que celui des 4 cyclistes qui prendraient le vélo au lieu de faire co-voiturage, tous les 4 dans la voiture hybride !
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/08/18/2188111_ferrari-f458-contre-velib-standard-and-the-winner-is.html

vivi 22/08/2016 14:16

Non ! Mais avec du liquide vaisselle que j'achète à l'AMAP, bio. Et comme j'amène ma bouteille que je fais remplir à chaque fois, zéro plastique !
(par contre, beaucoup d'huile de coude !)

Ker Mary 21/08/2016 20:42

Bon idée je serai curieuse de lire... j'aime beaucoup tes exemples parce qu'ils sont assez parlant.

vivi 22/08/2016 14:44

Les exemples sont légion, c'est ça qui est hallucinant !

cathycat 20/08/2016 18:45

Je suis totalement d'accord avec toi pour combattre le gaspillage mais pour autant je ne serais pas prête à changer toutes mes habitudes. J'ai mon mug au travail et il ne me viendrait pas à l'idée d'utiliser un verre jetable, mais tu vois, par exemple, je consomme beaucoup de kleenex et je ne me vois pas me moucher dans mes doigts (comme certains ;-) ). Alors me diras-tu il a les mouchoirs en tissu (comme les couches tissu qui reviennent à la mode depuis plusieurs années). Oui, mais multiplier les lessives c'est aussi utiliser beaucoup plus d'eau, potable de surcroît, alors que c'est le bien le plus précieux qui risque de manquer dans quelques dizaine d'années. Et puis il y a la lessive qui pollue. Alors je crois que le problème est loin d'être résolu, mais tu as raison à 100 %, il faut au moins essayer... Tiens nous au courant de tes petits trucs pour économiser... Bisous

vivi 22/08/2016 14:47

Pour les mouchoirs, on est bien d'accord. Je ne suis pas prête non plus à passer à des mouchoirs en tissu et on sait bien dans notre métier combien les objets jetables ou à usage unique sont indispensables pour éviter la transmission des maladies. Mais, il y a des tas d'autres choses à faire. Par exemple, j'utilise depuis quelques mois de la lessive bio... J'en parle très vite :o)

maman de tribu 20/08/2016 17:38

Comme tu le dis si bien, maintenant il ne te reste plus qu'à faire ;) Je m'y suis mise il y a quelques années à présent, je ne suis pas au zero déchet mais j'ai considérablement diminué mes déchets, c'est un vrai challenge dans lequel tu te lances et c'est avec grand plaisir que je vais suivre tes articles sur ce sujet. Bises.

vivi 22/08/2016 14:49

Merci pour ta visite :o)
Comme tu le dis, avec un peu de bon sens et finalement peu de contraintes (si ce n'est changer nos habitudes !), on peut réduire considérablement nos déchets. Alors pourquoi s'en priver ?

Renee 20/08/2016 15:45

oui je te suis, je trouve aussi nul de devoir jeter dès achat, c'est pour ça que j'achète légumes fruits en vrac je vais maintenant me coller les étiquettes sur la mains et ne plus prendre les sacs, dommage que comme dans d'autres villes on ne trouve pas tout, huile café et j'en passe....Bisoussssss

vivi 22/08/2016 14:51

Se coller les étiquettes sur les mains, c'est une bonne idée !! Jules prend un cageot pour les fruits et légumes quand il va au supermarché, et colle les étiquettes dessus. La caissière adore, cela lui fait des manipulations en moins !

Rose63au 20/08/2016 15:26

Perso, j'essais autant que faire se peut de faire attention, comme j'ai toujours fait, issue du monde ouvrier, je ne roule pas sur l'or, donc, faire attention, mais il ne faut pas non exagérer et tomber dans l'excès , mais c'est elle qui a sûrement raison de tirer la sonnette d'alarme à ceux qui gaspillent le plus, c'est à dire nos politiques en première ligne je pense non ??
Très bien ton article :)

vivi 22/08/2016 14:55

Je me rends compte que la plupart des emballages servent en fait au transport des aliments ou des produits, du supermarché à nos domiciles. Tout cela n'existait pas quand il n'y avait pas de grandes surfaces. Donc oui, tu as raison, cela correspond évidemment à un développement de la société de consommation et une volonté politique... A méditer...

Cigalette 106 20/08/2016 15:11

Coucou cela fait longtemps que je ne suis pas venue sur ton blog mais j'ai été un peu au ralentis soucis de santé...je ne savais presque plus marché et c'était douleur sur douleur, problème à la colonne vertébral, enfin je viens de faire ma deuxième infiltration sous scanner espérons que cette fois je serais soulagée.
Mais à propos de gaspillage si tous le monde ferais un petit effort on ferais déjà moins de déchets, je met ma poubelle toutes les 3 semaines, j'achète souvent mes légumes en vrac et ma viande chez le boucher, je n'utilise plus de disque démaquillant bien que je ne me maquille jamais mais pour nettoyer mon visage avec mon lait j'ai fait des disques démaquillant lavables, pour les publicité j'ai mis un autocollant "pas de pub" sur ma boite aux lettres, je ne suis inscrite nul part pour de la pub en mon nom.
Mais les plus gros déchets ce sont les cartons...difficile d'y échappé, j'achète des boites avec 12 sachets nourriture chats,etc ton livre m'a l'air très bien je vais essayer de le trouver bisous

vivi 22/08/2016 14:58

Coucou, j'espère de tout cœur que tes soucis de santé vont s'arranger et que ce geste infiltratif va te soulager. Je suis heureuse de ton com.
Bravo pour les disques démaquillants ! J'en consomme aussi 2/jour et tes disques démaquillants lavables me donnent des idées !
A bientôt, bonne lecture !