LE BURN-OUT MATERNEL (2)

Publié le 8 Février 2015

LE BURN-OUT MATERNEL (2)

Il y a quelques années, j'ai écrit un article portant ce même titre.

Car, oui, avec le recul j'en suis sûre maintenant, j'ai fait un burn-out maternel. Sans vrai "craquage", à savoir que je ne me suis jamais retrouvée hospitalisée ou incapable de me lever le matin (non, même ça, je crois que je ne me le suis pas accordé) mais j'ai caché et traîné mon mal-être comme un boulet pendant plusieurs années, sans vraiment savoir ce qui m'arrivait, sans vraiment oser en parler, sans vraiment être comprise, en pensant que ça allait passer et aussi que j'étais sûrement la seule dans mon cas à ressentir cela alors que tout allait (en apparence) bien.

Le post rédigé à l'époque par Maryvonne et l'émission dont elle indiquait le lien m'avaient fait pleurer de délivrance et de soulagement tant ce que disait l'invitée -Stéphanie Allenou- exprimait tout ce que je ressentais de façon totalement inconsciente et trouvait écho jusqu'au plus profond de mon être.

Alors, quand j'ai écouté cette semaine sur RTL l'émission de Flavie Flament "On est fait pour s'entendre" sur le burn-out parental, tout cela m'est revenu en mémoire : le rêve que je faisais de me voir offrir une cure de sommeil, de partir en vacances toute seule, l'impression d'être arrivée au bout de ce que je pouvais supporter, la culpabilité bien sûr de penser tout cela et de façon également totalement contradictoire mon cœur plein à tout rompre de tout l'amour que j'éprouvais pour mes enfants et mon conjoint.

Compliqué hein ?

Alors comme je sais que des mamans avec des petits en bas-âge lisent ce blog, et qu'un burn-out parental peut aussi survenir plus tard, même quand les enfants sont des ados, voilà le lien de l'émission en replay, à écouter distraitement en préparant les biberons ou en repassant du linge, parce que prévenir vaut mieux que guérir, parce que c'est un sujet qui me tient à coeur, pour le partage, pour se sentir moins seule...

Et puis ici aussi, les 10 signes qui montrent que vous êtes en burn-out parental, que j'ai perso tous ressentis sans exception.

Et parfois encore...

Rédigé par vivi

Publié dans #enfants, #santé

Repost 0
Commenter cet article

écureuil bleu 13/07/2015 20:11

C'est quand ils étaient ados et se disputaient sans cesse que cela a été le plus difficile pour moi. J'étais appelée très souvent par leurs deux CPE : c'était à qui raterait le plus de cours...Bisous

vivi 15/07/2015 21:11

Je ne garde pas non plus un très bon souvenir de leur période "lycée". A chaque âge ses préoccupations et les soucis qui vont avec... C'est parfois difficile d'arriver à prendre du recul. Merci pour ton com sur cet article qui me tient à cœur :o)

Luplume 24/02/2015 14:23

J'avais raté cet article alors que bien évidemment, je me sens concernée, même si j'ai en même temps l'impression que ça va. Des hauts et des bas, la fatigue n'aide pas.
Merci pour cet article, et j'espère que ton moral remonte... C'est dur, les enfants qui quittent le nid, je n'ose pas l'imaginer; ma fille vient juste de partir trois jours chez ses grands-parents et ça me fend le coeur... Gros bisous!

vivi 24/02/2015 18:38

C'est ça l'esprit de contradiction des mamans. Des fois, on rêve de tous les caser à droite à gauche et d'être SEULE ! Et dès qu'ils sont partis, on n'a qu'une envie : les voir revenir et les serrer dans nos bras :o)

Carole 13/02/2015 16:00

:( Je suis étonnée moi aussi de voir un article comme celui ci chez toi ! Mais comme dit Mélissa nous sommes toutes un peu fragile à un moment donné... J'irais voir le lien , ça répondra peut-être à quelques interrogations... Merci ma Vivi et gros bisous

vivi 15/02/2015 16:30

On a toutes un côté obscur... c'est le revers de la médaille...
J'espère que tu passes un bon week-end et que tu es rétablie :o)
Gros bisous.

Cécilou 12/02/2015 16:51

J'ai connu, avec hosto :-( Mais, dans mon milieu, j'ai tendance à le cacher :-( A de rares exceptions près, c'était mal vu par ces petites dadames bourges parfaites qui assuraient sur tout et ne concevaient pas qu'on ne soit pas comme elles :-( Remarque, j'ai fait le tri dans mes fréquentations, après ;-)
Cécilou

vivi 15/02/2015 16:29

Ben oui hein, on n'est pas forcément très fière de dire que ça ne va pas et qu'on est au fond du trou. Quand encore on s'en rend compte et qu'on en a conscience...

stella 10/02/2015 11:17

oui je pense bien à toi avec tes enfants qui prennent leur envol j'ai eu cette période aussi et quand elles sont parties à l'étranger au début ça fait drôle je suis passée par toutes sortes de nuances caractériellles. après on gère .
la grande après l'australie , la nouvelle calédonnie , la nouvelle-zélande , le nepal , la thailande là elle est au laos .
et la petite toujours à sf . heureusement que j'ai mon mari sinon je crois que je prendrai le 1er avion pour aller les voir .
bibis ma belle

vivi 10/02/2015 22:34

Tes filles sont de vrais pigeons voyageurs, pour le coup c'est vraiment le cas de dire qu'elles ont quitté le nid :o)
Merci pour tes messages, gros bisous.

coco 10/02/2015 09:45

Je ne savais pas, je découvre tes 2 articles, mais j'avais été très touché par ton message sur mon blog, il y a un peu plus d'1 mois ou je mentionnais ma chute libre. J'avais appelé ça burn out émotionnel mais maternel conviendrait bien. Je me retrouve tout à fait dans ce que tu décris, dans les 10 signes de l'article.... A défaut d'une pause sur une ile déserte (comme je l'aurai bien voulu), j'ai eu un arrêt de travail et ce n'set pas si mal.... je vais mieux maintenant, j'ai retrouvé de l'énergie et de l'envie...
C'est dingue comme cette chute libre, on ne la voit pas ou on ne veut pas la voir arriver....
Heureusement, on peut reprendre "vite" pied...

vivi 10/02/2015 22:32

J'ai une ordonnance (médicale, hein, une vraie !) pour une semaine de vacances toute seule où je ne ferais que ce dont j'ai envie, avec personne d'autre à m'occuper que moi ! Reste à trouver maintenant dans quelle pharmacie je pourrais me procurer ce précieux remède...

stella 09/02/2015 14:44

kikou ma belle
comment vas tu ?
depuis quelques posts je te sens dans le questionnement !
pas le délire habituel .
une remise en question ?
en tout cas pour ton article cela ne m'étonne pas du tout d'ailleurs je me demandais comment tu pouvais assurer autant avec tout le travail que c'est d' élever des enfants , la maison ,le travail , le chéri , tous les autres +et- de la vie !
la vie n'ets pas un long fleuve tranquille même si elle nous apporte de jolis moments de bonheur .
mais moi je trouve que tu assures tout de même un max
allez les filles
on dit toutes :
OLE OLE VIVI !
je t'applaudis très fort ma belle !
bisous

vivi 09/02/2015 20:54

Un gros coup de mou en ce moment c'est sûr, et beaucoup de questionnements à une période-charnière de la vie où les enfants prennent leur envol. Merci pour tes encouragements, ils me vont droit au cœur :o)

Alba 09/02/2015 08:42

Bonjour ma cocotte,
juste un petit mot pour te dire que ton dernier lien (les 10 signes etc...) ne fonctionne pas: il manque les : après http et avant //.
Bisous

vivi 09/02/2015 13:18

Ah ben flûte, pourquoi ça marche quand je le fais depuis chez moi ?

Fabymary POPPINS 08/02/2015 22:45

très interessants tes deux articles, par contre zut, les 10 signes, le lien est introuvable.

Ceci dit je n'ai jamais eu à vivre ça et ouf, par contre j'ai craqué souvent à leur adolescence, mais car cette crise crée des sacrés remous, ouf que le papa était là, sinon non ça a été pour moi, surement aussi par chance et que ma nature fait que je me mettais pas la pression et était zen, et là finalement merci à mes parents de m'en avoir fait baver (remarque si j'avais pu éviter) mais je vois tjs le côté positif même du noir de chez noir car du coup la vie est belle depuis que plus eux et que j'ai créé ma famille, bisous ma Vivi

vivi 09/02/2015 16:19

Le problème n'est pas de les rendre autonomes, ce qu'ils sont, ou de les lâcher, ce que je fais volontiers. Le problème est que j'ai toujours l'impression de ne pas en faire assez... même si c'est évident j'en ai déjà fait beaucoup plus que beaucoup de mamans... Ah la la, sacrée culpabilité, quand tu nous tiens !!!

Fabymary POPPINS 09/02/2015 09:12

Merci ma Vivi, Toi et ça se ressent tu as toujours fait passer tes enfants et surement aussi Jules avant toi, du coup forcément on peut pas tenir sur la durée, on se met trop de pression. Mais ils ont grandi, tu dois aller mieux maintenant, avoir pris le recul obligé avec eux pas toujours at home et tu retravailles.... Je pense aussi que si j'ai eu pas non plus trop de mal à les laisser partir c'est aussi car je les ai éduqués en leur apprenant très vite à devenir autonomes, c'est étrange, mais j'avais toujours à l'esprit que si on disparaissait tôt fallait qu'ils sachent se débrouiller et j'avais par ailleurs organisé l'après chez notaire pour que jamais mes parents ne leur mettent le grappin dessus, mais ça tu t'en doutes fallait absolument.

Du coup je vois que par ex JOEL est parfaitement capable de se gérer seul,Céline aussi au contraire de ma belle fille qui elle a été surprotégé par papa et maman, mais là elle commence à devenir plus autonome même si les parents sont encore omniprésents.

Tes enfants tu les as rendu heureux, n'en doute pas, maintenant à toi de profiter aussi de la vie à deux et de te faire plaisir, ils le comprennent et sont grands, ta mission est remplie même si, (les miens idem) ils nous demandent toujours conseil.... je t'embrasse

vivi 08/02/2015 23:09

Le lien fonctionne à présent. Tu vas pouvoir t'assurer que tu n'es pas en burn-out, hihi, mais ça m'étonnerait :o)
Je me demande aussi comment font les mamans qui élèvent seules leurs enfants et qui ne peuvent pas passer le relais à leur conjoint...
En apparence je suis aussi zen et cool, c'est ainsi que me définissent beaucoup de personnes qui me connaissent (ou croient me connaître) mais en réalité ça bout à l'intérieur :$
Bisousss

arlette 08/02/2015 21:01

contrairement a Mélissa, cela ne m'étonne pas ...a travers tes mots, je te sens tellement "concernée "
par tes enfants et puis 4, ce n'est pas évident...bien sûr on dira que les grands aident ..que les enfants participent...mais....il y a toujours l'un ou l'autre qui a besoin de toi , l'un ou l'autre tracas X 4 ...
De toute façon, il y aura toujours des maman qui pensent d'abord a elle et puis les autres ,qui peuvent en arriver a saturation...mais on est toujours aussi "concernées" et aimantes.....pas de burn out maternel pour moi...mais je m'aménageait des plages....de détente (mes mômes sous le bras ..bien sûr ...), et nous partions quelques jours ....dans une totale complicité hors du cadre école-boulot-ménage-devoirs-dodo...
Et encore telle que je te connais attention au syndrome du nid vide ..ils s'envoleront un jour, pas tout a fait mais ce ne sera plus la même chose...
Je t'embrasse fort (suis allée écoter-le dernier lien ne fonctionne pas mais j'ai trouvé)

vivi 08/02/2015 23:04

Merci Arlette, tu sais toujours trouver les mots qui réconfortent.
Je crois que je me suis donnée toute entière, sans faire attention à moi. Quand je m'en suis rendue compte, c'était trop tard. Depuis, je me soigne !!! Mais le naturel revient parfois au galop !
Le syndrome du nid vide, je ne savais pas que ça aussi ça avait un nom !! J'y travaille, j'y travaille, surtout que, comme ils sont assez rapprochés tous les 4, ça va arriver d'un coup.
Gros bisous (j'ai rectifié le lien qui effectivement ne fonctionnait pas).

Mélissa 08/02/2015 20:27

Je suis tellement étonnée de lire cet article chez toi.... mais finalement nous sommes toutes un peu fragile et l'exprimons toutes si différemment. ...
JJ'essaierai d'aller écouter ce que tu nous conseilles ! Merci et gros bisous

vivi 08/02/2015 20:58

Certaines personnes savent bien cacher leur jeu, et je suppose que je suis (j'étais ?) de celles qui ne s'écoutent pas, ne se protègent pas, font toujours passer les autres avant soi et surtout pensent que si on dit que tout va bien, tout va bien... Malheureusement, la réalité est différente.