MERCREDI NOIR POUR LA LIBERTE D'EXPRESSION

Publié le 12 Janvier 2015

Je n'ai rien écrit la semaine dernière.

Comme nombre d'entre nous, j'étais sonnée et en deuil.

Impossible de bloguer ou d'être léger avec une actualité aussi terrifiante. A vomir.

Et j'avoue que tous ces rassemblements, cette ferveur et nos politiques prônant l'union nationale, voire mondiale, m'ont laissée perplexe et pleine de questions.

Mais quelque chose m'a étonnée. En discutant avec mes collègues, amis, proches, je me suis rendue compte à quel point nous avions tous le même discours : la plupart des journalistes de Charlie-Hebdo ont bercé notre enfance et/ou notre adolescence, et ce de façon générale, quelque soit notre âge, le milieu dont nous sommes issus ou notre catégorie socioprofessionnelle.

Comment est-ce possible, si ce n'est le fait que ces dessinateurs et journalistes de génie ont traversé les années, grandi avec nous et marqué tout le monde sur leur passage ?

Cabu pour moi c'était d'abord le grand Duduche, grand et tout maigre, avec son jean et ses baskets, l'amoureux transi de la fille du proviseur qui n'était jamais payé de retour. Ses caricatures de Dorothée aussi et ses dessins en direct dans Récré A2, émission devant laquelle je m'avachissais volontiers le mercredi après-midi. Et puis le Beauf, gras, con, borné et vulgaire... Pour Noël, j'avais d'ailleurs acheté à mon frangin l'intégrale de ses aventures... L'avait-il lue avant ce 7 janvier ?

Mes souvenirs avec Wolinski ont commencé à peine plus tard... dans les toilettes ! Là, chez mes parents, une pile d'Hara-Kiri côtoyait les Fluide Glacial et les derniers numéros de l’Écho des Savanes. Il n'y avait qu'à se servir ! Les dessins de ces parutions étaient osés, irrévérencieux et grossiers, je ne comprenais pas toujours tout (même si la plupart du temps c'était sans équivoque !) et je me souviens avoir souvent pensé "ils exagèrent", "ils vont trop loin", grincé des dents et être choquée, mais ça me faisait quand même marrer... et j'y retournais. C'était sans doute ça leur talent.

Charb, enfin, n'était pas pour moi qu'un membre de la rédaction de Charlie-Hebdo (que je ne crois pas avoir jamais lu en entier) mais avant tout le papa de Quotillon, la mascotte du journal Mon Quotidien auquel mes enfants ont été abonnés pendant des années.

Ce qui s'est passé les 7, 8 et 9 janvier dernier dépasse l'entendement. Je me pose en boucle cette question : comment peut-on exécuter ainsi quelqu'un froidement, les yeux dans les yeux, sans aucune hésitation, émotion ou culpabilité, a fortiori 17 personnes, au nom d'un Dieu, d'une religion, de croyances ou d'un idéal ? Je crois que chaque cerveau a ses limites, le mien ne peut même pas concevoir ou imaginer l'ombre d'une réponse. Quand j'essaie, mes pensées refusent d'aller plus loin, se heurtent à un mur, rebondissent et se perdent dans le brouillard. Mon cœur, en revanche, se glace, ma gorge se noue et je suis anéantie devant tout ce grand gâchis.

Pressons-nous donc de rire de tout, de peur d'être obligés d'en pleurer (Figaro dans le Barbier de Séville).

MERCREDI NOIR POUR LA LIBERTE D'EXPRESSION

Rédigé par vivi

Publié dans #actualité...

Repost 1
Commenter cet article

christian 23/01/2015 13:30

bonjour
j adhère à un mouvement ou tous nous sommes sorti ds un meme elan pour proner la liberté d expression
a present il faut poursuivre un de mes voeux est d ouvrir un dialogue sans faille avec toutes les differences communautaires pour nous tracer un meme chemin ds le respect des valeurs de chacun
cordialement

vivi 26/01/2015 08:26

C'est indispensable.

chat bleu 19/01/2015 15:27

oh oui un Mercredi noir il ne faut pas les oublier.

vivi 19/01/2015 22:36

Comment pourrait-on ? Leurs fantômes vont nous accompagner pendant longtemps...

La Vieille Marmotte 17/01/2015 23:52

Grâce à la fonction "REPOST" les lecteurs de mon blog y trouveront ton article. Si cela te contrarie (sic) tu me le dis et je le retire .... Merci Vivi !

vivi 18/01/2015 20:45

Ah ! Je ne connaissais pas cette fonction. C'est génial :o)

La Vieille Marmotte 17/01/2015 23:48

J'ai quelques années de plus que toi ! mais j'ai comme toi découvert la presse satirique "aux toilettes" , c'est à dire dans l'écurie de la ferme plus que rustique que nous habitions ! Ma mère devait juger que les lectures de son père n'étaient bonnes qu'à nous torcher le cul ... en 1953/1960 pas de Pq lotus ou autre moltonex !!!! Je ne la lisais pas puisque ma mère coupait les pages en huit... Mais mon Papé nous a transmis avec son humour un esprit de tolérance dont je le remercie aujourd'hui .....
Je n'achetais pas Charlie-Hedo, mais je connaissais par "ailleurs" les dessinateurs qui en perpétuaient son "esprit" ... au-delà de mon tout petit geste : l'achat du N° des survivants, j'espère signifier à ma mesures les valeurs pour lesquelles 'ils' ont été massacré ! .....

vivi 18/01/2015 20:50

Mouarf, mouarf, mouarf, je suis morte de rire. Les pages coupées en 8 ne devaient effectivement pas être faciles à lire. Peut-être ta mère pensait-elle ainsi sauver votre honneur et votre âme ? Hihihi, c'est raté, c'était compter sans le Papé et ses lectures subversives ! C'est vrai que cette "presse-là" faisait scandale, même dans les années 70. Je ne sais pas où mon père achetait ses Hara-Kiri, certainement pas à la maison de la presse de notre village dont il était le respectueux directeur d'école :o)
Bises Marmotte, merci d'être passée mettre quelques mots gais et plein d'humour sous ces tristes articles.

arlette 14/01/2015 00:19

moi j'ai hésité ...mais la vie continue ...doit continuer
bises Vivi

vivi 18/01/2015 20:51

The show must go on, comme disait Freddy...

lilwenna 13/01/2015 20:12

je n'ai jamais lu Charlie Hebdo ni les réalisations de ces dessinateurs, mais que ce soit eux, les gendarmes, et les otages, c'est une véritable barbarie sans nom qui a eu lieu

vivi 18/01/2015 20:51

On est bien d'accord.

Cigalette 106 13/01/2015 18:54

Bonsoir oui triste tout ceci, et cela continue ailleurs! en Chine une tentative d'attentat a la bombe les 6 barbares ont été tué par la police!
Alerte à la bombe à Bruxelles samedi et aujourd'hui..bisous.

vivi 18/01/2015 20:53

Effectivement, on s'émeut, on se révolte et on se rassemble contre les horreurs qui se passent chez nous, mais il serait peut-être bon que l'on fasse de même contre les horreurs perpétrées partout ailleurs. Cela donne à réfléchir...

Stéphanie 13/01/2015 18:51

Tu as résumé ce que beaucoup d'entre nous ressentent. Comme toi, pas d'article pendant cette période. Pas envie, pas pu... Inconcevable, inacceptable... Quand j'ai appris mercredi la nouvelle, mes enfants ont tout de suite vu que je n'allais pas bien. il a fallut tout leur expliquer, avec des mots adaptés à leurs âges. Et en classe, la minute de silence les a touchés. Elven a même fait des dessins à l'école... Ils savent plus que jamais que la France est la pays de la liberté.

vivi 18/01/2015 20:55

Un monde meilleur pour nos enfants, voilà ce quoi pour quoi il faut se battre. Plus qu'un but, c'est notre devoir de parents.

@nnie54 13/01/2015 17:24

J'en a i justement parlé avec mon fils, il a été choqué de voir ce policier tué froidement...comment peut-on faire ça dit-il ? je n'étais pas lectrice de Charlie Hebdo, je dois dire que j'en étais loin d'ailleurs mais nous nous poserons toujours cette question : Pourquoi tuer au nom de l'idéologie, pourquoi ?
@nnie

vivi 18/01/2015 20:56

Je n'ai malheureusement pas l'ombre d'une réponse à te donner :')

coco 13/01/2015 13:15

Très bel article Vivi
Gros bisous

vivi 18/01/2015 20:56

Merci Coco.

Carole 13/01/2015 12:00

Très bel article ma Vivi. Je n'ai vraiment connu que Cabu dans ses années Dorothée. Je ne lispas Charlie Hebdo mais au delà du fait qu'on ai tué des dessinateurs, on a tué des êtres humains froidement et ça c'est impensable...

vivi 18/01/2015 20:58

Bien sûr. On n'est pas obligé d'avoir "l'esprit" Charlie pour dire "touche pas à mes journalistes", "touche pas à ma presse", "non au terrorisme", "oui à la liberté d'expression", la liste est sans fin...

minouche 13/01/2015 09:03

oui, la grande question sans réponse est bien "comment peut-on tuer froidement ainsi, et au nom de quoi ? " pas d'un dieu quel qu'il soit, c'est certain...Pour moi non plus, il n'y a pas de réponse, aucune justification possible...

il est difficile d'en parler, de dire, de trouver des mots...

vivi 18/01/2015 20:59

Ces jours-ci, aucun mot n'est vraiment adapté pour dire ce que l'on ressent, c'est pour cela sans doute qu'on a du mal d'en parler.

Claudine /canelle 13/01/2015 08:30

Bonjour Vivi
En fait nous avons suivi le même parcours litteraire ..sourires
Tu as ecrit exactement mon parcours sur la decouverte de ces dessinateurs en marge de Charle Hebdo .
Restons Unis , nous les petits ...
Bises

vivi 18/01/2015 21:04

Ces dessinateurs ont tous eu un parcours avant Charlie-Hebdo et également en marge de ce magazine comme tu dis. C'est sans aucun doute grâce à leur talent s'ils ont marqué autant de monde dans toutes les classes sociales.

Emmanuel Cockpit 13/01/2015 08:17

Charlie Liberté
https://www.youtube.com/watch?v=QMdOFoFfpHU

vivi 18/01/2015 21:04

Merci, bisous.

nadia-vraie 12/01/2015 23:41

Bonjour Vivi,

Très bien écrit ton article.

Nous sommes tous solidaires avec vous la France.

la liberté est là pour rester.

Bonne année 2015 et à bientôt vivi.

vivi 18/01/2015 21:06

Oh coucou, que ça me fait plaisir que tu viennes déposer un petit mot ici, surtout dans ces circonstances. J'espère que tu vas bien. Ce sont Arlette et Chat Bleu qui répertorient à présent les petits coins de ciel du lundi. Je peux te donner le lien vers leurs blogs si toutefois cela t'intéresse. Très bonne année 2015 à toi aussi, gros bisous.